RSS

Des vérités qui ne sont pas bonnes à dire ! par El-Houari Dilmi

7 septembre 2013

El-Houari Dilmi

Des vérités qui ne sont pas bonnes à dire ! par El-Houari Dilmi dans El-Houari Dilmi el-houari-dilmi-300x225
Et si, par un pathétique «coup de force» de l’Histoire, les martyrs décidaient de revenir dans le froid giron de leurs indignes survivants ?! Juste pour voir si le pays, laissé derrière (ou devant !) eux il y a déjà 52 ans de cela, se trouvait toujours à la même place, a les mêmes «occupants», et s’il n’a pas été «détourné» ailleurs que là où ils l’ont laissé…! trans dans El-Houari DilmiRegroupés en une sorte de «Sanhédrin» populaire, grand comme la longueur du pays, les martyrs seront assis au milieu d’une immense place publique, avec pour box des accusés une arène grande comme la largeur du pays. Avant de revenir à leur juste sommeil, les martyrs auront à cœur de trouver réponse à leurs lancinantes questions, laissées en fermentation depuis leur «départ» de leur beau trépas. Sacrifiés qu’ils ont été sur l’autel érodé de la liberté recouvrée. Des questions, que de questions, ceux qui ont offert leurs vies pour que les autres respirent… la vie à pleins poumons sur une terre gavée de terreau rouge, ils en poseront une foultitude. De quoi noircir des livres et des livres d’histoire «confisquée». Mais sans forcément tomber sur la Vérité qui soit bonne à dire…

Le pays retrouvé transformé en un gigantesque théâtre des paradoxes, les martyrs voudront savoir pourquoi les hommes nés libres se retrouvent aujourd’hui à courir à perdre haleine après un destin hors de portée qui fuit, un peu comme un limaçon qui gâcherait toute sa vie à tenter de rattraper une gazelle, chevauchant le vent en plein désert ?! Pourquoi alors ceux qui se sont «réveillés» de la longue nuit coloniale sont déprimés de voir la vie perdre de ses couleurs, aujourd’hui délavées ; et les plus jeunes rêver, à l’état éveillé, d’une vie meilleure, …mais ailleurs…?!

Les martyrs voudront surtout savoir comment a vécu le peuple entre le lever et le coucher du soleil de la Liberté ? Comment il a survécu jusqu’à la mort du moustachu, avant de roupiller sur ses lauriers piégés jusqu’après la tombée du Mur de Berlin, et rentrer les pieds devant dans un tunnel si noir que le petit bout de lumière est encore loin devant…

Debout comme un I majuscule, comme dirait l’autre, face au peuple pris d’une insatiable soif de vérité, les martyrs demanderont à savoir pourquoi un pays qui engloutit chaque année la moitié de son trésor national dans la «décérébration» de nos enfants, se retrouve, cinquante-deux ans plus tard, avec dix millions de «sans-le-savoir» sur ses bras ballants ? Pourquoi notre dinar national, symbole «dévalué» de la souveraineté chèrement payée du pays, n’a ni le même prix ni la même valeur aux yeux de ceux qui en usent, et… de ceux qui en thésaurisent, jusqu’à acheter des îles entières, y vivre et y mourir de leur belle mort ?! Pourquoi le peuple des petites gens a aujourd’hui comme un gros coutelas mal aiguisé qui lèche une plaie purulente : aimer la patrie jusqu’à se faire hara-kiri, ou continuer à la «jarnacquer» dans le dos, en enfouissant sa tête dans le sable mouvant de nos hypocrisies notoires ?

Par un terrible verdict (sans appel) de l’Histoire, et avant de partir rejoindre leurs paisibles demeures, les martyrs rendront leur sentence (juste et sans possibilité d’appel) en regardant sans sourciller le peuple droit dans les yeux. Accroupi face au soleil, le chef du tribunal des martyrs prononcera sa sentence, voulue comme la dernière prière des morts : «Nous les martyrs, devons choisir d’être oubliés, raillés ou utilisés. Quant à être compris, jamais !!».

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...