RSS

Hok, hok ouerbah! par El-Guellil

18 novembre 2013

El-Guellil

Hok, hok ouerbah! par El-Guellil dans El-Guellil carte-a-gratter-300x225
L’ère de «hok terbah», on y est en plein, dedans. La loterie fait rêver beaucoup de monde. Hommes, femmes, vieux et jeunes, tous veulent devenir, en un battement de cils, millionnaires. Il se trouve même des Algériens chez nous, qui jouent à l’euro-million, à partir de leur coin, aussi perdu qu’il soit. Pauvre futur millionnaire, quand deviendras-tu riche ? Alors «houk rassek» et réfléchis plutôt à une bonne manière de gagner de l’argent, car celui qui «gratte» perd toujours. Bien sûr, «houk takhser» toutes les pièces de monnaie que tu as dans ta poche. 

A ce moment-là, «houk» aussi ton ventre pour faire taire la faim qui tortille tes entrailles.

A force de gratter, on devient alors un gratteur professionnel qui ne vit que du «grattage». Un métier qui rapporte gros, car de nos jours, tout est à gratter. «Houk ya khouya djibek», et paye tes dettes, celles contractées chez l’épicier du coin, le coiffeur d’en face et le boulanger d’à côté. La loterie s’empare de tous, sans exception, et les jeux de hasard riment avec bouée de sauvetage aux pauvres malheureux qui ne sont pas encore millionnaires. Mais, ils le deviendront, certainement, à force de gratter dans le vide pour remplir des poches désespérées.

Avec des ongles acérés, les gratteurs s’acharnent sur le «houk terbah» le billet qui mène droit à un rang social élevé… Il se trouve même qui, à partir de chez nous, jouent à l’euro-million, par personne interposée.

Il ne faut pas trop rêver, car les villas somptueuses et les châteaux manoirs ont été hérités pendant «el-ghafla», au moment où tout le monde dormait sur ses deux oreilles. Au moment où le dinar était symbolique et les repères bradés. Il ne faut pas trop se faire d’illusion, face à toutes ces richesses, car «li ma oureth, kh’ouène», ne serait-ce que le fisc.

Car, au moment où le commun des Algériens payait l’impôt, car gravé directement de son salaire, l’Algérien avec option, lui, au lieu d’impôt, payait un pot.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...