RSS

Cette info qui nous fait voler la vedette

26 juillet 2014

Salim Metref

 

Le  tragique crash du vol d’Air Algérie au Mali, comme d’autres événements, révèle encore une fois  les nombreuses carences qui existent encore en Algérie en termes de communication, surtout officielle, et de réactivité. Tout va désormais très vite et l’opinion internationale n’attend pas et est à l’affût du moindre écho et de la moindre déclaration. Il faut vite s’approprier l’événement avant qu’il ne vous échappe, surtout lorsqu’il vous concerne en premier lieu,  et avant que d’autres ne le fassent à votre place, ne se l’approprient et ne l’exploitent pour des raisons stratégique, de démonstration d’efficacité et d’affirmation de leadership. Beaucoup d’algériens s’indignent et expriment leur colère et ne comprennent pas,  une fois encore et s’agissant de ce tragique événement par exemple, que l’Algérie,  du fait peut-être de la chaleur ambiante ou du manque d’imagination de ceux qui la dirigent, se fasse doubler et rate une fois encore l’occasion de gérer avec brio et professionnalisme et à son profit un événement qui nous concerne puisque qu’il s’agit d’un vol d’Air Algérie et ce indépendamment de la diversité d’origines de tous ceux qui ont malheureusement perdu la vie au cours de ce tragique accident.

Et de ne pas comprendre cette propension récurrente, et qui devient inquiétante, chez l’actuel Ministre Français des Affaires Etrangères à s’ériger parfois en porte-parole officieux de l’Algérie,  s’offrant le luxe de s’ingérer «amicalement» dans ses affaires internes.

Sommes-nous devenus à ce point inaudible ou peut-être sous tutelle ?

Coté algérien, les couacs semblent  aussi nombreux. Trois ministres qui montent au filet peut faire  vraiment désordre. Une cellule de crise regroupant tous ces départements aurait suffi, présidée par le Ministre des Affaires Etrangères, seul autorisé à s’exprimer aurait été sans doute plus opportune d’autant plus que ce dernier aurait donné le change à son homologue français qui, en cette période de disette intellectuelle et de panne d’imagination qui caractérisent la gauche socialiste française au pouvoir, s’est vite approprié le beau rôle. Et les médias français n’ont pas manqué de préciser que c’est un drone français qui a localisé le premier l’appareil.

Mais peut-être préfère-t-on, coté algérien, se laisser volontiers voler la vedette, ronronner et s’assoupir et venir à oublier peut-être les familles des victimes algériennes ?

Mais quelles sont les véritables raisons qui ont fait que l’accident du vol d’Air Algérie soit devenu en France un événement national et soit géré par les medias en tant que tel au point de provoquer  même le report du déplacement officiel à l’étranger du président français?

Est-ce la légitime émotion suscitée par le nombre élevé de victimes françaises qui peut justifier qu’elle soit récupérée par les socialistes français surtout que les sondages d’opinion plombent toujours une popularité devenue exécrable et qui hypothèque déjà 2017 au profit du Front National ?

Ou l’impératif de désactualiser la tragédie de Gaza et les crimes de guerre commis par Israël et de réduire la pression induite par une partie de l’opinion française qui veut manifester son soutien à la Palestine et qui bute sur la partialité de l’administration qui lui refuse, sous différents prétextes, le droit et l’autorisation de manifester ?

Ou bien le souci des autorités françaises d’affirmer une influence indiscutable dans tout ce qui touche au Sahel, au détriment du rôle que souhaite jouer l’Algérie dans cette région et qui ne plairait  pas à l’ancienne puissance coloniale qui n’accepte pas de concurrence en la matière ?

Ou encore l’envie de déployer l’expertise française en matière de sécurité aérienne et d’enquête sur les accidents d’avions civils ?

Ou peut-être de minimiser l’impact de la médiation algérienne entre les différentes parties en conflit au nord Mali et les pourparlers qui ont eu lieu à Alger ?

Toutes ces raisons peuvent expliquer, en partie ou pas du tout d’ailleurs, les dessous de cette médiatisation d’outre mer mais n’expliquent pas le manque de réactivité algérienne qui demeure une énigme. Sommes-nous désormais ligotés par notre participation au défilé du 14 juillet ? Mystère et boulle de gomme.  J’espère vraiment que je me trompe !

 

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...