RSS

Le service public et le «présentéisme» par Cherif Ali

10 octobre 2013

Cherif Ali

Parmi les baromètres scrutés, avec attention, par les patrons, pour connaître la bonne santé de leur entreprise, il y a, bien évidemment, le taux d’absentéisme des salariés. Mais, derrière ce fléau, s’en cache un autre, encore plus nocif, le présentéisme. Le service public et le «présentéisme» par Cherif Ali dans Cherif Ali trans

S l’absentéisme est un phénomène bien connu et relativement bien mesuré, le présentéisme ne fait pas encore l’objet d’une grande attention. Après avoir combattu l’absentéisme, avec ferveur dans les dernières années, les gestionnaires devraient, maintenant, se consacrer à son autre pendant, le présentéisme.

En Algérie, on ne s’intéresse pas du tout, ou pas encore, à ce problème et partant, on a cumulé beaucoup de retard à ce niveau.

Or, il existe, bel et bien, dans nos usines où il est largement répandu, celles, du moins, qui sont encore productives, et il a prit racine dans nos administrations, même les plus reculées, où le minimum de service public n’est pas assuré, par la faute de préposés, pourtant bien présents sur leurs lieux de travail, voire, le plus souvent, en surnombre même.

Regardez, par exemple, nos postes ou nos mairies et les chaines interminables constituées sur un seul guichet fonctionnel, pendant que des agents d’autres guichets  » fermés « , par qui et pourquoi, baillent aux corneilles et se roulent les pouces, à croire qu’ils sont étrangers aux lieux.

Si, on interrogeait les algériens, sur un panel, par exemple, de 100 personnes, « êtes-vous satisfaits des services publics et est-ce-que vous avez été victimes de la bureaucratie? « , leur réponse serait oui, à 100% !

Et divine surprise, le président de la République lorsqu’il a décidé d’opérer le remaniement ministériel, avait déjà conscience de la nécessité de  » faire quelque chose  » pour le service public. Il a décidé de la création d’un ministère, placé auprès du premier ministre, pour prendre en charge la réforme du service public, lequel service public n’est plus ce qu’il était, de l’aveu de la majorité des algériens.

Ça sera un  » ministère transversal  » qui se nourrirait des propositions qui seront portées par les départements ministériels et les institutions concernées, a affirmé Abdelmalek Sellal, lors de la cérémonie d’installation du nouveau ministre.

Alors, Monsieur le ministre chargé de la réforme du service public, j’ai un dossier pour vous.

Ignorer la problématique du présentéisme, c’est le meilleur moyen de faire progresser la bureaucratie et d’exacerber l’impatience des administrés.

Doit-on continuer à aller au travail pour le meilleur et pour le pire et être au boulot physiquement et non pas moralement ?

C’est ça qui définit ce fléau :

- L’employé se présente au travail, alors qu’il n’est pas apte (psychologiquement ou physiologiquement) à travailler.

- Il est présent physiquement, dans l’entreprise, au bureau, voire même derrière son guichet, mais avec toutes les traductions du désengagement du salarié ou du collaborateur, dans le projet de l’entreprise, ou le programme tracé par sa hiérarchie, ce qui peut entrainer, négligences ou erreurs.

Expliqué autrement, on peut dire que le présentéisme est une omission de s’absenter, alors qu’on aurait une bonne raison de le faire.

Plusieurs exemples pour illustrer cette affirmation:

1. Celui qui a mis cinq années à trouver un emploi, même fortement enrhumé, vient travailler. Ses motivations sont nombreuses :

peur d’une sanction

peur du remplacement

refus de voir son revenu baisser

sentiment d’être indispensable

Des chercheurs américains ont voulu savoir, par exemple, si ces travailleurs  » au nez bouché  » -ponctuellement moins productifs- apportaient, malgré tout, quelque chose à l’entreprise, en se penchant sur le cas de 375 000 salariés. Résultat : un salarié malade et présent, ne rapporte rien, au contraire, il coûte plus cher, car il est moins concentré sur la tâche et fait perdre du temps à ses collègues et à son employeur…sans compter le risque de contamination qu’il peut provoquer dans son sillage.

Cette étude, publiée en 2004, démontre que le présentéisme coûte, minimalement, deux à trois fois plus cher que l’absentéisme :

ü quand le salarié est présent, c’est l’entreprise qui le paie, en salaire, mais quand il est absent, pour cause de maladie, c’est la sécurité sociale qui lui verse ses indemnités.

ü quand il est absent, sans motif, c’est des jours de carence qui ne lui sont pas payés.

ü Le phénomène est à ce point généralisé, pour qu’on considère qu’il y a plus de travailleurs malades au travail, qu’à la maison.

2. Le travailleur, présent mais non performant, a qui on demandé d’être polyvalent, c’est-à-dire interchangeable et par extension, anonyme. Il perd l’attachement à son travail, il n’est plus productif et son présentéisme, de son point de vue, n’aura pas d’impact sur l’entreprise ou l’administration dont il relève.

3. L’employé à qui on n’a pas assigné des tâches bien définies et qui  » se roule les pouces jusqu’à la sortie « ,  » c’est la faute au chef, dit-il, il ne m’a pas donné de travail « .

En Algérie, loin de toutes ces préoccupations, on s’entête encore, dans les administrations, ministères et autres collectivités locales, à voir le problème à l’envers, parce que l’on pense, encore, que le présentéisme c’est le fait d’être au boulot, donc à l’inverse de l’absentéisme. On pense avoir régler le problème grâce à la pointeuse ou à la feuille d’émargement. Erreur! On est vraiment rivés sur l’absentéisme et ce qu’il faut éviter, c’est que des mesures destinées à l’éradiquer, qui sont parfois simples, entraînent une augmentation du présentéisme.

Ainsi, une autre étude menée dès 2009, au Royaume-Uni, a estimé que les jours perdus, attribués au présentéisme, étaient 1,5 fois plus importants que ceux imputés à l’absentéisme.

En Algérie, les absences et les horaires laxistes sont remarqués et négativement connotés et pointés. A l’inverse, la présence est d’autant louée, qu’elle dépasse, le plus souvent, les normes exigées et paradoxalement, on ne fait pas rimer absence avec constance (dans la production ou sur les idées).

Etre encore, à son poste à 20 heures est un signe d’abnégation et de forte implication dans son travail. Peu importe que la productivité de l’individu concerné n’ait pas été au top durant la journée.

4. L’instituteur qui n’a pas préparé sa leçon et qui demande à un élève de surveiller la classe pendant que lui, bien présent pourtant, papote avec un collègue ou discute au téléphone.

En réalité, le présentéisme est loin d’être souhaitable, car, en définitive, il est ravageur :

qu’il soit le fait de salariés malades qui viennent travailler alors qu’ils feraient mieux de rester chez eux, pour se soigner,

ou de fonctionnaires zélés qui demeurent au bureau plus que ce qui serait, strictement, nécessaire, parce que, pensent-ils, leur carrière l’exige, comme sont enclins à le penser, tous ces jeunes, frais émoulus, énarques.

Or, un salarié  » présent « , en apparence seulement, dégrade la productivité d’une équipe, il finit par pêcher par manque de concentration et son travail est à refaire. De plus, les coûts liés au présentéisme, climatisation, chauffage, téléphone, internet etc, sont difficilement supportables et grèvent, conséquemment, le budget de l’employeur.

Plus encore et cet exemple nous vient de la haute administration où certains chefs, obligés d’être présents au-delà de l’horaire légal, après une injonction ferme de leur nouveau, mais néanmoins dynamique ministre, n’avaient plus de nerfs et s’avèreraient, en définitive, incapables de diriger un staff ou une équipe, sans hurlements, insultes, humiliations, chantages, vexations… Tout cela, parce que ces messieurs avaient besoin de se défouler et qu’ils n’avaient plus aucun recul. Ces personnes représenteraient et représentent, assurément, un vrai danger psycho-social pour leurs subordonnés qui  » sont au boulot, sans y être !  » Ces derniers, oisifs par devers-eux, ont d’ailleurs le sentiment qu’on leur a infligé des « heures de colle  » comme dans les années du lycée.

Dans l’entreprise, l’idée qui prospère dans le milieu des cadres est celle qui les définit comme ceux qui ne pointent pas, qui n’ont pas d’horaires fixes, qui toucheraient un bon salaire…, et qui éteignent les lumières en partant.

Le seul pays, en fait, où cette notion est présente, c’est le Japon où le cadre sort, dans les deux sens du terme, avec ses collègues de travail.

Ailleurs, et aussi surprenant que cela puisse apparaître, les champions des jours congés sont les pays nordiques ; rester au travail au-delà de 18h ou 19h, c’est mal vu, c’est louche.

Ce serait, plutôt révélateur de votre manque d’équilibre. On vous dira que vous négligez, soit votre couple, soit vos enfants et ce n’est pas très sain, y compris pour l’entreprise.

Dernier exemple, pour en finir avec ces explications du présentéisme, qui peut pervertir le monde de l’entreprise ou l’ambiance du bureau, on ne le répétera jamais assez, quand vous récompensez quelqu’un, qui ne fait rien, qui n’a rien prouvé, au seul motif qu’il est le fils de ou la sœur de, cela ne peut aboutir qu’à la démotivation des troupes qui viennent, ainsi, renforcer l’armée des présentéistes, démunie de feuille de route, qui vient pour  » tuer le temps « , comme elle peut.

Que dire, également, des cadres de plus de 60 ans, qui restent en poste, malgré tout, parce qu’ils font partie de la clientèle du régime. J’y reviendrais. Pourquoi, amis lecteurs, je vous ai proposé ce sujet maintenant.

Je vous ai donné une première explication qui a trait à la méconnaissance de ce fléau ici en Algérie.

La deuxième raison tient du discours de notre premier ministre, Abdelmalek Sellal qui n’a de cesse d’affirmer, dans toutes les wilayas qu’il visite,  » qu’il est temps de passer à la vitesse supérieure, de diversifier notre économie et de ne plus compter sur les hydrocarbures qui ne sont pas pérennes !  » Le salut, a-t-il dit en de nombreuses circonstances, réside dans l’investissement productif créateur de richesses et d’emploi ».

Quid de la ressource humaine, de la formation, du recyclage, de la mise à niveau des personnels ? Ne sont-ce pas là les fondements de l’économie moderne basée avant tout sur l’humain ?

Alors, pour coller à notre thématique présente, il faut faire en sorte que la qualité de vie au travail soit meilleure et qu’on revoie les choses depuis le commencement.

Et en l’état, l’ambiance au travail avec cette  » circulaire des 60 ans qui doivent être débarqués, sans aucune autre forme de procès, de leurs postes « , je ne vous dis pas les dégâts ! Franchement, peut-on faire l’économie de l’expertise de certains de ces cadres ? Et puis entre nous, depuis quand une instruction, même émanant du premier ministre, efface des dispositions réglementaires édictées par un décret ? Bref, passons.

Améliorer la qualité de vie au travail, disais-je, et comme le préconisent les spécialistes :

faire un effort personnel, un travail sur soi donc, pour augmenter le plaisir d’être au travail, comme l’auto-motivation, la recherche de sens, l’augmentation de l’estime de soi.

Permettre à chacun, selon ses capacités, d’accéder, en toute équité, sans piston, à des formations qualifiées et qualifiantes, destinées précisément, à faire prendre conscience des leviers de toutes les aptitudes telles que décrites supra.

Monsieur le Ministre chargé de la réforme du service public, j’ai donc un dossier pour vous. Je n’ai pas la prétention, loin s’en faut, de vous dire ce que vous devez faire. Je vous rappelle, simplement et très modestement, qu’il n’y a pas de solutions aux problèmes de l’entreprise et de l’administration, en général, sans la résolution de cette équation :  » Absentéisme-Présentéisme-rentabilité « .

C’est ce qui va, à mon sens, vous permettre de faire étalage de toutes vos compétences, et au pays d’en faire bénéficier le pays.

Rappelez-vous, cependant, et surtout gardez en mémoire cette sortie du Président de la République qui a dit, un jour, à propos de l’emploi des jeunes :  » ils veulent tous être gardiens et agents de sécurité, pour dormir la nuit et entreprendre un autre job le jour !  » présentéisme, vous disais-je, présentéisme, c’est un vrai fléau, à prendre absolument en compte !

La presse a rendu compte, ces derniers jours, de la réaction des walis, saisis par leur tutelle, aux fins d’installation de commissions chargées de réfléchir sur la réhabilitation des services publics administratifs relevant des collectivités locales.

On a appris aussi, qu’un premier rapport comprenant tous les éléments relatifs à l’accueil et à la prise en charge des citoyens et leurs problèmes, à l’information et à l’orientation des usagers de l’administration, à l’allégement des procédures, à l’amélioration de l’encadrement humain et à l’état des services et institutions publics, sera établi avant le 10 octobre 2013 et atterrira, très certainement, sur le bureau de Tayeb Belaïz, le ministre d’Etat, ministre de l’intérieur et des collectivités locales. Vous hériterez, fatalement,  » de la patate chaude  » car vous êtes à la tête d’un  » ministère transversal  » comme l’a affirmé Abdelmalek Sellal.

Et là je vous le dis, sans ambages, en vous livrant mes craintes : ce rapport là risque d’être un  » remake  » d’un ancien rapport qui sera  » dépoussiéré  » pour la circonstance; il portera le titre ronflant de  » bonne gouvernance  » qui a été, par le passé, tant et tant galvaudé, sans suite probante. C’est comme du sable qui vous glisse entre les doigts, il n’en restera que quelques recommandations, aussi plates que redondantes, qui seront vite remisées dans les tiroirs.

Donc, le risque du «déjà-vu» et du «déjà-entendu» n’est pas à écarter.

Alors, monsieur le ministre chargé de la réforme du service public, autant plancher sur le «présentéisme», c’est le dossier que je vous propose.

http://www.lequotidien-oran.com/index.php?news=5188919

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...