RSS

Les mots pour tout dire .

7 mars 2014

Farid Talbi

farid talbi
Aujourd’hui à 7h14 PM
un truc pour échapper à la déprime de la « sériosité « 
Les mots pour tout dire .
Tu as des mots comme çà qui, en soi, constituent une  remarquable peinture de société . Qui plus mieux est, projettent la rétrospective imagée d’une époque révolue ,avec une évocation  fidèle d’ambiance.
Le génie du langage populaire,  vraiment national celui-là . 
Pourvu que ces mots soient employés dans le jargon, en y mettant la diction d’usage , et te voilà inviter à revisiter l’histoire dans un contexte humain, comme si tu y étais , en 3D …
Déroulons la bobine , commençons par une prise d’ensemble ,plantons le décor.
A la sortie du hameau, un moulin à grain, Ammi Salah le meunier , des meules énormes en gré des Babors pour transformer le blé en semoule, des animaux de trait pour l’énergie moteur, deux ânes encartés déjà .
Et surtout dans un bruit d’enfer du diable,un processus s’ébranle qui implique une surveillance, des interventions manuelles ininterrompues du meunier . Pas une seule seconde d’inattention  visuelle de proximité , pour éviter une cascade de dégâts, préjudiciables on l’aura compris .
Vaillant meunier ( tah-hane,- la chedda insistante !).
Juste là, à proximité , la maison familiale de notre vieil artisan  partagée avec une toute nouvelle femme ,Aïcha,  et bientôt un enfant . Avec cette particularité de subir une pollution insupportable du bruit du moulin , bien entendu quand seulement l’installation se retrouvait en fonctionnement ..
Les mauvaises langues du village  prétendaient que Aîcha, fougueuse , avait parfois eut à succomber à la jeunesse  ardente et aux charmes d’un colporteur marchand de vaisselle . Comme il y en eu tant voués aux feux de l’enfer, avant que le progrès mécanique ne fasse disparaitre moulins bruyants, meuniers heureux de leurs performances nocturnes, petits commerce de l’informel traitre.
Pour ce faire en toute sécurité, les amants maudits ( bien sûr, tu parles ! ), se fiaient au bruit continu des meules , assurant que Ammi Ali était forcément occupé, dans l’incapacité de quitter le moulin ,
D’où mon frère , l’expression admirablement explicite, en un mot  et pas plus  » tah-hane !! » , pour qualifier le statut conjugal écorne de notre meunier .
Parait que la bénédiction/malédiction  persisterait , paradoxalement dans les sites résidentiels , où justement le bruit est aujourd’hui proscrit .
Le vocabulaire du peuple, çà te bluff   !!
Farid Talbi

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...