RSS

Chanson de la Seine Jacques PRÉVERT Recueil : « Spectacle »

8 août 2013

Jacques PRÉVERT

Chanson de la Seine  Jacques PRÉVERT Recueil : Chanson de la Seine

Jacques PRÉVERT
Recueil : « Spectacle »

La Seine a de la chance
Elle n’a pas de soucis
Elle se la coule douce
Le jour comme la nuit
Et elle sort de sa source
Tout doucement sans bruit
Et sans se faire de mousse
Sans sorti de son lit
Elle s’en va vers la mer
En passant par Paris
La Seine a de la chance
Elle n’a pas de soucis
Et quand elle se promène
Tout le long de ses quais
Avec sa belle robe verte
Et ses lumières dorées
Notre-Dame jalouse
Immobile et sévère
Du haut de toutes ses pierres
La regarde de travers
Mais la Seine s’en balance
Elle n’a pas de soucis
Elle se la coule douce
Le jour comme la nuit
Et s’en va vers le Havre
Et s’en va vers la mer
En passant comme un rêve
Au milieu des mystères
Des misères de Paris.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

7 Réponses à “Chanson de la Seine Jacques PRÉVERT Recueil : « Spectacle »”

  1. Artisans de l'ombre Dit :

    En été comme en hiver
    Jacques PRÉVERT
    Recueil : « Spectacle »

    En été comme en hiver
    dans la boue dans la poussière
    couché sur de vieux journaux
    l’homme dont les souliers prennent l’eau
    regarde au loin les bateaux.

    Près de lui un imbécile
    un monsieur qui a de quoi
    tristement pêche à la ligne
    Il ne sait pas trop pourquoi
    il voit passer un chaland
    et la nostalgie le prend
    Il voudrait partir aussi
    très loin au fil de l’eau
    et vivre une nouvelle vie
    avec un ventre moins gros.

    En été comme en hiver
    dans la boue dans la poussière
    couché sur de vieux journaux
    l’homme dont les souliers prennent l’eau
    regarde au loin les bateaux.

    Le brave pêcheur à la ligne
    sans poissons rentre chez lui
    Il ouvre une boîte de sardines
    et puis se met à pleurer
    Il comprend qu’il va mourir
    et qu’il n’a jamais aimé
    Sa femme le considère
    et sourit d’un air pincé
    C’est une très triste mégère
    une grenouille de bénitier.

    En été comme en hiver
    dans la boue dans la poussière
    couché sur de vieux journaux
    l’homme dont les souliers prennent l’eau
    regarde au loin les bateaux.

    Il sait bien que les chalands
    sont de grands taudis flottants
    et que la baisse des salaires
    fait que les belles marinières
    et leurs pauvres mariniers
    promènent sur les rivières
    toute une cargaison d’enfants
    abimés par la misère
    en été comme en hiver
    et par n’importe quel temps.

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  2. Artisans de l'ombre Dit :

    Fête
    Jacques PRÉVERT
    Recueil : « Spectacle »

    Dans les grandes eaux de ma mère
    je suis né en hiver
    une nuit de février
    Des mois avant
    en plein printemps
    il y a eu
    un feu d’artifice entre mes parents
    c’était le soleil de la vie
    et moi déjà j’étais dedans
    Ils m’ont versé le sang dans le corps
    c’était le vin d’une source
    et pas celui d’une cave

    Et moi aussi un jour
    Comme eux je m’en irai

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  3. Artisans de l'ombre Dit :

    La couleur locale
    Jacques PRÉVERT
    Recueil : « Spectacle »

    Comme il est beau ce petit paysage
    Ces deux rochers ces quelques arbres
    et puis l’eau et puis le rivage
    comme il est beau
    Très peu de bruit un peu de vent
    et beaucoup d’eau

    C’est un petit paysage de Bretagne
    il peut tenir dans le creux de la main
    quand on le regarde de loin
    Mais si on s’avance
    on ne voit plus rien
    on se cogne sur un rocher
    ou sur un arbre
    on se fait mal c’est malheureux
    Il y a des choses qu’on peut toucher de près
    d’autres qu’il vaut mieux regarder d’assez loin
    mais c’est bien joli tout de même
    Et puis avec ça
    le rouge des roses rouges et le bleu des bluets
    le jaune des soucis le gris des petits gris
    toute cette humide et tendre petite sorcellerie
    et le rire éclatant de l’oiseau paradis
    et ces chinois si gais si tristes et si gentils…
    Bien sûr
    c’est un paysage de Bretagne
    un paysage sans roses roses
    sans roses rouges
    un paysage gris sans petit gris
    un paysage sans chinois sans oiseau paradis
    Mais il me plaît ce paysage-là
    et je peux bien lui faire cadeau de tout cela
    Cela n’a pas d’importance n’est-ce pas
    et puis peut être que ça lui plaît
    à ce paysage-là
    La plus belle fille du monde
    ne peut donner que ce qu’elle a
    La plus belle fille du monde
    je la place aussi dans ce paysage-là
    et elle s’y trouve bien
    elle l’aime bien
    Alors il lui fait de l’ombre
    et puis du soleil
    dans la mesure de ses moyens
    et elle reste là
    et moi aussi je reste là
    près de cette fille-là
    A côté de nous il y a un chien avec un chat
    et puis un cheval
    et puis un ours brun avec un tambourin
    et plusieurs animaux très simples dont j’ai oublié le nom
    Il y a aussi la fête
    des guirlandes des lumières des lampions
    et l’ours brun tape sur son tambourin
    et tout le monde dans une danse
    tout le monde chante une chanson.

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  4. Artisans de l'ombre Dit :

    Les enfants qui s’aiment
    Jacques PRÉVERT
    Recueil : « Spectacle »

    Les enfants qui s’aiment s’embrassent debout
    Contre les portes de la nuit
    Et les passants qui passent les désignent du doigt
    Mais les enfants qui s’aiment
    Ne sont là pour personne
    Et c’est seulement leur ombre
    Qui tremble dans la nuit
    Excitant la rage des passants
    Leur rage leur mépris leurs rires et leur envie
    Les enfants qui s’aiment ne son là pour personne
    Ils sont ailleurs bien plus loin que la nuit
    Bien plus haut que le jour
    Dans l’éblouissante clarté de leur premier amour.

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  5. Artisans de l'ombre Dit :

    Les ravages de la délicatesse
    Jacques PRÉVERT
    Recueil : « Spectacle »

    Un homme achète un journal puis le jette après l’avoir à peine parcouru.
    Quelqu’un court derrière lui et le rattrape…
    « Monsieur, vous avez fait tomber votre journal.
    - Merci, dit l’homme
    - Il n’y a pas de quoi, c’est la moindre des choses », reprend l’autre qui s’éloigne…
    et l’homme n’ose jeter le journal à nouveau…et il le lit…et, noir sur blanc, apprend
    une nouvelle qui modifie a vie.

    Énervé et traqué il ne sait plus où il est, demande son chemin à un passant,
    le passant s’arrête et avec joie, gentiment, lui explique longuement la marche à
    suivre : c’est tout près, à deux pas.

    Soudain l’homme se rappelle : ce n’est pas du tout cela, et même c’est tout à fait
    la direction opposée, mais l’autre qui s’éloignait se retourne et sourit et l’homme
    suit le chemin indiqué par le passant.

    Il ne peut absolument pas faire autrement, il ne peut pas blesser ce passant
    si aimable et le voilà perdu dans un absurde dédale, et la nuit tombe, et il
    rencontre une femme qu’il a perdue de vue depuis cinq ans. Il lui lit la nouvelle parue
    dans le journal, elle fond en larmes, tombe dans ses bras et sur eux le malheur
    s’acharne exactement comme autrefois.

    L’homme et la femme, à nouveau, ne sont plus qu’un seul être, supplicié par
    leurs quatre vérités.

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  6. Artisans de l'ombre Dit :

    On
    Jacques PRÉVERT
    Recueil : « Spectacle »

    C’est un mardi vers quatre heures de l’après-midi
    Au mois de février
    Dans une cuisine
    Il y a une bonne qui vient d’être humiliée
    Au fond d’elle-même
    Quelque chose qui était encore intact
    Vient d’être abîmé
    Saccagé
    Quelque chose qui était encore vivant
    Et qui silencieusement riait
    Mais
    On est entré
    On a dit un mot blessant
    A propos d’un objet cassé
    Et la chose qui était encore capable de rire
    S’est arrêtée de rire à tout jamais
    Et la bonne reste figée
    Figée devant l’évier
    Et puis elle se met à trembler
    Mais il ne faut pas qu’elle commence à pleurer
    Si elle commençait à pleurer
    La bonne à tout faire
    Elle sait bien qu’elle ne pourrait rien faire
    Pour s’arrêter
    Elle porte en elle une si grande misère
    Elle la porte depuis si longtemps
    Comme un enfant mort mais tout de même
    encore un petit peu vivant
    Elle sait bien
    Que la première larme versée
    Toutes les autres larmes viendraient
    Et cela ferait un tel vacarme
    Qu’on ne pourrait le supporter
    Et qu’on la chasserait
    Et que cet enfant mourrait tout à fait
    Alors elle se tait.

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  7. Artisans de l'ombre Dit :

    Sanguine
    Jacques PRÉVERT
    Recueil : « Spectacle »

    La fermeture éclair a glissé sur tes reins
    Et tout l’orage heureux de ton corps amoureux
    Au beau milieu de l’ombre
    A éclaté soudain
    Et ta robe en tombant sur le parqué ciré
    N’a pas fait plus de bruit
    Qu’une écorce d’orange tombant sur un tapis
    Mais sous nos pieds
    Ses petits boutons de nacre craquaient comme des pépins
    Sanguine
    Joli fruit
    La pointe de ton sein
    A tracé une nouvelle ligne de chance
    Dans le creux de ma main
    Sanguine
    Joli fruit
    Soleil de nuit

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...