RSS

Les morts-pions ! par El-Guellil

15 août 2013

El-Guellil

Sincèrement, bikoul saraha, ce qui se passe dans ces sphères qui ne tournent pas rond ne donne pas l’envie d’aligner des mots, tant l’impression de complicité m’envahit. Dénoncer, écrire sur la dégueulasserie qui se donne à nous en spectacle sans que rien ne change… torrr. Sans que les tricheurs, les menteurs, les prévaricateurs et autres fraudeurs aient un jour la plus petite sanction… torr. Comment construire des phrases dans cette khaïma à plusieurs vitesses, où règne le clan de l’iniquité systématique, de l’injustice élevée en principe de base ?… Torr et retorrr… Y’a plus le moral yal khaoua ! La vie publique, les institutions, la justice, l’école, la santé, les médias, koulchi sans exception, sombre dans l’affairisme abject, une forme de pensée qui rabaisse tout à une simple valeur marchande. Nous vivons, non, nous agonisons dans un non-système qui se moque des hommes, qui se moque de l’avenir.

Les écarts sont désormais astronomiques entre les nantis et le commun des mortels. Plus rien ne semble arrêter ce grand délire. Alors, torrr..

Oualefna notre rôle de pions qu’on déplace ou qu’on jette au gré des restructurations improvisées, des réformes qui ne sont à chaque fois que des reculs de plus en plus violents de notre pouvoir d’achat, d’un modèle social qu’on n’a jamais eu.

Des êtres, dois-je dire des monstres, gouvernent les hommes-pions (morpions) comme des entités abstraites condamnées bientôt au travail ou au chômage jusqu’à ce que la mort survienne, des populations entières de salariés qui ne sont plus que des esclaves des temps modernes.

Les médias sont devenus de simples objets d’abrutissement collectif, d’un conditionnement savamment orchestré pour faire de chacun des pions des bêtes à consommer, des voraces de la dépense inutile. Nous sommes réduits à une sous-humanité tournée exclusivement vers la seule satisfaction des gourmandises. On est poussés à L’khatofa. Koulni naklek.

D’accord ils finiront tôt ou tard par tarir leurs propres revenus. Les bermils ou bettiya qui restent au sous-sol. Ils ne pourront plus s’enrichir quand ils auront fait de nous des miséreux, des mendiants, des indigents. Mais en attendant, disons tous en chœur torrr et Allah yastorrr.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...