RSS

Maurice Audin,Henri Alleg

19 août 2013

Les amis d'Algérie

Maurice Audin,Henri Alleg dans Les amis d'Algérie henri-alleg5Maurice Audin, né le 14 février 1932 à Béja (Tunisie) et décédé le 21 juin 1957, est un assistant de mathématiques français à l’université d’Alger, membre du Parti communiste algérien (PCA) et militant de la cause anticolonialiste. Pour ses proches ainsi que pour des journalistes et historiens, il fut torturé et tué par les services français, car il était militant de la cause de l’indépendance algérienne. Cette thèse est rejetée par l’armée française.

Il est le père de la mathématicienne Michèle Audin.

L’affaire Audin

Membre de la cellule Langevin des Étudiants communistes, Maurice Audin fréquentait aussi l’association des étudiants musulmans, l’AEMAN (devenue en 1955 l’UGEMA). Le PCA est interdit le 13 septembre 1955. Père de trois enfants, il organise, avec sa sœur et son beau-frère, l’exfiltration clandestine à l’étranger de Larbi Bouhali, premier secrétaire du PCA, en septembre 19563.

Près de deux ans plus tard, lors de la « bataille d’Alger », Maurice Audin est arrêté à son domicile, le 11 juin 1957, par le capitaine Devis, le lieutenant Philippe Erulin et plusieurs militaires du 1er régiment étranger de parachutistes, pour être transféré vers une destination où il est assigné à résidence. Une souricière étant installée dans l’appartement de la famille Audin, Henri Alleg, ancien directeur du journal Alger républicain et auteur de La Question, y est arrêté le lendemain. À l’exception des militaires, il est le dernier à l’avoir vu vivant. La trace de Maurice Audin est dès lors perdue pour son épouse Josette et leurs trois enfants.

Selon l’armée française, Maurice Audin se serait évadé en sautant de la jeep qui le transférait de son lieu de détention. Mais selon les membres de sa famille politique et une enquête de l’historien Pierre Vidal-Naquet qui écrit, en mai 1958, dans la première édition deL’affaire Audin, que l’évasion était impossible, Maurice Audin est mort au cours d’une séance de torture, assassiné le 21 juin 1957 par le lieutenant Charbonnier5, officier de renseignement servant sous les ordres du général Massu. Le général Aussaresses a contredit cette version dans un entretien au journal Le Monde, affirmant que Charbonnier n’était pas dans le secteur au moment du meurtre6.

Dès juillet 1957, certains journaux commencent à évoquer « l’affaire Audin ». Le 2 décembre 1957, la soutenance in absentia de lathèse de doctorat d’État de mathématiques de Maurice Audin, « sur les équations linéaires dans un espace vectoriel », provoque l’indignation de certains universitaires contre la situation en Algérie. Le jury est composé de Jean Favard, président, Laurent Schwartz, rapporteur et Jacques Dixmier, troisième membre du jury. C’est René de Possel qui expose au tableau les résultats d’Audin7. Des « comités Audin » sont créés pour faire la lumière sur l’affaire et sensibiliser l’opinion sur la pratique de la torture en Algérie. Une enquête judiciaire est menée suite à la plainte contre X pour homicide déposée par sa femme le 4 juillet 1957.

Par ailleurs, celle-ci milite contre les disparitions avec d’autres familles de victimes, dont Djamila Briki.

À la demande des avocats de madame Audin, l’instruction est transférée à Rennes en avril 1959 et se prolonge jusqu’en 1962. Un non-lieu est prononcé, en avril de la même année, pour insuffisance de charges. De plus, le décret du 22 mars 1962 amnistie « les faits commis dans le cadre des opérations de maintien de l’ordre dirigées contre l’insurrection algérienne ». Les avocats font appel puis saisissent la Cour de cassation.

En 1966, la Cour de cassation dit n’y avoir lieu à statuer sur le pourvoi, les faits allégués par la partie civile étant amnistiés par une loi11du 17 juin de cette année. Le corps de Maurice Audin n’ayant pas été retrouvé, un acte de décès est établi par le tribunal d’Alger, le1er juin 1963, le jugement devenant exécutoire en France le 27 mai 1966. Un nouveau non-lieu est prononcé en juillet 2002 suite à une nouvelle plainte de son épouse pour séquestration et crime contre l’humanité déposée le 16 mai 2001, après que le généralAussaresses a avoué avoir ordonné au lieutenant Charbonnier d’interroger Maurice Audin.

En juin 2007, sa veuve, Josette Audin, écrit au président de la République récemment élu pour lui demander que soit éclairci le mystère de la disparition de son mari et pour que la France assume sa responsabilité dans cette affaire. Le 1er janvier 2009, sa fille, Michèle Audin, refuse le grade de chevalier de la Légion d’honneur au motif que le président n’avait pas donné suite à la demande de sa mère ni même répondu à sa lettre.

,

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...