RSS

L’occident et l’orient Par M’hammedi BOUZINA

21 août 2013

M’hammedi Bouzina Med

L’occident et l’orient Par M’hammedi BOUZINA dans M’hammedi Bouzina Med le-choc-des-civilisations

Mardi 19 Février 2008

Prémonition. «Le XXIe siècle sera spirituel ou ne sera pas», avait prédit André Malraux. Et depuis la première année de ce nouveau siècle, le monde se déchire, violemment, par spiritualités interposées. L’Américain Samuel Huntington, professeur de sciences politiques jusque-là inconnu, publie en 1993 un essai sociopolitiqueLe choc des civilisations, lu par les seuls initiés, et accède brusquement à la célébrité à la suite des attentats terroristes perpétrés le 11 septembre 2001 contre les USA. Au nom de la lutte antiterroriste, les USA de George W.Bush déclenchent, la première année de ce XXIe siècle, une véritable croisade contre le monde musulman. Les attentats ont été commis par des Arabes au nom du djihad islamique, estiment-ils. Ils occupent l´Afghanistan et l´Irak, menacent l´Iran et la Syrie, isolent la Palestine, le Yémen, la Libye, secouent le Pakistan…Désormais, «arabe» renvoie à musulman et «terrorisme». L´amalgame est semé dans le conscient collectif de tout le monde occidental. Les nouveaux philosophes, penseurs et autres romanciers ne tarissent plus sur le sujet. Le succès est assuré pour tout écrit, essai ou roman de fiction traitant de l´islam ou du terrorisme. En 2005, un petit journal danois saisit l´occasion pour se payer, gratuitement, une campagne publicitaire mondiale en publiant des caricatures du Prophète de l´Islam (QSSSL). Le monde musulman s´enflamme. Des batailles commerciales et diplomatiques sont engagées entre Etats. Trois années plus tard, en ce 14 février 2008, ce sont 17 journaux danois qui, au nom de la liberté de la presse (dont la journée est célébrée le 3 mai, pour rappel), remettent ça. La même semaine, c´est la somalienne Ayaan Hirsi Ali qui est accueillie sur tous les plateaux de télés françaises et par les plus hautes autorités du pays pour son «engagement et sa lutte» contre l´Islam tout simplement. Elle affirme, tout haut, que l´Islam est incompatible avec la démocratie, oubliant au passage, que l´Islam est la deuxième religion du monde occidental. Jeudi dernier, elle a été accueillie au Parlement européen. L´Europe s´est dit prête à lui accorder les deux millions d´euros/an, nécessaires à sa protection et sa sécurité. Confondue pour mensonge par la Hollande qui lui avait offert la nationalité et un poste de députée, Mme Ayaan Hirsi Ali a été «répudiée» par le pays de Van Gogh et des moulins à vent.
Et la Shoah? Dans le même ordre d´idées, l´Occident, particulièrement l´Europe, coupable de la plus grande horreur que des hommes ont infligé à d´autres hommes, la Shoah, a réussi par un travail de propagande insidieuse à associer, dans l´imaginaire de ses peuples, l´extermination des Juifs durant la Seconde Guerre mondiale, au conflit qui oppose, aujourd´hui, Israël au monde arabe sur la question palestinienne. Voilà un crime contre l´humanité commis par les seuls Occidentaux, auquel ils veulent associer les Arabes et les musulmans en les qualifiant d´antisémites. Ces derniers n´ont jamais, du plus lointain de leur histoire, persécuté ou assassiné une quelconque tribu juive. Au contraire. Ce sont les démocraties européennes qui ont fécondé l´antisémitisme qui a abouti aux camps d´extermination. Les Juifs vivant dans les pays arabes, à cette époque, furent aidés et protégés par leurs cousins germains arabes. Cette propagande de l´Occident est en vérité au service de l´Etat sioniste d´Israël. Elle pardonne et permet de fermer les yeux sur l´occupation de la Palestine et les crimes des sionistes.
Encore eux et nous. 2008 marque bien des anniversaires européens et arabes. Pour l´Europe, le 1er janvier 2008 marque le 50e anniversaire de l´entrée en vigueur du Traité de la CEE, signé en mars 1957. Ils étaient six pays fondateurs de l´actuelle Union européenne: l´Allemagne, l´Italie, la France, la Belgique, le Luxembourg et la Hollande. Ils sont aujourd´hui 27 pays, et bientôt plus. Ils ont grandi. Chez les Arabes, le 1er février 1958 naquît la République arabe unie (RAU) réunissant l´Egypte nassérienne et la Syrie (le Liban inclus). Feu Gamal Abdel Nasser fut élu le 22 février 1958 par référendum, président de la RAU. République qui obtint même un siège à l´ONU et projetait de réunir un maximum de pays arabes. Trois ans plus tard, en 1961, ce fut le divorce. L´Egypte garda l´emblème et le nom jusqu´en 1971. Depuis, les pays arabes érigent, fortifient et parfois se disputent les frontières qui sont censées les réunir, pendant que les Européens suppriment les frontières qui les séparent.

bouzinamed@yahoo.fr

http://www.lexpressiondz.com/chroniques/regards-croises/123120-L%E2%80%99occident-et-l%E2%80%99orient.html?print

, , , ,

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

3 Réponses à “L’occident et l’orient Par M’hammedi BOUZINA”

  1. Artisans de l'ombre Dit :

    Le Choc des civilisations (en anglais The Clash of Civilizations and the Remaking of World Order1) est le titre d’un essai d’analyse politique rédigé par l’Américain Samuel Huntington, professeur à Harvard, paru en 1996 et traduit en français en 1997. Très controversé depuis sa parution, l’ouvrage a donné lieu à de nombreux débats. La théorie développée par Huntington avait été initialement publiée dans un article de la revue Foreign Affairs à l’été 19932. Cet article ayant suscité de nombreuses réactions aussi bien positives que négatives, Huntington a souhaité approfondir sa théorie et en développer tous les aspects en publiant un livre sous le nom The Clash of Civilizations and the Remaking of World Order (« Le choc des civilisations et la refondation de l’ordre mondial »).
    Le projet de Huntington est d’élaborer un nouveau modèle conceptuel pour décrire le fonctionnement des relations internationales après l’effondrement du bloc soviétique à la fin des années 1980. Toutefois, il ne prétend pas donner à son modèle une validité qui s’étend forcément au-delà de la fin du xxe siècle et du début du xxie siècle3 et s’appuie sur une description géopolitique du monde fondée non plus sur des clivages idéologiques « politiques », mais sur des oppositions culturelles plus floues, qu’il appelle « civilisationnelles », dans lesquelles le substrat religieux tient une place centrale, et sur leurs relations souvent conflictuelles.

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  2. Artisans de l'ombre Dit :

    Plan du livre

    Préface4
    Première partie – Un monde divisé en civilisations
    Chapitre premier – Le nouvel âge de la politique globale
    Chapitre II – Les civilisations hier et aujourd’hui
    Chapitre III – Existe-t-il une civilisation universelle ? Modernisation et occidentalisation
    Deuxième partie – L’équilibre instable des civilisations
    Chapitre IV – L’effacement de l’Occident : puissance, culture et indigénisation
    Chapitre V : Économie et démographie dans les civilisations montantes
    Troisième partie – Le nouvel ordre des civilisations
    Chapitre VI : La recomposition culturelle de la politique globale
    Chapitre VII : États phares, cercles concentriques et ordre des civilisations
    Quatrième partie – Les conflits entre civilisations
    Chapitre VIII : L’Occident et le reste du monde : problèmes intercivilisationnels
    Chapitre IX : La politique globale des civilisations
    Chapitre X : Des guerres de transitions aux guerres civilisationnelles
    Chapitre XI : La dynamique des guerres civilisationnelles
    Chapitre XII : L’Occident, les civilisations et la civilisation

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  3. Artisans de l'ombre Dit :

    La thèse

    Un nouveau paradigme : un monde multipolaire et multicivilisationnel

    Dans cette partie, Huntington donne une première carte indiquant la division du monde en 9 civilisations. Après la chute du mur de Berlin, l’identité d’une nation est de moins en moins définie par son appartenance à une seule et unique nation. Deux exemples sont donnés. Le 3 janvier 1992 à Moscou lorsque des universitaires russes et américains se réunirent dans un bâtiment gouvernemental après la fin de l’URSS le 26 décembre 1991. La statue de Lénine avait été supprimée et le nouveau drapeau de la Fédération de Russie avait été hissé à l’envers. À la première pause, les organisateurs s’étaient empressés de corriger cette erreur. Cette anecdote est un signe d’une transition dans la manière dont les peuples définissent leur identité et la symbolisent. La seconde anecdote date du 18 avril 1984, lorsque 2 000 personnes se sont rassemblées à Sarajevo en brandissant des drapeaux de l’Arabie saoudite et de la Turquie. Pour Huntington, les drapeaux flottent hauts et fiers comme des symboles d’une identité culturelle. Désormais, on soulève également les drapeaux des peuples ayant la même ligne culturelle et identitaire. Enfin, il cite un troisième exemple racontant une manifestation du 16 octobre 1994 à Los Angeles contre une loi souhaitant couper toute aide financière aux immigrés illégaux : les manifestants défilaient avec des drapeaux mexicains et certains observateurs se sont demandé pourquoi ils n’avaient pas utilisé le drapeau américain.
    Il indique que nous sommes passés d’un monde bipolaire basé sur l’opposition entre le monde occidental, qu’il qualifie de démocratique et plus riche, contre le monde communiste, qu’il qualifie de plus pauvre, à un monde multipolaire. Le monde bipolaire est un monde en trois parties :
    L’Occident,
    Les communistes,
    Le tiers-monde, dit non-alignés.
    Les non-alignés ont été le théâtre d’affrontements opposant occidentaux et communistes pendant la guerre froide. Dans le monde multipolaire, les oppositions ne sont plus idéologiques, économiques et politiques, mais culturelles. Les civilisations, en cherchant à répondre à la question « qui sommes-nous ? », se définissent en termes de religion, de langue, d’histoire, de valeurs, d’habitudes et d’institutions. Il étudie tous ces aspects qui définissent une civilisation pour in fine définir la nature de leurs identités. Si l’État-nation est toujours au centre de l’organisation du monde, les préférences culturelles se mêlent à la politique et des groupes culturels se forment aussi bien à l’échelle nationale qu’internationale, modifiant considérablement la nature des relations internationales. Ainsi, on observe des guerres ethniques au Rwanda qui affectent l’Ouganda, la République démocratique du Congo et le Burundi mais pas au-delà, tandis que les conflits des Balkans viennent cristalliser des tensions entre Occident et Russie et pays de culture musulmane. Pour Huntington, qui cite Václav Havel, la thèse est claire : les conflits futurs seront de plus en plus d’ordre culturel et de moins en moins d’ordres idéologique et économique. Parce que les principes philosophiques, les valeurs fondamentales, les relations sociales, les coutumes et la façon de voir la vie en général diffèrent entre les civilisations, des conflits d’ordre culturel sont hautement probables. Il explique notamment que la réussite économique de l’Extrême-Orient prend sa source dans la culture asiatique, de même que son incapacité à se doter de systèmes politiques démocratiques stables. Il dit que la culture musulmane explique pour une large part l’échec de la démocratie dans la majeure partie du monde musulman. Ensuite, il indique que les cultures issues du christianisme sont plus prospères économiquement et celles plus orthodoxes sont moins prospères, tandis que les perspectives de prospérité des cultures musulmanes s’annoncent mal. Pour Huntington, il n’y a pas de civilisation universelle ; accepter cet état et identifier les différentes civilisations permettrait de comprendre les différences et atténuer les chocs. Il ajoute également que l’on se définit d’abord en définissant ce que l’on n’est pas.
    En résumé, le monde d’après la guerre froide comporte 9 grandes civilisations ; les affinités et les différences culturelles déterminent les rapports, les antagonismes et les associations entre les États-nations. Les pays les plus importants au monde sont issus de civilisations différentes, les conflits locaux qui ont le plus de chances de s’élargir ont lieu entre civilisations différentes. Les formes de développements économiques diffèrent pour chaque civilisation. L’Occident n’est plus le seul à être puissant : la politique internationale est devenue multipolaire et multicivilisationnelle.

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...