RSS

L’ANSEJ internationale, voie royale de la réélection par Kamel Daoud

20 octobre 2013

Kamel Daoud

Il y a finalement deux ANSEJ en Algérie. Celle de formule interne, bien connue, consistant à prendre sans rendre ou à partager sans compter. Elle a servi à éviter l’orage, calmer les esprits et acheter les voix (au mieux, on vote pour vous ; au pire, on ne vote pas pour votre adversaire). L’ANSEJ interne a été une réussite pour calmer les ardeurs des jeunesses folles et à éviter un «printemps» algérien désastreux. Dans sa débâcle lors de sa conquête ratée de l’Ouest, le Frère Barberousse avait donné ordre de disperser l’or pour disperser ses poursuivants, selon les historiens. Ingénieuse formule pour vaincre le victorieux. 

Ensuite, il y a la mystérieuse ANSEJ internationale. Elle consiste en un bradage discret des grands marchés nationaux comme le tabac, ou à vendre des chantiers au moindre prix aux partenaires étrangers ou à donner des gisements au coût de dollar symbolique. L’ANSEJ internationale est une série de facilités d’accès aux ressources, aux marchés et aux épargnes bancaires, destinée à calmer les pressions étrangères. Elle sert à acheter des voix pour un autre mandat à l’internationale, à faire éviter la manipulation d’un printemps algérien dictée par sharing et à accroître les alliances, celles qui comptent du moins.

Dans les deux cas, c’est notre argent, nos mines, nos ressources, nos poches et notre argent mais pas notre décision.

L’ANSEJ internationale est une formule de souveraineté, elle est discrète, entre initiés et sans tapage. Pas de trace ni dans la presse ni dans les médias. Que dans les rumeurs. Juste un filet ou un indice. Juste des non-dits et des coups de téléphone. Juste des pressentiments.

En gros, l’ANSEJ internationale connaît des pics et des augmentations d’activité à l’approche des présidentielles. On le sait, on le sent, on l’a déjà vécu. Cela se fait sous le nez mais loin de l’oreille. C’est en cours, maintenant, à l’instant de ces lignes, par simple injonction.. et personne ne trouvera à redire. C’est la nouvelle force des régimes : les appels d’offres truquées, pas les casernes. Les marchés, pas les chars. L’ouverture des plis, pas les colonnes de fantassins. On prend le pouvoir quand on cède un morceau du pays et pas quand on renverse un prédécesseur. Le grand courant de la braderie des indépendances, pour être indépendant de ses peuples, est un courant post décolonisation connu en Afrique.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...