RSS

Ce n’est guère la même guerre par Bachir Ben Nadji

30 juillet 2013

Contributions

Ni l’impérialisme ni le colonialisme ne sont de bons élèves à même de tirer des enseignements ! 

Giap, le fameux et grand général vietnamien qui a mis à genoux l’armée française et les Gi’s américains dans les forêts d’Indochine et les marais du Vietnam, a toujours raison. Il avait dit dans le temps et sa prophétie est toujours de rigueur, que l’impérialisme est un mauvais élève, il ne prend aucun enseignement des raclées qu’il reçoit de petites armées moins outillées que lui, mieux aguerries à la lutte pour leurs droits légitimes.

Le général vietnamien avait dit ça des américains qui se sont entêtés à faire la guerre aux vietnamiens qui étaient dans leur bon droit, ils luttaient pour la réunification de leur pays, coupé en Nord et en Sud où dans une des régions régnait un régime fantoche à la solde des Américains. L’armée de Ho chi Minh a pu libérer le nord Vietnam et chasser les Américains et leurs valets du Sud Vietnam, mais les Américains ont mis du temps pour avaler cette défaite, et ont mis plus de temps pour reconnaitre les atrocités commises contre le peuple vietnamien qui à peine sortait d’une guerre contre l’armée française qu’il avait vaincue à Dien Bien Phu.

Le rappel de ce qu’a dit le général Giap vaut la chandelle, car voici l’histoire qui se répète avec le va-t-en guerre de la France de François Hollande. Embourbée en Afghanistan où elle est en train de se replier, engagée au Mali contre vent et marée pour enfin se retirer du front et laisser la main à l’armée tchadienne, comme si le Tchad était une puissance militaire à même de remettre de l’ordre au Nord Mali ou n’importe où, même pas dans son propre pays.

La France est en train de refaire les mêmes erreurs en optant pour la guerre. Après avoir tout fait pour s’engager au Mali et tenter de guerroyer avec les terroristes qu’elle n’a pu déloger et chasser du Nord de ce pays, et où la situation est toujours la même comme elle a été laissée suite au retrait de son armée, la France « s’attaque » de front à la Syrie.

Après avoir « milité » pour une grande offensive contre Bachar Al Assad et son régime avec l’argent des Qataris et des Saoudiens, avec l’appui de l’Internationale terroriste qui a ameuté ses troupes d’un peu partout, les réseaux dormants et ceux qui étaient en repos à l’ombre notamment, la France qui a ramé à contre courant en voulant récupérer dans son giron les positions britanniques et américaines, a opté pour une nouvelle trouvaille, déjà éculée, celle de l’utilisation des armes chimiques.

Et là on est en droit de se demander que veut et ou veut aller la France ? Quitter l’Afghanistan, c’est une bonne chose, laisser les Maliens régler leurs propres problèmes seuls et avec l’aide de l’Union africaine, Cédéao ou autre, l’est également, mais s’occuper de la Syrie alors que les deux grands se sont résignés à aller vers une solution politique de la crise syrienne, non et non !

Hé bien figurez-vous amis lecteurs que la France par le biais de journalistes (des vrais ou des faux, à se demander si cela est de leur ressort) a « trouvé » du gaz sarin utilisé par l’armée régulière syrienne contre « les rebelles », quelle trouvaille !

Il y a quelque temps j’avais dénoncé dans une chronique similaire, l’utilisation abusive des armes de désinformation massive (ADM) contre celles à destruction massive prétendument trouvées quelque part en Syrie pour émouvoir l’opinion internationale et… bien sur la mobiliser.

Et là comme dit l’adage de chez nous «aadjouza hakmet khayen» (une vieille qui enfin arrête un voleur).

Ainsi et après que les experts de la mission de l’ONU eurent parlé d’une éventuelle utilisation de produits chimiques par les rebelles, La France veut à tout prix « faire passer la pilule » à tout le monde et « enfoncer » le régime syrien au moment où les rebelles terroristes sont en train de perdre du terrain, bien sûr n’étant pas dans le bon droit, des mercenaires recrutés pour déstabiliser la Syrie, seul pays du front à résister à Israël, refusant le parapluie américain et les parasols des pays du Golfe.

Ces jours-ci, la France officielle, de son président à son chef de la diplomatie, n’a de cesse de parler de ligne rouge franchie. Ils prétendent que des armes chimiques auraient été utilisées par l’armée syrienne.

Ligne rouge ? Et qui l’a tracée cette ligne rouge. Est-ce que les « belligérants » ont une ligne à ne pas dépasser ? Et qui l’a matérialisée ? Est-ce la France elle-même, est-ce la Turquie, est-ce le Qatar, est-ce les Saoudiens ou les marchands de canons et ceux qui tirent les ficelles ? Est- ce les Américains, est-ce les Anglais ou les Martiens qui en ont marre de Bachar Al Assad ? Nul ne le sait, sauf ceux qui ont allumé la mèche à Deraa, il y a plus de deux années, et là je dirais qu’ils ont su cibler la population qui, un jour, se rebellerait contre le régime des Al Assad, ceux que le défunt père de Bachar a eu à « gérer » dans les années 80. Et il leur a fallu près de trente ans pour « réagir » avec l’appui des ennemis des Al Assad et ceux du peuple syrien, et j’irais plus loin en affirmant que ceux qui tirent les marrons du feu ne sont pas très loin, à vous de choisir entre Israël, la Turquie, la France, les USA, la Grande Bretagne et les monarchies du Golfe.

Hé oui, voilà une réalité amère. Beaucoup de gens militent pour un Proche-Orient instable, mais en vérité ne cherchent que leurs intérêts et ceux de leurs alliés quitte à marcher sur le corps des citoyens arabes, sur leurs principes et sur beaucoup de choses, pour arriver à leur fin. Mais au fait, quelle fin, celle d’écraser autrui, celle de faire oublier à leurs peuples leurs problèmes, leurs crises, leurs misères et autres contraintes du quotidien. Je ne pense pas que cela payera, car nous sommes au 21ème siècle et maintenant le monde n’est plus ce qu’il était hier et aux siècles passés. Dans le temps, les gens allaient en guerre contre d’autres peuples pour faire oublier leurs contraintes, allaient en conquête pour s’enrichir, colonisaient pour s’approprier des territoires, pour dominer, pour manger et faire manger, etc.

Maintenant ce n’est plus le cas. Le monde a changé. Il a évolué et grâce aux technologies que l’homme a su dompter, et là rien n’est impossible. Un seul message peut parvenir à des milliers, sinon des millions de personnes en même temps. Le temps du mensonge qui dure est révolu et les peuples ne peuvent être longtemps dupés. Le temps des croisades et des guerres de religions ne sont plus au goût du jour. Les occidentaux le savent et en sont conscients que les chefs de guerre ne cherchent que ce qui les arrangent, seraient-ils les plus démocrates, les plus socialistes ou je ne sais quoi.

Donc, la France et ses alliés sataniques, ceux qui nagent en eaux troubles, doivent tenir compte de tous les paramètres car leurs arguments ne tiendront pas la route longtemps. Le temps des colonies, des guerres sans raisons est fini. L’Afghanistan, l’Irak, le Mali sont des leurres que ceux qui y participent ont créés pour eux-mêmes, pour se protéger d’un ennemi qu’ils ont eux-mêmes fabriqués. Nul ne peut oublier Oussama Ben Laden, recruté par les américains pour accomplir une mission, et qui s’est en fin de parcours retourné contre eux, qu’il a voulu détruire, et qui enfin a été éliminé pour fin de missions.

Le cas de l’Irak à qui ont a «proposé» l’attaque et l’annexion du Koweït voisin, et qui ensuite a été sanctionné par les USA, l’ONU, et combien de pays alliés pour des raisons qui n’ont pas longtemps tenus la route, et que les irakiens payent depuis 1990 et payeront pendant longtemps, car ce pays, hier joyau de la région, n’est pas prêt à se stabiliser, allant de déchirure en déchirure pour peut-être disparaitre de la carte de géographie, et devenir certainement un ramassis d’Etats minuscules créés de tout bords.

Le Soudan a été partagé en deux à l’amiable grâce à la complicité du Qatar et de la maladresse de ses dirigeants, tombés sans se rendre compte dans le panneau de leurs ennemis qui ont gagné un nouvel Etat à l’ONU, et un nouvel allié d’Israël et des marchands de canons. Un nouvel allié à même de déstabiliser toute la région-tampon entre le monde arabe et l’Afrique.

Au Mali on a voulu faire la même chose, créer un nouvel Afghanistan pour protéger l’Europe des dangers du terrorisme. Des terroristes à qui on a donné des millions d’euros en guise de rançons et qui se sont armés avec cet argent et sans cet argent, et grâce à la guerre déclenchée par le couple Sarkozy-Hamad en Libye, ce qui leur a permis (les tangos) de s’approprier des armes gratos, aux libyens de « se libérer » et de « s’émanciper », aux deux chefs d’Etats cités plus haut de se débarrasser d’un témoin gênant (Gueddafi) et à beaucoup de sous-traitants politiques, prétendus démocrates, de se refaire une virginité et de se présenter au monde libre et aux malheureux libyens comme étant leurs libérateurs et leurs nouveaux chefs. Et le tour est joué ! Et la Lybie ou en est-elle ?

Au Mali, les choses ne se sont pas terminées comme l’a voulu Hollande. Et la situation demeure telle quelle, avec comme résultat, une région toujours rebelle, et un projet d’élections présidentielles « démocratiques » qui se négocient toujours au Burkina Faso.

Je reviens à la Syrie et au général Giap, hé bien je suis catégorique que ni la France, ni les USA, ni les anglais, ni l’ONU n’ont appris les leçons et que se sont de mauvais élèves. Ils n’iront pas loin avec leur entêtement, ils veulent à tout prix abattre Bachar Al Assad en détruisant la Syrie, en réduisant le peuple syrien à néant, le rendre un peuple de réfugiés comme l’est actuellement le peuple palestinien, l’affaiblir, le réduire à la mendicité, et garder et renforcer le leadership d’Israël dans la région proche-orientale, surtout que le Liban ne fait pas le poids, que la Jordanie ne peut rien faire, que l’Egypte « is in the pocket » et que personne même ce qui reste de la Ligue Arabe ne peut pas broncher devant le dictat de leurs grands chefs.

Enfin qui aura raison, est-ce les ennemis des peuples, est-ce les peuples eux-mêmes ? Les jours qui viennent nous le démontrerons sans doute aucun. La Conférence de Genève deux sur la crise syrienne ne risque pas de se tenir de sitôt car les prétendus rebelles n’arrivent même pas à s’entendre entre eux et accorder leurs violons « achetés » et réglés par leurs parrains, donc ils ne savent jouer ni du violon ni d’autres instruments et seul le peuple syrien dira son dernier mot. A bon entendeur salut !

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...