RSS

Périmé ? possible ! par El-Guellil

3 septembre 2013

El-Guellil

Etions-nous begri, bekri. Dès l’achat et l’acquisition du plus modeste appareil électronique, on allait plonger œil et tête, en avant, sur la lecture de la notice d’utilisation. « Non, il faut d’abord actionner el botona verte avant de mettre le produit ». Nos doigts n’étaient jamais synchrones pour amorcer un enregistrement sur un lecteur de cassettes audio. L électronique, pour nous autres, était un monde complexe. 

Aujourd’hui, on est étonné de voir nos gosses, à peine sortis de leur langes et chtayatte, jongler avec et transformer des technologies de pointe en véritables jouets. Avez-vous déjà vu un enfant lire quoi que ce soit avant de démarrer des bidules de dernière génération ? Jamais ! C’est que l’ordinateur complexe, lourd, encombrant, nécessitant une certaine connaissance, est devenu un truc mobile, qui tient dans une poche ou un sac. De la même manière, les téléphones portables sont passés du «je téléphone», à «je fais plein de choses, et accessoirement, je passe un coup de fil». Seulement voilà, se pose-t-on la question de savoir l’impact de ces produits sur notre derriya? Est-ce judicieux de leur coller une tablette dans les pattes? Est-ce même une bonne idée d’un point de vue ludique et éducatif? Est-ce que kounna begri, bekri ? Non ! Un puzzle, par exemple, est un jouet très riche, parce qu’il comporte plusieurs disciplines intellectuelles: l’observation, la représentation spatiale, l’organisation, et la dextérité. On observe les pièces, on se visualise le résultat final, on organise les pièces entre elles, puis au final on se sert de nos mains pour mettre les pièces en place. Sur un écran? On perd la dextérité, vu que l’outil compense le manque de précision via un mode automatique, on ne manipule plus les pièces donc plus de réflexion sur le côté tactile, et l’on est donc face à des jeux qui, finalement, tiennent trop la main aux joueurs. L’informatique c’est bien, mais ce n’est pas suffisant. Ou alors suis-je périmé ?

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...