RSS

La vache suisse et le pétrole arabe par Slemnia Bendaoud

15 août 2013

Slemnia Bendaoud

La vache est pour la Suisse ce que le brut est pour tous les Arabes. A chacun d’eux sa propre richesse. D’où découle d’ailleurs l’essentiel de son économie. A chacun donc son métier et les vaches seront certainement bien gardées, dit la sagesse. 

Pour l’instant, leurs maitres incontestables ce sont donc les Suisses. Puisque les arabes, eux, s’intéressent toujours et sans vergogne au pétrole. Les vaches Suisses ont depuis longtemps envahi les guichets de l’état civil helvétique. Leur recensement les évalue à présent au nombre de six cents mille bêtes. Toutes domestiques ! Toutes minutieusement identifiées. Et toutes détentrices d’un passeport national et d’un autre, le cas échéant, de type international, commun à toutes les bêtes du monde, en cas de voyage au-delà des frontières de ce petit, beau et tranquille pays.

Ce que pourtant l’on refuse manifestement à certains êtres humains des pays arabes (le cas typique de cette minorité du Koweït, en l’occurrence !) est donc devenu un droit indéniable ou absolu accordé à ces bien heureuses vaches Suisses.

Ces bêtes-là –sans distinction de race ou d’espèce bovine- voyagent toutes, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de ce tout petit pays helvétique, munies de documents identitaires très officiels : le titre de voyage local pour l’une ou le passeport international pour l’autre.

Dans ce pays de la technique de précision, tout est donc bel et bien réglé à l’avance comme les aiguilles d’une montre qui marque l’impact indélébile du temps qui s’écoule ou celui qui manifestement nous écule.

Les vaches Suisses, sans être confondues dans le rôle de ces bêtes à la stature très religieuses de l’Inde, jouissent toutes et sans exception de ce haut standing et statut très relevé, tout ou très proche de celui purement humain.

A l’image du pétrole Arabe, elle est donc exportable. Seulement l’économie de ce petit pays au haut et très grand relief en dépend dans une très large mesure. Raison pour laquelle on n’en exporte pratiquement que l’excédent de son cheptel ou de son produit laitier et autre dérivé fromager. Sur les crêtes et autres nichés valons de ces hautes Alpes, le citoyen Suisse tient encore et toujours à sa vache, tout comme d’ailleurs cet Arabe qui s’accroche pour de bon à son baril de pétrole. Le premier cherche à vivre comme toujours des généreuses mamelles de son animal domestique pendant que le second pompe toujours ce précieux liquide de sa considérable énergie fossile.

Cependant, ce paysan des Alpages se dépense comme un nègre pour entretenir son animal et bovin laitier à l’inverse de ce bédouin Arabe qui pille et extirpe à longueur de temps ces indéniables richesses souterraines non renouvelables de son pays, afin de réchauffer avec cet occident qui grelotte de froid pendant la saison hivernale, moyennant ce gros pognon que draine cette grande énergie.

A l’animal domestique très généreux du premier correspond donc, de l’autre côté, ce très riche désert Arabe. Et pendant que celui-ci donne à manger à sa bête domestique, celui-là aspire et tire tout le temps et sans la moindre réserve sur les mamelles de cette très féconde terre Arabe, sans avoir à lui apporter la moindre contrepartie en matière d’effort physique, hormis celui de l’en déchoir de ses richesses fossiles.

C’est donc là où réside toute la grande différence au plan de la philosophie de la vie entre ces deux mondes, jugés bien distincts ou très éloignés l’un de l’autre.

Sans leur pétrole, tous les pays Arabes seraient, sans nul doute, déjà des nations très pauvres ou des pays mort-nés.

Nantie seulement de quelques villes de moyenne dimension comme Genève, Zurich, Bâle et quelques alpages en haute montagne, la toute minuscule Suisse arrive tout de même à bien se placer et durablement s’installer devant de bien immenses pays-continents comme l’Algérie, tenant surtout la dragée haute à de très grandes puissances économiques mondiales.

Et si ce petit pays helvétique est plutôt connu au travers de ses magnifiques montres qui régulent depuis des lustres déjà ce temps propre à toute l’humanité, il l’est également ou tout autant -sinon bien mieux considéré- au regard de l’élevage de son cheptel bovin laitier qui produit ce chocolat Suisse de grande qualité.

En dehors de sa neutralité politique avérée et de la grande assurance reconnue à ses banques, très anciennes et bien pérennes, la Suisse demeure ce grand symbole de l’usage du temps, tenant compte de cette grande précision dont elle garde si jalousement encore la bonne recette et qui défie la puissance astronomique des grandes nations du monde dans des domaines plus complexes et les mieux considérés.

Ce tout petit pays ne prétend jamais voir plus grand que son propre horizon. Il se contente seulement de ne rien ignorer ou mal considérer de ce qu’il voit ou entrevoit comme solution durable et acceptable en tout point de vue, à ses propres problèmes, dans la perspective de hisser davantage ce très haut relief parmi les nations les plus considérées de par le monde.

Depuis déjà très longtemps, la Suisse se maintient à ce statut enviable et très considérable de pays très tranquille, bien neutre, surtout très propre, et où il fait toujours bon vivre, malgré ses vents violents, ses interminables chutes de neige hivernale, ses pluies diluviennes, son cloisonnement et parfois son obtus raisonnement.

Ainsi, la vache Suisse, pilier essentiel et donnée pérenne de l’économie helvétique, assure toujours une vie décente, heureuse et très colorée à ce peuple de montagnards et de très fiers campagnards, connus tous pour leur grande fierté et indéfectible dignité. C’est –surtout- grâce à cela que la Suisse, chaque jour qui passe, avance d’un cran dans le concert des grandes sociétés et toutes développées nations. Son économie est des plus simples, sa recette-miracle des plus modestes encore.

Mais à la clef, il existe tout de même ce besoin impératif de conquérir ces hypothétiques espaces laissés entre-temps libres dont le grand profit scientifique ne peut être que des plus bénéfiques pour le futur de la nation et l’économie de la contrée.

Voilà donc maintenant vite refermée cette grande parenthèse consacrée à ce tout petit pays du vieux continent. Retenons, tout de même, que cette généreuse vache helvétique, encore bien gardée par ses pâtres des hautes Alpes, donne encore et toujours beaucoup de lait à plus de six millions d’habitants Suisses ainsi qu’ à bien d’autres nations qui en sont dépourvues.

Elle demeure au cœur même de cette facile mais durable équation de l’économie helvétique dont elle en constitue d’ailleurs la donnée de base ou essentielle. Plutôt celle fondamentale et bien capitale.

A l’opposé, qu’en est-il de ce brut arabe ?

Tous les indicateurs montrent, à l’évidence, qu’il reste encore cette ‘’vache Arabe ». Celle qui leur fournira toujours du lait sans pour autant leur exiger en contrepartie la moindre botte de foin ou une quelconque ration de son en vrac ou cubé.

Quant à leur exiger du trèfle ou de la luzerne, c’est plutôt leur demander l’impossible au vu de ces conditions climatiques très défavorables à la prolifération d’un tel aliment de bétail, pourtant très prisé pour les ruminants producteurs de lait frais.

Ainsi, ils obtiennent tous de cette terre pourtant aride et bien nue du lait à profusion, accompagné le plus souvent de toute la gamme variée de ses nombreux dérivés, gratuitement et sans faire un quelconque effort, hormis celui obligatoire de l’aspirer, à longueur de journée et sans discontinuité, à partir de leur retraite dorée ou demeure huppée, de ses mamelles tentaculaires et qui leur arrive jusqu’au pied de leur lit, sortant en courant des fins fonds des entrailles de ce généreux sous-sol.

Seulement, à l’inverse de ce gentil et très éduqué peuple helvétique, chez les Arabes, ce sont toujours les mêmes personnes ou familles politiques qui tiennent encore entre leurs mains ces pis pulpeux et juteux d’où jaillit ce merveilleux produit (liquide) de la terre qui arrive à concurrencer tous les autres liquides réunis ou combinés à eux-mêmes. Disposer en permanence d’une telle vache laquelle produit, en plus, ce liquide qui coule à flots au sein des entrailles de la terre Arabe n’est pas de nature à les réveiller de très tôt de leur profond sommeil pour se préparer à aller travailler.

Ils auront tous appris à longtemps vivre de cette indéniable ou supposée intarissable rente qui leur épargne même de réfléchir un jour aux grandes difficultés de la vie.

Pour preuve, munis de tout leur gros pognon qui ne profite qu’aux banques de l’occident, ils restent tous, bien incapables de créer le moindre produit industriel ou réflexion scientifique bien féconde ou très pratique dans le quotidien de leur vie.

Ils sont donc bons pour tout juste consommer ce que l’Occident, depuis toujours, ou l’Asie, à présent, ne cessent de produire pour eux en quantités industrielles.

Une donnée économique donc très naturelle dont les lois de l’économie elles-mêmes réfutent, récusent et refusent de l’associer à un quelconque raisonnement futuriste et salutaire pour toutes ces nations Arabes qui vivent l’attentisme comme une fatalité. Sinon telle une très grande qualité au vu de ces grandes découvertes du brut qui voient le jour ça et là au sein de ce grand Sahara Arabe. Et l’on arrive donc finalement ou bien fatalement à cette conclusion plutôt terrible du moment : puisque la seule vache Suisse défie tout le brut des Arabes ! Il n’y a qu’à consulter pour cela le classement mondial des nations.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...