RSS

Les fondations de l’islam, Alfred-Louis de Prémare, 2002

13 septembre 2013

Auteurs Français

Les fondations de l’islam, Alfred-Louis de Prémare, 2002 dans Auteurs Français Les-fondations-de-lislam-128x150Dans cet ouvrage de synthèse, Alfred-Louis De Prémare, islamologue français récemment disparu, recueille les fruits de ses nombreuses recherches dans le domaine historique, philologique, paléographique et épigraphique. A travers une approche scientifiquement soignée – mais accessible également au lecteur non spécialisé – l’auteur enquête sur la période formative de l’Islam.

La magnifique poignée qui figure en couverture est certainement appropriée pour décrire une époque de conflits, de foudroyantes conquêtes et de luttes intestines; en contrôlant mieux, on découvre cependant que l’objet remonte au 15e siècle. Le paradoxe illustre graphiquement le problème avec lequel De Prémare se confronte tout au long du volume : la vie du prophète de l’Islam et de ses premiers successeurs fait l’objet de narrations considérables dans la tradition islamique (Renan affirma à la moitié du 19e siècle que la vie de Muhammad «nous est aussi bien connue que celle de tel réformateur du 16e siècle »), mais les plus anciennes d’entre elles, si on exclut la Charte de Médina, ne remontent pas au-delà de la fin de l’époque Omayyade (750 apr. J.-C.) et représentent en grande partie une relecture des faits à posteriori; d’autre part les rares sources contemporaines aux évènements expriment le point de vue très partial des conquis. On peut imaginer que le siège d’une ville, la mise à sac d’un monastère ou les négociations pour la capitulation d’un corps d’expédition n’étaient point les moments les plus indiqués pour mener des enquêtes sur l’origine des nouveaux venus. Enfin, les témoignages matériels (épigraphes, numismatique etc.) sont plutôt limités et n’offrent pas d’apports résolutifs.
Dans un effort difficile d’équilibrer l’emploi de sources islamiques (privilégiant parmi ces dernières les traditions anomales) et externes, De Prémare reparcourt l’histoire de l’Islam primitif : dans la première partie, les marchands, il enquête sur la situation de l’Arabie au 6e siècle, la terre d’où partirent les conquérants amplement décrits dans la deuxième partie, principalement à travers les yeux des conquis; une troisième section, les scribes, examine ensuite les circonstances qui présidèrent à la mise par écrit du Coran dans la forme connue aujourd’hui. Les textes auxquels l’auteur se réfère sont traduits à la fin du volume dans une sorte d’anthologie à plusieurs entrées sur l’époque des conquêtes.
Malgré la difficulté de l’entreprise, quelques éléments apparaissent avec assez de clarté. L’Arabie du temps de Mohammed n’était pas ce désert culturel que l’on imagine souvent (les témoignages épigraphiques du désert du Sinaï, arabes dans la langue, mais bibliques dans la phraséologie et les contenus sont dans ce sens particulièrement impressionnant). Les conquêtes furent préparées par la présence de nombreuses tribus installées depuis des siècles en Palestine, Syrie et Mésopotamie et par la lutte au dernier combat entre byzantins et persans. D’autre part le nouvel esprit religieux qui animait les conquérants fut perçu également par les conquis : « ces Arabes-là n’étaient plus tout uniment les Tayayê ou les ‘Arabâyâ qui leur étaient familiers : ils avaient des caractéristiques nouvelles, et un nom nouveau ». Ils étaient muhajirûn, ceux qui ont fait la hijra (p. 37). L’action militaire permanente était un trait caractéristique du nouveau mouvement. Enfin, comme l’affirme De Prémare, la mise par écrit et dans une certaine mesure la rédaction même du Coran, eut lieu selon toute probabilité à l’époque Omayyade, en étroite relation avec des personnages tels que les deux gouverneurs successifs de l’Irak ‘Ubayd Allâh ibn Ziyâd et al-Hajjâj ibn Yûsuf ou le calife ‘Abd al-Malik, à une époque où la distinction entre le Coran (parole de Dieu) et Hadîth (parole de Prophète) n’avait pas encore été élaborée. « la mise en place des corpus scripturaires islamiques – Coran et Hadîth – fut donc une opération complexe et progressive. […] Il faut cependant savoir gré aux auteurs de ces ouvrages, souvent habiles dans l’art du sous-entendu, de n’avoir pas lésiné sur les versions différentes d’une même histoire, sur les points de vue contrastés concernant les mêmes faits et sur les jugements contradictoires relativement aux auteurs des mêmes opérations».(p. 39).

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...