RSS

Nous sommes tous des Saïdani (s) désormais par Kamel Daoud

10 septembre 2013

Kamel Daoud

C’est une photo sur le net : FLN 54 avec un fusil. Une derbouka pour le FLN 2013. L’intronisation, par téléphone, de Ammar Saïdani à la tête du FLN n’arrive pas à épuiser l’autodérision et la moquerie chez les Algériens. Cela continu sur tous les modes et depuis des jours. Comme si par ce rire jaune, on arriverait un jour à atteindre l’éveil ou le sursaut à force de se moquer de soi-même. On a fait ainsi à l’époque de Chadli quand on ne pouvait rien faire d’autre que rire et on le fait aujourd’hui puisque nous sommes tous alités, morts et convalescents et habillés de chemises ridicules. Mais pourquoi Amar Saïdani incarne si bien notre malheur supposé ? A cause de son passé de « frappeur » de derbouka et d’agitateur d’épaules (les siennes à cette époque, celle des autres aujourd’hui) : voici le FLN accoucheur du pays devenu instrument de goinfreries, de conciergeries que réunit une derbouka comme le disait le proverbe. Voici le pays des martyrs devenu le pays du martyr à subir.

L’idée que se font les Algériens des élites politiques est… élitiste, se référant au diplôme, au charisme, au CV et au prestige. Amar Saïdani heurte ce mythe de front et ne s’en soucie pas. Ensuite Amar Saïdani représente une involution spectaculaire qui va de Larbi Ben M’hidi et remonte l’histoire vers la préhistoire jusqu’aux Zbantotes (milices) des Ottomans et leurs serviles relais locaux. Ensuite Saïdani représente ce qu’est devenue l’élite politique encanaillée, soumise, cupide et malhonnête. Un Français avait répliqué à un Algérien qui lui parlait de « décideurs » chez nous, en résumant bien l’allusion : « les décideurs chez vous sont des hôteliers chez nous ». On comprendra.

Ensuite ? Ensuite Saïdani représente comment on fait de la politique désormais ou depuis toujours mais avec un peu plus d’outrecuidance : un coup de fil, un Frère, un président malade et mal habillé. Donc dès que cet homme a été choisi, un immense éclat de rire éclata, suivit par un sanglot secret, une grimace, puis par une envie d’aller au pôle sud et de se laver de sa généalogie. Un sentiment de « honte de soi » comme l’exprima un vieux militaire face au chroniqueur. L’homme renvoie avec précision la réalité du pays, insupportable. Celle que le mythe de la souveraineté et les « papiers » de la nationalité masquent par l’artifice : nous sommes tous des Saïdani et cela nous fait mal justement à cause de ça. « Chaque pays a un rêve et cet homme est l’« Algerian Dream » a résumé un Algérien croisé avant-hier. Amar est nous, la partie que l’on se cache, à quoi nous avons participé, que nous refusons et à quoi nous a ramené le triple mandat. Nous sommes tous des Saïdani.

A la fin ? Le reste, c’est dire les détails : pourquoi cet homme et pas un poteau ou une stèle ou un panneau à la tête du FLN ? Parce qu’il s’agit de faire entrer le FLN au musée, mais en miettes, disent les uns. Parce que Saïd a voulu, disent d’autres. A cause de tout et de tous, disent les derniers.

Le chroniqueur a cependant l’obscure intuition qu’il s’agit de la face apparente de l’œuvre en voie : c’est en encanaillant au plus grossier ce pays que l’on pourra mieux le gouverner et le posséder et se venger. C’est une forme de seconde bleuite (purge anti intellos à l’époque de la guerre coloniale, dit le manuel). A l’époque on tuait, aujourd’hui on tue de rire. Le régime version binôme d’aujourd’hui a bien compris que plus on encanaille ce peuple et ses élites et mieux on le gouverne, on l’asservit et on l’implique dans l’autodérision et donc l’auto dévalorisation. Au-delà de Saïdani, il y a comme une volonté de vous pousser à revivre la traversée du désert, les errances à Genève en vieux manteau, les trahisons d’amis, les quolibets. Un homme se venge, Saïdani n’est qu’un de ses artifices grossiers.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...