RSS

La fatwa tue doucement l’espace familial algérien par Kamel Daoud

10 août 2013

Kamel Daoud

Jour zéro de l’an nouveau. Est-ce vrai ? Non, on continue. Question: de quoi parlent les familles algériennes ? Désormais de religion. Pas celle qui mène à Dieu, mais celle qui mène aux obsessions et aux affaissements de l’esprit. On le voit aux rencontres des proches, durant les fêtes. La religion des reliques et des fatwas a pénétré les têtes, les discussions, les habits, les gestes quotidiens. Tout le monde parle de Dieu et de ce que Dieu a dit à propos de n’importe quoi. Même si personne ne l’a encore rencontré chez nous depuis très longtemps. La fatwa par satellite semble avoir atteint les strates de l’espace familial par les femmes, devenues, aujourd’hui, les porte-parole de cette religiosité populaire qui se développe comme culture nationale. Les villages algériens parlent, désormais, de leurs imams, pas de leurs champs, oliviers, puits, alliances ou ancêtres. Tout est mort ou asséché. Ne reste que ce triptyque de la post-indépendance : Dieu, le CCP et le pétrole. Liés par l’homme qui mâche et qui prie et qui attend. D’ailleurs on attend les trois. Tout le temps.

Tout a disparu des anciens palabres de la tribu et des plus vieux. Les vieilles légendes remplacées par les récits des Chouyoukh Satellites. Les récits antiques devenus inutiles face à Errissala. Les histoires d’autrefois. Notre monde se meurt et s’en va. Et il se fait remplacer par des talk-shows et des palmiers et les prêches. C’est donc assis face aux siens, dans le rite des rencontres et des retrouvailles, que l’on distingue l’Algérie de demain qui est celle d’avant-hier du Hedjaz. Que s’est-il donc passé ? Pourquoi avons-nous échoué à nous souvenir de nous-mêmes ? A être le centre de notre monde et pas la périphérie de celui des autres ? A construire une culture qui ne soit pas déni et renoncement ? Beaucoup de réponses dont certaines sont déjà vraies et que l’on connaît ou tente d’ignorer. Mais cela ne change pas le réel : à écouter les conversations des Algériens, dans l’espace intime de la rencontre et de la famille, on est frappé par la pauvreté du sens, le fatalisme devenu culte, le soupir, le refus du corps et du désir comme moteur de la vie, l’envie de ne pas travailler ou soulever un caillou, en attendant le Paradis. Comme si tout le monde attendait une mort imminente ou se sentait coupable de on ne sait quel parricide ou avait hâte d’en finir avec une corvée de vivre. Frappante veillée du jugement dernier dont on collectionne les signes comme preuves de ses convictions.

L’espace familial algérien s’est donc « kaboulisé » un peu partout. Et il ne s’agit pas de religion mais d’une défaite plus intime, une perte de désir. Quelque chose qui est de l’ordre de la peur, face à la vie compensée par un courage, face à la mort. Et que le règne des chouyoukhs et des satellites investit par ses hadiths, versets, interprétations et manipulations.

La fatwa a donc remplacé le conte, tué Djeha et l’humour, le rire et les souvenirs et les anciens ancêtres et les récits cachés des femmes.

« Dieu a dit… » a fait que tout le monde parle à sa place, en même temps. Bonne vacances.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...