RSS

La perversité politique ! par Yazid Haddar *

15 août 2013

Yazid Haddar

Il reste huit mois aux élections présidentielles, mais peu de candidats qui s’affichent publiquement. Certains laissent entendre qu’ils se tenaient prêts «au service de l’Algérie», d’autres laissent leur désir « émerger » pour proposer leur candidature ! 

D’autre, font les figurants pour d’autre qui attendent la décision d’en haut et les parrainages officieux ! Enfin d’autre, ont choisi d’annoncer leur candidature (et de commencer la campagne électorale pour certains) de Paris, de Suisse et de Londres ! Pourquoi sommes-nous arrivés là ? L’actuel Président laisse le suspense jusqu’à la dernière minute. Souvenez-vous à la dernière élection présidentielle, la durée de la révision de la constitution, pour briguer le troisième mandat, n’a duré que 13 jours ! Elle a été faite qu’à la dernière minute. De ce fait, il a réduit toute initiative de certain candidat pour se présenter. Ce jeu pervers a été déjà joué aux élections de 1999, avec une manipulation malsaine rapportée par les candidats eux-mêmes, qui se sont retirés à la veille du jour d’élection. Qu’était derrière de cette manipulation ! L’Histoire nous le dira !

Cette main mise sur l’ensemble des institutions et cette perversité narcissique1 touche également les partis politiques, qui se réclament proche de l’actuel Président, et qui payent leur proximité au pouvoir décisionnel. De même pour l’opposition, qui s’est emberlificoté (à son insu !) par le « raisonnement autistique», ainsi, elle s’est fourvoyée dans la logique de la « réconciliation politique avec les partis tendance religieuse ». Quand au débat d’idée sur le projet de société reste lettre morte ! L’événement des non-jeuneur, il aurait dû être une occasion de créer une nouvelle dynamique pour débattre publiquement sur les thèmes comme la liberté des consciences, la laïcité et les valeurs républicaines, ce qui était sur les réseaux sociaux et aussi dans les cafés et les lieux publiques, cependant, les partis dites républicaines ont étouffé dans l’œuf (la logique de « ce n’est pas le moment ») le débat et les religieux ont profité pour montre leur force idéologique sur le terrain.

Cette indécision paralyse la vie politique du pays et elle l’a réduit à une absurdité morfonde ! Le citoyen se répugne de la politique. On ne viole pas sans conséquence les principes sur lesquels repose la constitution et par conséquent la République. La situation actuelle de l’Algérie, la corruption, le chômage, la crise de la moralisation de la vie politique, l’instabilité des institutions de la politique, l’absence d’un projet société, la crise de l’éducation, le déficit économique, la place du pays au niveau régional et international etc., nécessiterait et exigerait d’urgence des débats nationaux sur le destin de la nation algérienne. Il n’en est rien.

La crise nationale de longue durée affecte chaque élément de la nation, mais au lieu d’encager une réflexion, on comptabilise les affaires de corruptions, l’état de santé du président et d’autres sujets sociétales et politicardes, sans creuse l’abcès! Cette incapacité à réfléchir, en dehors du cadre pré-imposé et/ou pré-réfléchie par la présidence et les pouvoirs occultes, rend la vie politique amorphe et sclérosée. Nous subissons, comme s’est produit souvent dans notre Histoire, ce que Max Gallo appelle « une crise nationale de longue durée », sans un effort immense, des initiatives courageuses, des sacrifices, des unions sacrées, nous sommes condamnés à dériver, à nous effacer et à s’enfoncer dans le sous-développement.

*Auteur et Psychologue

1 – En psychanalyse, le «pervers narcissique» est une personne totalement dépourvue d’empathie, qui n’éprouve aucun respect pour les autres, qu’il considère comme des objets utiles à ses besoins de pouvoir, d’autorité.

Il a besoin d’écraser pour exister : et la proie rêvée reste l’enfant fragile et malléable, avec sa confiance illimitée et sa soif d’amour et de reconnaissance !

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...