RSS

Oran: un festival qui meurt de sa solitude par Kamel Daoud

28 septembre 2013

Kamel Daoud

Le festival du film arabe à Oran devient de plus en plus triste au fil des années. Ce n’est pas un constat dans la tradition de l’autodénigrement culturel ou une critique d’humeur. Il se trouve que la ville d’Oran n’a pas adopté ce festival. A cause de notre populisme égalitaire. De nos manques de cultures. De cette tradition de peuple fruste qui perd ses goûts au fil des décennies. Parce que le festival est trop «marqué» par la culture institutionnelle et n’arrive pas à s’autonomiser ni à s’instituer. A cause du cinéma algérien dépendant aussi ou de nos manques d’expérience dans l’industrie des prestiges internationaux. La liste est longue, mais dans le tas, il y a une raison évidente entre autres : la Barrière. A l’entrée du Centre des Conventions par exemple, là où se tiennent quelques conférences, il y a d’abord un cordon de policiers. Rébarbatif par essence même s’il n’y pas volonté de l’être. Le policier «interdit» par son image, inhibe, bloque malgré lui, fait fuir. Ensuite il y a les grillages et les portes fermées du centre CCO. Pour accéder à l’esplanade il faut expliquer aux agents de sécurité pourquoi vous êtes là, qui vous venez voir et déposez vos papiers. Et il faut que votre vis-à-vis vienne au poste ou fasse signe de loin pour qu’on vous laisse entrer. Le dispositif dissuade à la fin et ne sécurise pas.

A l’intérieur, un vaste chapiteau luxueux, des gâteaux, des hôtesses affables et un terrible vide. Et c’est cela le mal du festival, entre autres ; et celui de la manifestation culturelle algérienne : il n’est pas ouvert au public. Ce n’est pas une décision volontaire mais une mentalité ambiante. Le chroniqueur se souvient de l’une des éditions quand le policier lui demanda de circuler car il n’y avait rien à voir. «C’est le festival du cinéma cela ne vous concerne pas». La manifestation est vécue comme une visite de ministre, fermée, en off-shore. On croit que «c’est cela», de l’agent de police à l’agent de sécurité à l’agent d’organisation. Qu’il faut justement tenir les intéressés à distance. Ils sont une menace, pas des invités. Ils risquent d’envahir, pas d’applaudir.

Cette barrière est solide et depuis des décennies. Elle a enfermé le culturel dans le calendrier des manifestations, isolé la créativité et la célébration dans le folklore et à mis en échec cette jonction nécessaire entre le festif et le festivalier. Pour ce festival, on a mis l’argent qu’il faut mais cela reste froid car coupé de son but : la célébration. Sur les dépliants une petite touche d’idéologie : il est en arabe et en anglais. Pour personne du monde anglo-saxon. Pas de français langue seconde du pays, par coquetterie nationaliste peut être. Mais on y est. Dans l’illustration presque caricaturale du «l’argent ne fait pas le bonheur». Ce festival mourra de solitude s’il n’épouse pas la foule. Et c’est dommage pour nous, pour Oran, pour nos cultures et nos célébrations et nos créateurs et notre prestige.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...