RSS

Fernand Iveton,

19 août 2013

Les amis d'Algérie

Fernand Iveton, dans Les amis d'Algérie fernand-iveton-Fernand Iveton, né le 12 juin 1926 au Clos-Salembier (Alger) et exécuté le 11 février 1957 est un militant français d’Algérie, anti-colonialiste et le seul Européen guillotiné de la Guerre d’Algérie.

Biographie

Fernand Iveton doit son nom, souvent orthographié par erreur Yveton, à l’administration française. Ce patronyme avait été inventé pour son père, Pascal, recueilli par l’Assistance publique d’Alger. Sa mère, Incarnation, était née en Espagne.

Ouvrier tourneur, Fernand Iveton est délégué syndical CGT à l’usine de gaz du Hamma à Alger et membre des Combattants de la libération, l’organisation militaire du Parti communiste algérien (PCA) interdit. Il avait intégré le FLN à titre individuel avec un certain nombre des ses camarades en 1956.

Le 14 novembre 1956 à 14 h il dépose une bombe à l’intérieur de son casier de vestiaire de l’usine à gaz du Hamma où il travaille. L’objectif était un sabotage purement matériel et Iveton a exprimé à deux reprises son souci de ne tuer personne. Il avait demandé que la bombe soit réglée pour exploser après le départ des ouvriers, en fonction de quoi un premier réglage avait été prévu pour 18 h 30. Iveton a jugé que la marge était insuffisante, au cas où des ouvriers s’attarderaient pour des raisons imprévisibles, et il a demandé que la bombe soit réglée pour exploser à 19 h 30.

Repéré par un contre-maître de l’usine, Iveton est arrêté à 16 h 20. La bombe est désamorcée par les militaires. Il n’y eut ni dégâts, ni victimes.

Du mercredi 14 novembre au samedi 17 novembre 1956 Fernand Iveton est torturé au Commissariat central d’Alger. Le 24 novembre 1956 il est condamné à mort par le Tribunal militaire d’Alger à l’issue d’une journée d’audience.

Son recours en grâce a été refusé le 10 février 1957 par le président de la République, René Coty, avec l’accord du garde des Sceauxde l’époque, François Mitterrand2, et du Président du conseil, le socialiste Guy Mollet. Il est guillotiné le 11 février 1957, dans la cour de la prison de Barberousse, à Alger par le bourreau d’Alger, Maurice Meyssonnier, assisté par son fils Fernand. Avec lui, deux autres terroristes militants du FLN, Mohamed Lakhnèche et Mohamed Ouennouri, subissent le même supplice.

Il est le seul Européen parmi les 198 prisonniers politiques guillotinés de la Guerre d’Algérie. Me Albert Smadja, son avocat commis d’office, témoin de la décapitation, rapporte qu’avant de mourir Fernand Iveton déclara : « La vie d’un homme, la mienne, compte peu. Ce qui compte, c’est l’Algérie, son avenir. Et l’Algérie sera libre demain. Je suis persuadé que l’amitié entre Français et Algériens se ressoudera. »

Le 13 février 1957, deux jours après l’exécution, Me Smadja est lui-même arrêté et interné sans jugement au camp de Lodi(aujourd’hui Drâa Esmar) avec 130 Européens, dont quatorze avocats ayant défendu des membres du FLN. Il y restera deux ans.

Fernand Iveton est enterré auprès de sa mère au cimetière européen de Bologhine (anciennement Saint-Eugène) en Algérie. En mai 1998 sa veuve Hélène a emporté avec elle les lettres et les photos de Fernand dans sa tombe à Annet-sur-Marne auprès de son fils Jean-Claude que Fernand avait adopté.

Une rue porte son nom à El Madania (anciennement le Clos-Salembier) sur les hauteurs d’Alger où il est né et où il a vécu.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...