RSS

Larbi de BBA dans ses œuvres / Merci eux, vivent Nous !!

7 août 2013

Farid Talbi

 
On savait Larbi  , le vieil émigré de BBA arrivé dans les années 50 en France par le paquebot « Sidi Mabrouk» (un comble ),notre homme rancunier, inintégrable  . Mais pas à ce point ….
Car sa dernière copine Jeannette , la bretonne du quatrième   inespéré  après un troisième  étage laborieux,  qui crèche au fond du couloir de tous les traquenards obscurs , Jeannette une  encore bonne ,  a quitté notre cousin. Dragué par   un certain Sidi Ould Dinezzah  Moha ,   un clando bègue, récidiviste de la traîtrise fraternelle ,  à peine arrivé de Ghar Ech-charr vers Tiznitine , dans le  dernier conteneur d’herbe  destiné à engraisser le poulet européen malnutri  et le  vieux maquereau politicard, élu de tous les hémicycles de course à l’échalote  .
Le clando  Moha de Tiznitine ,  audacieux,   malintentionné  et équivoque sous toutes les accointances, a  pourtant séduit la vieille Jeannette  à l’esbroufe, un truc de famille à lui , d’une efficacité redoutable : le mensonge éhonté  et la promesse débile . Lui faisant croire à la vieille bretonne, qu’il était  prince du  fameux désert des mirages  argentés  indivis,  proprio d’un tuyau de puits de pétrole familial indivis  , protégé par un élevage indivis  de pigeons borgnes , sourds, conditionnés  et muets donc heureux d’être pigeonnés abusivement . Mais désormais  pas toujours  crédules, tout le temps handicapés les volatiles ,  car  les petits des vieux pigeonnés tarés,  grandissent  et apprenant vite. Et à la bonne école , pardon, initiés dans le sérail, à l’ancienne , les rejetons sont à force devenus terrifiants  ….. . Tant et si bien parait-il,  que les  petits oisillons normalement tous voués  à la poêle à frire, préféraient désormais sacrifier la partie visible de  leurs congénères crétins  mouillés,  les proscrire du derrick  ,  et honorer  les saints protecteurs à l’occasion de gigantesques opéras-bouffes organisés dans des stades de foot .
Entonnant en écho des airs  répertoriés : côté gradins  la vieille supplique « Pousse-toi  que m’y mette…» , réponse de fermeté  côté tribune officielle « Monte là-dessus tu verras… ! ». Autant de chefs d’œuvre de la dramaturgie de haute facture (et alors, quoi  la facture  ?) , au répertoire d’une partition bouffonne d’époque. Mais  d’un réalisme  tellement troublant, tellement émouvant,   à te fendre le cœur et noyer les yeux dans leurs larmes déferlantes !
Et Larbi m’interrompant : «  dans  toute ton histoire de pigeons,du stade , où ce qu’il est le ballon du foot que tu dis  ?   » .
A l’évidence, lui aussi  naïf et distrait,   le ballon soi-même volatilisé dans la masse  !
Larbi  assistant pour la première fois à un matche de  »foot » au bled , en vacances pour oublier Jeannette, n’en revenait pas des nouvelles illusions si bien réussies  !
Encore un mirage de mise en scène bidouillée ,de pros, éclairage et manipulation par écrivaillons au pupitre de la tribune officielle . Encore de cette basse-cour alimentaire, en prolongement de la vieille histoire de réforme « scientifique, socialiste, révolutionnaire, sportive, culturelle,intellectuelle, soukh fellahienne,  et autres sauve-qui-peut héroïques et juteux  …  ». Quant au vrai foot médicalement réformé , il a abouti à deux références de gloriole éternelle,  énormissime de fierté  : une talonnade à la sauvette réputée  légendaire . Et à la traîne de finances publiques prodigues, des tombereaux somptueux de jobs fructueux et privilèges d’initiés destinés à la sieste sportive nationale, ou au pantouflage bricolé sans visas ni frontières à l’international !
Question  look , ajuste tes ray-ban fumées  mon frère , tu paraitras cet aveugle  bourourou d’épouvante de  BD,  surgi d’ une sinistre histoire de foot qui fait peur  !  Et pas qu’aux gosses .
 
« La chance !  »  , comme dirait ma voisine tunisienne avant l’éclosion d’une saison de jasmin frelaté, dans son jardin inculte   !!
 
Depuis et à observer la tribune officielle heureuse ,condescendante , parait « qu’on toucherait à la réussite absolue  » .
Ils sont de chez nous on peut leur faire confiance .
Vivent nous ! Merci  eux !
 
On s’égare là .  Larbi donc tient  toujours rancune à Sidi Dinezzah le clando, d’avoir voulu  draguer sa vieille  nana, encore bonne, et  toujours aux petits soins avec le bordjien  quand , l’étendard en berne il réclame le petit miracle .
Et l’obtient  , ne fusse qu’ à la force du poignet !
 
Farid Talbi

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...