RSS

L’Autorité -Par Selim M’SILI

21 août 2013

Selim M'SILI

Image de prévisualisation YouTube

Mercredi 14 Aout 2013

«La compétence sans autorité est aussi impuissante que l’autorité sans compétence» Gustave Lebon

«Où avais-je donc les yeux?». C’est ainsi que l’écrivain en herbe s’était exclamé quand le personnage du chauffeur de taxi clandestin lui est venu à l’esprit. Sa muse s’est enfin réveillée. Voilà un personnage central plus intéressant que tous ceux qu’il avait, un instant, essayé d’en tracer le profil: le chirurgien qui doit utiliser le système «D» pour pallier les défaillances de l’hôpital, l’agent immobilier qui flaire les arnaques, l’instituteur qui refuse de se faire payer les heures de cours supplémentaires qu’il donne aux élèves inscrits dans les écoles du secteur public, le fonctionnaire honnête qui doit se battre contre les moulins à vent pour faire aboutir un dossier sur la corruption… Voilà un personnage anonyme, banal, très courant (c’est le cas de le dire!) sur la place publique et que l’on remarque à peine tant il se fond dans le décor. Cela n’a pas été toujours ainsi. Il fut une époque où il rasait les murs, se faisait discret aux sorties des gares routières, agitant un trousseau de clés au passage de voyageurs pressés de prendre un car de la Sntv… Le chauffeur de taxi clandestin est un pur produit de la société de l’Algérie indépendante. C’est lui le thermomètre, l’indice de référence de l’évolution de la société.
Il est plus intéressant que le garçon coiffeur qui se nourrit des ragots colportés par les clients pour la simple raison que le coupeur de cheveux en quatre est toujours confiné dans son petit local qui sent le parfum bon marché. Le chauffeur de taxi clandestin, lui, est libre comme le vent. Il hante les carrefours stratégiques, les sorties de gare ou de stade, maraude aux arrêts de bus ou aux alentours des plages et des hôtels excentrés. Enfin, il est partout où le voyageur naufragé, abandonné par un service public défaillant, est prêt à s’accrocher à lui comme à une bouée de sauvetage. Il est surtout intéressant parce qu’il est le symbole de la déliquescence de l’autorité des services publics chargés de traquer l’illégal, l’illicite, l’immoral. Reprenons. Ce retrait de l’autorité publique peut être évalué selon de nombreux critères: nous n’allons pas parler de l’impunité dont jouissent les pilleurs de sable de nos oueds desséchés ni du bradage de certaines entreprises publiques vendues à des étrangers pour un quignon de pain, ni des scandales financiers perdus dans les sables mouvants des procédures judiciaires… De visu on peut constater ce retrait discret de l’autorité répressive de l’état d’accaparement des espaces publics par des commerçants patentés.
Un commerçant qui pose deux cageots ou deux obstacles sur la chaussée ou sur le trottoir qu’il considère comme un prolongement naturel de son magasin, un constructeur qui n’opère pas un retrait de deux mètres par rapport à la chaussée et qui déborde sur le trottoir en édifiant des marches d’escalier pour se faciliter l’accès à son espace privé, un trabendiste qui installe impunément son négoce sur le trottoir et qui nargue les policiers, ayant souvent recours à des manifestations fumeuses pour défendre son gagne-pain… La vente de lots de terrains sur papier timbré, la non-délivrance d’actes de propriété à des épargnants qui ont soldé leur achat depuis deux décennies, l’accomplissement d’une transaction portant sur un lot de 300 hectares de terres agricoles en quatre nuits et trois jours… On peut énumérer jusqu’à demain les anomalies que la corruption, le laisser aller ont petit à petit installées comme pratique quotidienne dans une société qui a perdu tous ses repères.
Mais pour moi, le service taxi est le symptôme même d’une volonté délibérée de ne pas régler un problème que dans votre mansuétude, vous allez juger comme insignifiant, comme périphérique.

http://www.lexpressiondz.com/chroniques/on_remet_ca/179243-l-autorite.html?print

,

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...