RSS

Bon Aïd par El-Guellil

14 octobre 2013

El-Guellil

On ne m’a pas donné le salaire que je veux, je fais grève. On ne m’a pas octroyé un logement, je fais grève. Le patron nommé par la tutelle ne me plaît pas, je fais grève. On a, injustement, licencié un salarié spécialisé en congés de maladie, je fais grève. On veut liquider l’entreprise qui nous a nourris pendant des années, et qu’on a coulée, j’fais la grève. Les autres font la grève, pour les soutenir, je fais la grève. Les autres refusent de faire grève, je ferais grève pour les obliger à faire grève. Tout ce mouvement profite du «printemps arabe», c’est d’ailleurs pour cela que les amazighs, sages et conséquents, refusent de rejoindre la mouvance. Bon Aïd par El-Guellil dans El-Guellil trans

Que les médecins, nos gentils praticiens, revendiquent des conditions de travail décentes afin de mieux servir des malades patients et impatiens, on le comprend très bien. Que les résidents qui résident dans des hôpitaux où tard, ils peuvent être sollicités par des pathologies impossibles de prendre en charge, par manque de moyens ou à cause d’un matériel défaillant. N’goulou, ils ont raison. Que les dentistes fassent un arrêt de travail n’dirou belli leur souci majeur est de retaper le sourire qu’on a perdu. Que les infirmières, confondues avec les femmes de ménage, peinent à retrouver leur véritable statut et que les ambulanciers, transformés en mécaniciens auto, fassent la grève. Oui khayyi, il y va de la santé publique. Que les enseignants, après tous ces ans saignants, demandent que la tutelle arrête de les tutoyer et désinfecte leur sale air, maalich, puisse leur grève fait école. Mais que les vétérinaires promettent de bloquer l’Algérie, alors là, la ménagère s’en fout. Qu’ils paralysent les abattoirs, que la viande vienne à manquer, que les laitages désertent les étals, c’est le dernier des soucis du petit peuple. Tant qu’il y a du mermeze, de la tchicha… et l’eau du robinet… bof.

En plus, savent-ils que l’essentiel des os qui servent à la benna de la chorba et que les abats de la douara proviennent de l’abattage clandestin ? Ça nous suffit, à nous autres, pour faire la fête. Aïdoukoum mabrouk.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...