RSS

Enfants de la haute ville… Jacques PRÉVERT Recueil : « Grand bal du printemps »

7 août 2013

Jacques PRÉVERT

Enfants de la haute ville…  Jacques PRÉVERT Recueil : Enfants de la haute ville…

Jacques PRÉVERT
Recueil : « Grand bal du printemps »

Enfants de la haute ville
filles des bas quartiers
le dimanche vous promène
dans la rue de la Paix
Le quartier est désert
les magasins fermés
Mais sous le ciel gris souris
la ville est un peu verte
derrière les grilles des Tuileries
Et vous dansez sans le savoir
vous dansez en marchant
sur les trottoirs cirés
Et vous lancez la mode
sans même vous en douter
Un manteau de fou rire
sur vos robes imprimées
Et vos robes imprimées
sur le velours potelé
de vos corps amoureux
tout nouveaux tout dorés

Folles enfants de la haute ville
ravissantes filles des bas quartiers
modèles impossibles à copier
cover-girls
colored girls
de la Goutte d’Or ou de Belleville
de Grenelle ou de Bagnolet.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

4 Réponses à “Enfants de la haute ville… Jacques PRÉVERT Recueil : « Grand bal du printemps »”

  1. Artisans de l'ombre Dit :

    Étranges étrangers
    Jacques PRÉVERT
    Recueil : « Grand bal du printemps »

    Kabyles de la Chapelle et des quais de Javel
    hommes des pays lointains
    cobayes des colonies
    Doux petits musiciens
    soleils adolescents de la porte d’Italie
    Boumians de la porte de Saint-Ouen
    Apatrides d’Aubervilliers
    brûleurs des grandes ordures de la ville de Paris
    ébouillanteurs des bêtes trouvées mortes sur pied
    au beau milieu des rues
    Tunisiens de Grenelle
    embauchés débauchés
    manoeuvres désoeuvrés
    Polacks du Marais du Temple des Rosiers

    Cordonniers de Cordoue soutiers de Barcelone
    pêcheurs des Baléares ou bien du Finisterre
    rescapés de Franco
    et déportés de France et de Navarre
    pour avoir défendu en souvenir de la vôtre
    la liberté des autres
    Esclaves noirs de Fréjus
    tiraillés et parqués
    au bord d’une petite mer
    où peu vous vous baignez
    Esclaves noirs de Fréjus
    qui évoquez chaque soir
    dans les locaux disciplinaires
    avec une vieille boîte à cigares
    et quelques bouts de fil de fer
    tous les échos de vos villages
    tous les oiseaux de vos forêts
    et ne venez dans la capitale
    que pour fêter au pas cadencé
    la prise de la Bastille le quatorze juillet

    Enfants du Sénégal
    dépatriés expatriés et naturalisés

    Enfants indochinois
    jongleurs aux innocents couteaux
    qui vendiez autrefois aux terrasses des cafés
    de jolis dragons d’or faits de papier plié

    Enfants trop tôt grandis et si vite en allés
    qui dormez aujourd’hui de retour au pays
    le visage dans la terre
    et des bombes incendiaires labourant vos rizières

    On vous a renvoyé
    la monnaie de vos papiers dorés
    on vous a retourné
    vos petits couteaux dans le dos

    Étranges étrangers
    Vous êtes de la ville
    vous êtes de sa vie
    même si mal en vivez
    même si vous mourez.

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  2. Artisans de l'ombre Dit :

    Il y en a qui s’appellent…
    Jacques PRÉVERT
    Recueil : « Grand bal du printemps »

    Il y en a qui s’appellent
    Aimé Bienvenu ou Désiré
    moi on m’a appelé Destiné

    Je ne sais pas pourquoi
    et je ne sais même pas qui m’a donné ce nom-là

    Mais j’ai eu de la chance
    On aurait pu m’appeler
    Bon à rien Mauvaise graine Détesté Méprisé
    ou Perdu à jamais.

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  3. Artisans de l'ombre Dit :

    Un matin…
    Jacques PRÉVERT
    Recueil : « Grand bal du printemps »

    Un matin
    dans une cour de la rue de la Colombe ou de la rue
    des Ursins
    des voix d’enfants
    chantèrent quelque chose comme ça :

    Au coin d’la rue du Jour
    et d’la rue Paradis
    j’ai vu passer un homme
    y a que moi qui l’ai vu
    j’ai vu passer un homme
    tout nu en plein midi
    y a que moi qui l’ai vu
    pourtant c’est moi l’plus petit
    les grands y savent pas voir
    surtout quand c’est marrant surtout quand c’est joli

    Il avait des ch’veux d’ange
    une barbe de fleuve
    une grande queue de sirène
    une taille de guêpe
    deux pieds de chaise Louis treize
    un tronc de peuplier
    et puis un doigt de vin
    et deux mains de papier
    une toute petite tête d’ail
    une grande bouche d’incendie
    et puis un œil de bœuf
    et un œil de perdrix

    Au coin d’la rue du Jour
    et d’la rue Paradis
    c’est là que je l’ai vu
    un jour en plein midi
    c’est pas le même quartier
    mais les rues se promènent partout où ça leur plaît.

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

  4. Artisans de l'ombre Dit :

    Un petit mendiant…
    Jacques PRÉVERT
    Recueil : « Grand bal du printemps »

    Un petit mendiant
    demande la charité aux oiseaux

    Oh
    ne me laissez pas la main pleine
    je resterai là jusqu’à la nuit s’il le faut

    Et il y a dans son regard une lueur de détresse

    cette lueur
    un oiseau la surprend

    Tout à l’heure
    par pure délicatesse et sans avoir grand faim il s’en
    ira à petits pas prudents manger dans la main
    de l’enfant le pain offert si simplement

    Et la joie allumera tous ses feux dans les yeux du
    petit mendiant.

    Dernière publication sur 1.Bonjour de Sougueur : Les 7 profils d’apprentissage

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...