RSS

Le cancre Jacques PRÉVERT Recueil : « Paroles »

8 août 2013

Jacques PRÉVERT

Image de prévisualisation YouTube

Le cancre
Jacques PRÉVERT
Recueil : « Paroles »
Il dit non avec la tête
mais il dit oui avec le coeur
il dit oui à ce qu’il aime
il dit non au professeur
il est debout
on le questionne
et tous les problèmes sont posés
soudain le fou rire le prend
et il efface tout
les chiffres et les mots
les dates et les noms
les phrases et les pièges
et malgré les menaces du maître
sous les huées des enfants prodiges
avec les craies de toutes les couleurs
sur le tableau noir du malheur
il dessine le visage du bonheur.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Une réponse à “Le cancre Jacques PRÉVERT Recueil : « Paroles »”

  1. Artisans de l'ombre Dit :

    Le cancre, un poème de son recueil intitulé « Paroles » exprime clairement le révolte de Prevert contre l’école. Celui-ci, comme à son habitude s’attaque à une institution universellement reconnue, comme le clergé, la bourgeoisie dans ses autres poèmes : l’école. Prévert veut ainsi montrer l’image qu’il a de l’école traditionelle et la révolte silencieuse contre celle-ci qu’il mène par le billet du cancre.
    Analyse :
    Chiasme aux quatre premiers vers : non-oui-oui-non (ABBA). Le premier et le dernier vers vont ensemble: non avec le tête et non au professeur. Le cancre (Prévert) repousse l’intellectualisme autoritaire. Les 2e et 3e vont de pair: oui avec le cœur et oui à ce qu’il aime. Prévert est pour les sentiments. Le chiasme marque l’opposition : contre l’intellectualisme autoritaire, pour les sentiments …(((((pour marquer l’opposition entre la tête, symbole de raison qu’il rejette (« non ») et le cœur, symbole de pulsion qu’il approuve (« oui ») et l’opposition entre ce qu’il aime (« oui ») et l’éducation, symbolisé par le professeur, à qui il dit non.)))))
    Métonymie aux vers 1 et 2 : Tête et cœur pour désigner le cancre. Cette métonymie met l’accent sur le bon fond du cancre malgré sa révolte apparente
    « Sous les huées des enfants prodiges »: le cancre est dans un climat hostile et est incompris par la majorité, sérieuse tout comme Prévert.
    Énumération aux vers 10 et 12 : met en évidence le fait que tout ce qui est sérieux est difficile à apprendre pour lui : le cancre veut effacer, rejeter ces choses trop sérieuses → parallélisme avec Prévert, sa facon d’envisager le monde avec désinvolture et sa révolte contre les choses (trop) sérieuses (clergé, armée, bourgeoisie)
    Antithèse malheur/bonheur aux deux derniers vers : appuie de nouveau la révolte entre le tableau noir, qui signifie l’éducation, le joug de la société qui est mauvaise et le bonheur du cancre, symbolisé par son « visage du bonheur », qui est contre cette éducation et donc en révolte contre la société.
    Le cancre est dans une situation de stress (tableau noir, debout, on le questionne, sous la huée, …) mais il arrive à oublier tout cela et s’évader de ces choses sérieuses qui l’ennuient par le fou rire pour mettre un peu de joie cet univers sérieux et ennuyant qu’est l’école par ses couleurs, son rire, son bonheur, comme l’a fait Prévert dans notre société trop austère.

    Je pense qu’il me manque certaines choses mais je n’arrive pas à pointer lesquelles et je doute d’avoir fait une juste analyse de ce poème …
    Pourriez-vous m’aider ?
    Merci d’avance

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...