RSS

Résultats de recherche | mort littérature

Livres : Sens dessus dessous par Belkacem AHCENE-DJABALLAH

11 octobre 2012

Commentaires fermés

Le Chaos des sens. Roman de Ahlam Mosteghanemi (traduit de l’arabe par France Meyer). Editions Sedia, Alger 2009. 373 pages, 850 dinars 

Lire la suite...

Ces élites que l’on ne retrouvera jamais plus par Salim METREF

4 octobre 2012

Commentaires fermés

Au cours d’une émission de télévision diffusée sur une chaine publique française, et en partie dédiée à l’itinéraire d’un ancien premier ministre et l’une des rares personnalités française à ne pas avoir postuler à la magistrature suprême, un célèbre journalise, Bernard Guetta pour ne pas le citer, énonça à propos du choc des ambitions et […]

Lire la suite...

Ces élites que l’on ne retrouvera jamais plus Par Salim METREF

30 septembre 2012

Commentaires fermés

Au cours d’une émission de télévision diffusée sur une chaine publique française, et en partie dédiée à l’itinéraire d’un ancien premier ministre et l’une des rares personnalités française à ne pas avoir postuler à la magistrature suprême, un célèbre journalise, Bernard Guetta pour ne pas le citer, énonça à propos du choc des ambitions et […]

Lire la suite...

BADR’EDDINE MILI AU SOIR D’ ALGÉRIE: «Je ne suis pas dans l’écriture stakhanoviste»

27 septembre 2012

Commentaires fermés

Culture :  Nous avons rencontré Badr’Eddine Mili au 17e Sila et nous lui avons posé, à brûle-pourpoint, des questions sur ses œuvres mais aussi sur l’actualité du salon, de la littérature algérienne, de la critique et du champ culturel national. Voilà ce qu’il nous a répondu. 

Lire la suite...

Rabia Ziani: Mémoires d’un jardinier (Entretien)

15 septembre 2012

Commentaires fermés

Rabia Ziani: Mémoires d’un jardinier (Entretien)

Rencontré chez lui à Crescia ( Sahel d’Alger) où il s’est installé depuis 1964 comme directeur d’école. Rabia Ziani est romancier, nouvelliste et pédagogue. Parmi ses romans publiés dans les années 1970 et 1980, « Le déshérité », « Ma montagne », « Nouvelles de mon jardin », « Le secret de Marie » disent l’Algérie contemporaine sous le regard de personnages rompus […]

Lire la suite...

Jean Sénac, l’Algérien blessé

15 septembre 2012

Commentaires fermés

Jean Sénac, l’Algérien blessé

« J’ai langui, j’ai séché, dans les feux, dans les larmes ». Jean Racine, dramaturge français (1639-1699) Jean Pélégri (assis) et Jean Sénac.

Lire la suite...

Claude Juin : des soldats de la France libre tortionnaires en Algérie

15 septembre 2012

Commentaires fermés

Claude Juin : des soldats de la France libre tortionnaires en Algérie

Dans « Des soldats tortionnaires. Guerre d’Algérie : des jeunes gens ordinaires confrontés à l’intolérable » ( Ed. Robert Laffont, 2012), Claude Juin, soldat du contingent durant la Guerre d’Algérie, explique le basculement de ses camarades de régiment en tortionnaires. Démobilisé en 1958, l’auteur a publié en 1960 « Le Gâchis » (ed. EFR) un témoignage contre la guerre […]

Lire la suite...

Catherine Lépront : « Je ne renoncerai pas à dénoncer la haine, le racisme ! »

15 septembre 2012

Commentaires fermés

Catherine Lépront : « Je ne renoncerai pas à dénoncer la haine, le racisme ! »

La romancière, nouvelliste, dramaturge et essayiste française Catherine Lépront, prix Goncourt de la nouvelle en 1992, est décédée dimanche dernier, le 19 août 2012, à Paris à l’âge de 61 ans des suites d’une grave maladie pulmonaire. Son écriture est hantée par les guerres, la déportation et la colonisation. En 2011, elle nous avait accordé […]

Lire la suite...

« Alger sans Mozart », un roman à lire absolument

15 septembre 2012

Commentaires fermés

« Alger sans Mozart », un roman à lire absolument

« Alger sans Mozart » est un roman écrit à quatre mains. C’est également une partition à plusieurs voix. Trois personnages principaux se relaient et témoignent. C’est la partition de leur histoire, leur passion pour une terre, qui est écrite ici par un Français corse, Michel Canesi et un Algérien, Jamil Rahmani. Ce livre va marquer la […]

Lire la suite...

Littérature enfantine : sang, épées et têtes coupées Par : Amine ZAOUI

14 septembre 2012

Commentaires fermés

Jeudi, 06 Septembre 2012 09:50 SOUFFLES… En consultant quelques dizaines de livres, disponibles sur le marché culturel algérien, destinés aux enfants, de 6 à 16 ans, que j’ai découvert la cata ! En les lisant, j’ai été comme frappé par le trauma. Des livres de contes, des nouvelles, un amas d’écrits appelé, soit disant, honteusement, […]

Lire la suite...

Albert Camus et les libertaires

8 septembre 2012

Commentaires fermés

Lou Marin (écrits rassemblés par), Albert Camus et les libertaires (1948-1960). Marseille, Egrégores éditions, 2008, 361 pages. L’engagement libertaire d’Albert Camus est notoire. Le Dictionnaire biographique du mouvement ouvrier français l’avait abordé dans la notice écrite par René Galissot du tome 211, reprise en une nouvelle rédaction par René Gallissot et Charles Jacquier pour le […]

Lire la suite...

Littérature enfantine : sang, épées et têtes coupées Par : Amine ZAOUI

7 septembre 2012

Commentaires fermés

Jeudi, 06 Septembre 2012 09:50 SOUFFLES… En consultant quelques dizaines de livres, disponibles sur le marché culturel algérien, destinés aux enfants, de 6 à 16 ans, que j’ai découvert la cata ! En les lisant, j’ai été comme frappé par le trauma. Des livres de contes, des nouvelles, un amas d’écrits appelé, soit disant, honteusement, […]

Lire la suite...

Les puits de la mort par Farouk Zahi

7 septembre 2012

Commentaires fermés

«Pour être téméraire, il ne suffit pas d’être volontaire, il faut encore être innocent jusqu’à l’ignorance.» (George Sand) 

Lire la suite...

Livres : bonjour tristesse(s) ! par Belkacem AHCENE-DJABALLAH

6 septembre 2012

Commentaires fermés

La nouvelle littérature algérienne a de quoi foutre le «bourdon» et, bien qu’ elle «surfe» de plus en plus sur un autre registre, plus ouvert sur la modernité et l’universel, elle reste «scotchée» à une atmosphère assez «noire»,

Lire la suite...

LA PETITE BIBLIOTHÈQUE DE L’ÉTÉ 2012 (II) Lire: une opération de salut personnel

1 septembre 2012

Commentaires fermés

Mercredi 08 Aout 2012 Par Kaddour M’HAMSADJI A la Bibliothèque nationale d’Alger: l’une des nombreuses allées riches de tous genres d’ouvrages qui attendent leurs lecteurs

Lire la suite...

La culture des prétextes Le véritable théâtre est toujours ailleurs Par : Mazouzi Mohamed

31 août 2012

Commentaires fermés

Contributions Jeudi, 30 Août 2012 09:50 Pourquoi le théâtre est-il toujours ailleurs ? Telle est en effet cette maudite énigme similaire à celle de la Sphinge et que l’on s’échine à résoudre comme Œdipe, non pas pour  narguer une implacable fatalité et aspirer à un monde parfait (chose illusoire puisque, paraît-il, Œdipe n’a fait qu’accélérer un […]

Lire la suite...

Senghor, le marabout normand ! Par : Amine ZAOUI

31 août 2012

Commentaires fermés

Jeudi, 23 Août 2012 09:50 …SOUFFLES… Je vous parle du marabout normand !  Lors de mon séjour en Basse-Normandie, il y a de cela une quinzaine d’années, j’ai connu un Marabout africain. Il ne ressemble point pas aux autres. Un marabout africain dans le pays du boudin et du calva !

Lire la suite...

Comme dans le pays des séismes naturels et littéraires ! Par : Amine ZAOUI

31 août 2012

Commentaires fermés

Jeudi, 30 Août 2012 09:50 …SOUFFLES… Permettez-moi de rêver un petit chwiya. Les grands rêveurs sont des révolutionnaires et des poètes, nous a appris Moa. Et je ne suis ni des premiers ni des seconds. Mais, dès  qu’il s’agit de l’avenir du livre dans mon pays, je me trouve ensorcelé par le rêve. 

Lire la suite...

Ghaya ou pas ? par El-Guellil

6 août 2012

Commentaires fermés

Ghaya ou pas ? par El-Guellil

Il ne sait plus sur quel pied danser. A peine venu au monde, l’homme est géré par ce «bon ou pas bon pour la santé».  Quand bébé hurle, il déchire ses cordes vocales. Dit son papa. Mais la grand-mère, elle, s’inquiète quand il est trop silencieux. Erriya, ses poumons ne se développent pas. Il suce […]

Lire la suite...

Albert Camus évoque l’Etranger

5 août 2012

2 Commentaires

Albert Camus évoque l’Etranger

Albert Camus évoque l’Etranger « …J’ai résumé L’Étranger, il y a longtemps, par une phrase dont je reconnais qu’elle est très paradoxale : ‘Dans notre sociéte tout homme qui ne pleure pas à l’enterrement de sa mère risque d’être condamné à mort.’ Je voulais dire seulement que le héros du livre est condamné parce qu’il ne joue pas […]

Lire la suite...
12345...40

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...