RSS

Khatoua et khatoua par El-Guellil

27 août 2013

El-Guellil

Des avenues « étroitées » par le passage du tramway. Des tags ala mène tag sur les murs, les poubelles dans les rues, des ruelles glauques et une population qui grouille, ça mâche, ça marche, ça rousse pette, sa fume, sa blonde écrasée à même le sol. Ça klaxonne, ça traverse en diagonale. Ça crache ses poumons. Ça double n’importe comment, ça gare faisant fi des embouteillages. Ça braille, ça rail… et bien voilà, on est à Oran, l’été ! 

Il n’y a rien à dire. Toutes les artères de la ville sont équipées de poubelles. Chacun qui mange ou boit quelque chose dans la rue peut se débarrasser facilement de l’emballage. Et dans la rue, ça mange. Ça boit. Ça aboie… Et toutes les poubelles sont pleines. Et toute la journée. Ne vous dites pas que c’est la commune qui oublie de les vider. Faux. Kayène khoutna, très à cheval sur l’hygiène qui, à pied, persévérants, y déposent les déchets résiduels de la maison. On trouve alors des petits sacs dedans ou à côté. Le résultat, vous le devinez, c’est la chaussée qui se transforme en mezbala. El mouchkil est que ces mêmes citoyens, aussi propres que leur inconséquence, n’arrêtent pas de dire à qui veut les entendre « ya khi moskhine, digoulasse, qu’est-ce que ça lui coûte de faire quelques pas et de mettre ses déchets dans le bac à ordures ? »… Ils ont raison les mecs. Le reprenant au vol, un autre « mecque » lui rétorque « koul khatoua b’hassana ». La cloche annonce l’arrivée du tram. Il prend son enfant dans ses bras. On grimpe. Quelques arrêts plus loin on s’arrête. On descend. Notre « mecque » jette son ticket de tram dans le panier installé à proximité et balance sur la chaussée le mouchoir en papier avec lequel il avait nettoyé la bouche de son enfant qui avait fini d’avaler son chocolat. Et il continue son bonhomme de chemin « koul khatoua… » toi et moi on est encore loin !

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...