RSS

Un Algérien, Maurice Laban

Un Algérien, Maurice Laban  dans Guerre d-ALGERIE maurice-labanDétails sur le produit

  • Broché: 204 pages
  • Editeur : Le Cherche-Midi (3 mars 1999)
  • Collection : Documents
  • Langue : Français
  • ISBN-10: 2862746401
  • ISBN-13: 978-2862746401
  • Dimensions du produit: 24 x 16 x 2 cm

Descriptions du produit

Quatrième de couverture

L’histoire de Maurice Laban, c’est d’abord la tragédie d’un homme qui prit part à quelques-uns des combats marquants de ce siècle. On ignore, le plus souvent, ce qu’était la réalité de la domination coloniale française dans ce Sud algérien où il naît en 1914 et contre laquelle, très tôt, il entre en rébellion. En 1936, il participe à la fondation du Parti communiste algérien et, bientôt, il s’engage en Espagne dans les Brigades Internationales dont il devient un officier, blessé gravement à deux reprises au combat. Revenu en Algérie, il prend part à la lutte clandestine contre le régime de Vichy dès 1940 et il est condamné aux travaux forcés à perpétuité par la Section spéciale du Tribunal militaire d’Alger. Il affirme alors la nécessité de l’indépendance de l’Algérie. Communiste fidèle jusqu’à l’abnégation, mais exprimant ses positions, il est mis à l’écart, victime des nombreux aléas de la politique officielle des Partis communistes français et algérien. Pourtant, dans le Sud algérien, Biskra, les Aurès aux côtés de l’avocat Laïd Lamrani, il demeure une figure très populaire parmi les Algériens, à la tête de la puissante organisation communiste de la région. En novembre 1954, la tragédie va se nouer. Pris en contradiction entre sa volonté de s’engager dans la guerre d’indépendance qui éclate et l’attentisme du Parti communiste algérien, il est finalement tué au maquis, dans la région d’Orléansville, au mois de juin 1956, aux côtés de l’aspirant Henri Maillot qui avait déserté de l’armée française avec un camion d’armes. Désigné comme traître par une grande majorité d’Européens d’Algérie et par les autorités civiles et militaires françaises, il se considérait, lui, seulement comme un Algérien. Jean-Luc Einaudi restitue avec vigueur et clarté cet itinéraire tragique qui fait partie à la fois de l’histoire de la France et de celle de l’Algérie.

,

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...