RSS

L’école, le pain, la bourse, ou la vie ! par El-Houari Dilmi

5 septembre 2013

El-Houari Dilmi

Parce que le pays, plus de dix lustres après le recouvrement du soleil de la liberté, est encore à choisir entre développer la faculté (à l’université), ou promouvoir la faculté du développement, l’école algérienne a ceci de particulier qu’elle est le premier indicateur non «triturable» de la bonne santé mentale d’un pays. L’école publique, en véritable pépinière de l’esprit républicain, a tant avancé… à reculons, que le pays se retrouve aujourd’hui avec des millions d’analphabètes et d’illettrés polyglottes sur les bras. Dans un pays où ne pas envoyer son enfant à l’école est, «en principe», un délit passible d’emprisonnement, que fait l’élève, ou même l’enseignant une fois sorti de l’école ? «Ils deviennent des bons à rien», nous rappellent des esprits désappointés. Mais sous nos latitudes désenchantées, à l’ère du dieu – Matière, quelqu’un s’interroge-t-il encore sur la place réelle laissée dans nos triviales préoccupations quotidiennes aux vertus immunisantes de l’école, quand on constate la tête «éviscérée» que le savoir est en congé depuis des années ? Parce que, paraît-il, personne n’a le temps de penser à mettre «quelque chose» dans sa tête lorsque le ventre et les poches sont vides, celui qui voit l’école comme une vocation ou un moyen de mieux comprendre «son» monde, ne «pèse» pas un kopeck aux yeux de plus nantis que lui, qu’un raté, un khobziste, un col usé miséreux, et même misérable, condamné à consommer sa carrière «castrée», un peu comme un athlète qui fait la course en tête, mais finit toujours bon dernier… de la classe. Dans une contrée où le mot «livre» ou «culture» sonne comme des marques de fayots immangeables, le propre d’une société «paumée» est justement de vivre au temps de l’affairisme tous azimuts et ne croire en rien d’autre qu’en la religion du lucre… à n’importe quel prix. Encore et toujours, qui se souvient encore de cet «instit’» des années soixante-dix, pauvre mais digne, mal sapé mais propre de corps et d’esprit, humble mais drapé d’une aura de prophète vivant de son seul Savoir ? Parce que l’ignorance est mère de tous les vices, le «tebbgar» en V.O., le «navigage» ou le charlatanisme «éclairé» tiennent lieu d’une «culture» prédatrice à laquelle ne peuvent échapper que les âmes bien nées.

La «douloureuse» à payer pour ce renversement sens dessus dessous des valeurs de notre société sera extrêmement élevé. Il suffit, «pour perdre le nord», de constater qu’un pays qui consacre presque la moitié de son budget depuis l’ère de la liberté recouvrée au secteur de la formation et de l’enseignement se retrouve un demi-siècle plus tard avec dix millions d’illettrés sur les bras. Et comme un pays qui se retrouve avec autant de «rebut» désarrimé d’avec le train du Savoir et de la Connaissance ne peut suivre le TGV du développement, il y a de quoi craindre pour un retour désastreux vers l’abîme d’avant l’indépendance. Le jour viendra, certainement, où plus que le médecin, l’avocat ou le politique, l’enseignant et son job de toutes les sueurs sera le plus exaltant de tous les gagne-pain que le pays se prémunisse contre l’apocalypse de l’ignorance, et son lot de séismes en tous genres. Le jour viendra, aussi, où celui qui a pour métier d’apprendre aux autres à lire et à écrire devienne le maillon le plus fort d’une société transformée en une gigantesque chaîne alimentaire, avec de la place qu’à ceux qui savent manger à midi pour ne pas être dévorés crus la nuit tombée. Aussi vrai que celui qui ouvre une école ferme une prison, alors construisons, encore et toujours, des écoles et fermons les prisons, toutes les prisons…

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...