RSS

Au lit par El-Guellil

19 octobre 2013

El-Guellil

Chaque jour qui se lève est un jour. L’humble chaabi cherche d’abord ses béquilles avant de se lever, une nouvelle épreuve pour mesurer l’énorme fossé qui sépare encore le discours aseptisé de la réalité malade, la parole naturellement facile de l’acte nécessairement difficile. Autant l’Algérie «officielle» semble vouloir entrer d’un pas décidé dans l’ère du troisième millénaire, autant l’Algérien hésite encore à se projeter sur un avenir qu’il craint de voir ressembler à hier. Au niveau local, le pouvoir d’Alger donne l’impression d’être complètement déconnecté de la réalité, de la vérité ou des vérités du terrain. En haut lieu, sait-on que la vraie image que le citoyen se fait du pouvoir, de l’autorité, de la puissance publique, n’est pas celle que la télévision nous raconte en quelques mots au JT de vingt heures, ni celle des luxueux salons d’honneur, mais bien celle qu’il voit, qu’il vit tous les jours dans sa ville, son village, sa commune…

Lorsqu’il faut attendre toute une vie pour prétendre à quelques mètres carrés pour abriter sa progéniture, lorsqu’il faut s’armer d’un trésor de patience pour retirer un document d’un service public, lorsqu’il faut toujours «graisser la patte» pour «acheter» son… droit, lorsqu’il faut attendre, sinon une éternité, du moins des années, pour frapper à la poire d’un petit responsable qui s’empresse de vous accabler de ses tourments pour vous empêcher de parler des vôtres, l’on a du mal, beaucoup de mal, à accepter l’idée que quelque chose est en train de changer dans le pays.

Si des nations s’imposent aujourd’hui en véritables maîtres du monde, ce n’est pas seulement grâce au génie de leurs gouvernements, mais aussi grâce au travail de leurs citoyens, tous leurs citoyens sans distinction aucune.

C’est manifestement de cela dont notre pays a besoin. Permettra-t-on aux générations actuellement en formation, et aux cadres jusque-là mis en quarantaine de rattraper le retard et mettre le pays au diapason ou continuerons-nous de boire le lbène jusqu’au lit.

http://www.lequotidien-oran.com/?news=5189161

 

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...