RSS

Ces opposants qui ne sont pas tombés du ciel. Salim Metref

29 juin 2014

Salim Metref

 

Ne pas être d’accord est un comportement profondément humain. Pouvoir exprimer  pacifiquement et librement un avis différent et être entendu pour qu’il soit pris en compte est une aspiration légitime et citoyenne et traduit le plus souvent l’existence d’une société civilisée ou le respect mutuel est le socle du vivre ensemble.

Passionné par la question de la non-violence et spécialiste de l’Europe du XXème siècle, Jacques SEMELIN, Professeur à Sciences-Po Paris (France) énonça(*) que toute opposition ou toute résistance individuelle «est souvent une énigme» et qu’elle devient «une surprise» lorsqu’elle est de masse. Et de poursuivre à propos des turbulences qui caractérisent ou qui ont caractérisé le monde arabe, que «dans toute émergence d’une résistance civile, il y a d’abord un refus de la fatalité. Un sujet se dit qu’il ne peut plus accepter un système, au nom d’une histoire, d’une culture dont il se sent porteur ou de façon viscérale à cause de ce qu’il vit au présent. Ensuite vient l’affirmation de valeurs ou l’on retrouve les droits fondamentaux : liberté, dignité, droit à l’opposition, à la sureté, à la propriété, ….. La troisième dimension est la solidarité, parce qu’on ne peut y arriver seul. Enfin il y a l’élaboration d’un projet : que construire d’autre, quel nouveau contrat du vivre ensemble». Ce séquentiel théorique du changement peut caractériser un processus de transformation conduit en douceur ou un processus dit révolutionnaire avec tout ce que peut renfermer ce dernier comme potentiel de déviation, d’essoufflement, d’extinction, de radicalisation et aussi comme marge qu’il peut laisser à l’éveil d’un processus contraire dit lui de contre-révolution.

Essayer de bannir toute forme d’opposition politique où de la contenir dans un «espace  circonscrit» serait fatalement contre-productif. Concevoir l’existence d’une opposition que sous l’angle biaisé de la menace potentielle qu’elle pourrait constituer pour le pouvoir en place serait une erreur voire une faute politique majeure que ne commettraient pas les pires adversaires. S’exprimant à propos  d’une  paix possible  à mettre en place dans le conflit  du Proche-Orient, un sinistre personnage aujourd’hui décédé disait que la paix, selon lui, ne pourrait se concevoir qu’avec les durs car seuls ces derniers, et contrairement aux autres, ont une parole et ne renieraient jamais leur engagements. L’existence d’une opposition véritable serait sans doute le meilleur garant d’une stabilité des institutions et le meilleur rempart contre le déferlement brutal des colères dont on connait toujours le début mais jamais l’issue ni la fin.

Partout dans le monde, l’opposition politique a toujours eu pour ambition de se battre pour accéder au pouvoir par des moyens pacifiques afin de mettre en place un programme qu’elle aura eu toute la latitude d’expliciter en tant que force d’opposition et de propositions. Et dans ce cas de figure et pour citer un ancien Président Français, c’est dans cette posture, celle de l’opposition, qu’il faut toujours être le meilleur car une fois au pouvoir … les promesses n’engagent hélas le plus souvent que ceux qui les entendent. L’existence d’une opposition politique, respectée, représentée au parlement grâce à un scrutin libre et honnête, et qui s’exprime, propose, se réunit et le cas échéant manifeste pacifiquement est un exercice sain qui consolide la cohésion sociale et permet l’alternance pacifique au pouvoir lorsque les conditions politiques, économiques et sociales l’exigent et l’imposent. C’est aussi un long apprentissage qui s’acquiert petit à petit.  Une opposition capable de canaliser sainement les colères est une richesse que seule la démocratie représentative permet d’obtenir. N’oublions pas dans ce contexte que des régimes ayant dirigé leurs pays d’une main de fer sont parfois tombés comme des châteaux de cartes. Ils étaient pourtant tous convaincus d’avoir toujours raison et que rien ne pourrait résister à leur force ni à leur puissance et ils ont entrainé dans leur chute leur pays tout entiers. Des processus révolutionnaires, avortés ou pas, ont eu lieu dans le monde arabe et ont été le plus souvent induits et catalysés par la répression massive pratiquée à l’encontre des populations et de la diversité d’opinions. Les régimes issus de ces révolutions et nouvellement installés ont trébuché sur deux réalités tragiques. Un manque colossal de moyens financiers pour apaiser et satisfaire l’impatience des peuples et l’absence d’une opposition politique, laminée par les régimes précédents, capable de donner du sens à la contestation et de révéler de nouvelles perspectives et de nouvelles raisons d’espérer à une société complètement déstructurée par l’effet conjugué de la peur et de l’usage inconsidéré de la force.  Ils ont été pour certains anéantis par une contre-révolution soutenue discrètement par l’occident. La nouvelle conjoncture internationale est aujourd’hui et plus que jamais caractérisée par la mise en place d’une stratégie mondiale de démantèlement de pays souverains. C’est désormais une réalité incontestable et impitoyable. Ces desseins macabres sont souvent mis en place grâce à la collaboration inconsciente de régimes qui continuent de croire que l’on peut tout faire soi-même et qui prétendent pouvoir s’émanciper d’une opposition politique dont l’existence et les propositions pourraient s’avérer salvatrices si le danger de l’instabilité et pire celui de la désintégration venaient tous deux à devenir, du fait d’une conjoncture économique désastreuse et d’un voisinage lui-même complètement disloqué, une réalité qu’il faudrait vite vaincre et dépasser pour ne pas sombrer et succomber. Le mythe de l’ennemi de l’intérieur ne résiste plus aux aspirations citoyennes et les nouveaux rapports de force dans le monde induisent inévitablement de nouvelles attitudes et de nouveaux comportements. L’adoption par l’Algérie du principe de précaution et son appropriation de l’intelligence au profit de l’anticipation des dangers potentiels qui pourraient surgir à tout moment sont une nécessite vitale du fait d’un contexte régional extrêmement mouvementé. La primauté au développement économique bien pensé et bien mis en œuvre est aussi une démarche saine qui permet de réduire les inégalités sociales, d’apaiser les tensions et de contenir les frustrations qui font souvent le lit du chaos et du fascisme. Et redonner de la fierté à un peuple qui a plus que jamais besoin de vivre en paix dans un pays prospère, le sien et  nulle part ailleurs, et une société apaisée est un challenge que beaucoup de monde veut relever et gagner. Mais concevoir qu’il n’y aurait pas dans ce pays de place pour ceux qui s’opposent et qui proposent autre chose pourrait provoquer une immense illusion, plus grande que toutes celles que pourrait provoquer l’ivresse du pouvoir, celle de voir que tout peut devenir subitement si fragile et s’effondrer. Nous détenons nous-mêmes les atouts de notre puissance future qui peut se déployer et qui n’est pas elle une illusion. Mais cette puissance aura l’envergure que lui donnera la volonté politique qui sera la nôtre de mettre en place et une fois pour toutes les standards universels qui permettent d’exercer où de quitter le pouvoir pacifiquement  et par la seule voie du suffrage exprimé librement et respecté!

(*) In Forum & débats. Quotidien La Croix (France) du 10 mai 2011.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...