RSS

Eurêka! -Par Selim M’SILI

21 août 2013

Selim M'SILI

Eurêka! -Par Selim M'SILI dans Selim M'SILI eureka

Lundi 12 Aout 2013

«Que de temps perdu!» Archimède

Donc, c’est avec la mort dans l’âme que le chroniqueur abandonna l’idée séduisante de suivre le journaliste dans ses péripéties. Cela aurait pu être une bonne idée. Il aurait restitué avec justesse l’atmosphère spéciale des missions officielles, quand un ministre se déplace avec son staff et sa cour pour une inauguration à l’intérieur du pays. Il reproduirait avec fidélité et non sans délectation la langue de bois qui anime les cérémonies officielles, quand l’officiant en chef se met à dessiner avec des mots empruntés des horizons radieux. Il aurait décrit avec minutie les mines réjouies de la clique locale invitée spécialement pour donner une dimension populaire à une cérémonie préfabriquée. Il insistera sur le zèle des ronds-de-cuir qui ont bâti leur carrière sur le béni-oui-ouisme et qui applaudissent tous ceux qui ont le pouvoir de faire grimper leurs laudateurs dans les échelons ou de signer avec détachement des chèques, de distribuer des logements ou des prises en charge à l’étranger. Chaque déplacement aurait constitué une chronique qui reflétera l’ambiance dans laquelle baigne le pays. Il aurait mis l’accent sur les faiblesses des projets ou des réalisations inaugurés sachant que le lendemain, il y aura toujours un thuriféraire qui lui fera une mise au point avec force arguments et des chiffres difficilement contestables à l’appui. Il se serait étendu sur la duplicité de certains chefs de parti qui brûlent un jour ce qu’ils ont adoré la veille. Il aurait mis en lumière la fausse opposition derrière laquelle campent certains hommes politiques avant d’accéder à une responsabilité ministérielle: dès qu’ils obtiennent un inconsistant portefeuille, ce ne sont plus les mêmes hommes (ou femmes). Et la liberté a des limites: tôt ou tard, il devra se censurer lui-même et taire l’épisode malheureux où le rédacteur en chef lui demandera de «corriger» sa chronique parce qu’elle portait atteinte à la compétence d’un ami ou d’un fournisseur de publicité. Ainsi va la vie… C’est de cette manière qu’il a fait le tour des professions qui lui auraient permis d’établir un contact direct entre les différentes composantes de la société et de la hiérarchie: chacune présentait, ou des difficultés à soutenir un rythme d’écriture ou des sentiments de déjà-vu. C’est alors qu’un incident fortuit l’amena à reconsidérer son jugement.
Un de ces vieux collègues venait de rendre l’âme après dix-huit années de retraite bien méritée. Comme ce collègue résidait dans une banlieue située à l’autre bout de la capitale, il dut se résoudre pour arriver à l’heure de l’inhumation, à prendre un taxi, chose qu’il faisait rarement à cause d’un fragile équilibre budgétaire qu’il ne voulait pas mettre en péril. Il attendit longtemps au bord de l’allée centrale de l’immonde cité où il essaie de suivre, agitant désespérément les bras, mais en vain, chaque voiture munie d’une plaque. Soit le chauffeur de taxi tournait la tête du côté opposé au client en détresse, soit il freinait et déclarait avec un air de fausse désolation qu’il allait dans le sens opposé à la destination de ce naufragé du transport. Le temps passait et l’énervement gagnait le chroniqueur qui maudissait le destin qui l’avait fait naître dans un pays où le client n’est pas roi, où la demande était toujours supérieure à l’offre. C’est ainsi qu’épuisé, il s’assit sur le terre-plein de l’espace vert, attendant qu’un miracle se produise. C’est alors que, contre toute attente, il fut accosté par un petit bonhomme aux petits yeux pétillants de malice qui lui proposa, tout de go, de l’emmener où il voulait à un tarif raisonnable. Un chauffeur de taxi clandestin! Que n’y avait-il pas pensé plus tôt!

http://www.lexpressiondz.com/chroniques/on_remet_ca/179098-eureka.html?print

, , ,

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Une réponse à “Eurêka! -Par Selim M’SILI”

  1. Artisans de l'ombre Dit :

    Archimède de Syracuse (en grec ancien : Ἀρχιμήδης / Arkhimếdês), né à Syracuse vers 287 av. J.-C. et mort à Syracuse en 212 av. J.-C., est un grand scientifique grec de Sicile (Grande-Grèce) de l’Antiquité, physicien, mathématicien et ingénieur. Bien que peu de détails de sa vie soient connus, il est considéré comme l’un des principaux scientifiques de l’Antiquité classique. Parmi ses domaines d’étude en physique, on peut citer l’hydrostatique, la mécanique statique et l’explication du principe du levier. Il est crédité de la conception de plusieurs outils innovants, comme la vis d’Archimède.
    Archimède est généralement considéré comme le plus grand mathématicien de l’Antiquité et l’un des plus grands de tous les temps1,2. Il a utilisé la méthode d’exhaustion pour calculer l’aire sous un arc de parabole avec la somme d’une série infinie et a donné un encadrement de Pi d’une remarquable précision3. Il a également introduit la spirale qui porte son nom, des formules pour les volumes des surfaces de révolution et un système ingénieux pour l’expression de très grands nombres.
    Archimède est mort pendant le siège de Syracuse où il a été tué par un soldat romain qui a agi malgré les ordres demandant de ne pas lui nuire.
    Contrairement à ses inventions, les écrits mathématiques d’Archimède sont peu connus dans l’Antiquité. Les mathématiciens d’Alexandrie l’ont lu et cité, mais la première compilation n’a été faite qu’en 530 après Jésus-Christ par Isidore de Milet, tandis que les commentaires de l’œuvre d’Archimède écrits par Eutocios d’Ascalon durant le vie siècle ont ouvert l’œuvre d’Archimède à un plus large public, et ce pour la première fois. Le nombre relativement restreint de copies du travail écrit d’Archimède qui ont survécu à travers le Moyen Âge a été une puissante source d’inspiration pour les scientifiques au cours de la Renaissance4, alors que la découverte en 1906 de travaux d’Archimède jusque-là inconnus dans le palimpseste d’Archimède a fourni de nouvelles idées à propos de la façon dont il a obtenu des résultats mathématiques5.

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...