RSS

La chronique est-elle possible quand le temps est mort? par Kamel Daoud

27 juillet 2013

Kamel Daoud

Jours 56,4. Car il est midi. En Egypte, l’Egypte s’algérianise. En Tunisie aussi. Sommes-nous la préhistoire du monde dit « arabe » ? Les pionniers de sa crise moderne ? Le reste du monde est « nous » et nous sommes personne dans le monde inaugural de l’après-terrorisme. Mais le sujet est épuisant et a déjà été traité. En zappant l’actualité, on regarde seulement ce que nous avons vécu, mais en couleur et en HD, c’est tout. Zoom sur l’actualité locale donc. 

1 : Bouteflika. Son retour n’est pas un nouveau départ. Cela n’a rien changé et on sait qu’il ne va pas se présenter à nouveau et qu’on n’a pas découvert le Dalaï Lama de la réincarnation de Boumediene. La question n’est pas celle de « comment il va quitter ? » mais celle de « qu’est ce qu’on va faire des Bouteflikistes » proches, parents, clients et ex-ministres habitants des toits d’immeuble de 400 m carré cédés par les domaines et avec piscine qui coule sur les voisins et accès de secours blindés par les soins de l’élu ? Car Bouteflika va seulement quitter le Pouvoir et ses proches vont le perdre. Ce qui est différent.

2- Le prochain président ? On s’en lasse avant même de le connaître. On l’attend depuis l’indépendance et ce n’est jamais lui qui arrive et c’est toujours un autre qui se pointe, signe, parle puis meurt.

3- Le bac ? Il suffit de couper une route pour l’avoir par les cheveux.

4- Manger ? C’est bouger a dit le même ministre qui habite sur un toit.

5- Le FLN ? Surtout pas. Même De Gaulle n’imaginait pas que le FLN allait finir si mal, si petit, si comique et avec tant de Fellaga.

6- Les fuites d’essence vers le Maroc et la Tunisie ? C’est le Maghreb uni de la pompe.

C’est le jour 56,4 du mois vide de l’assiette pleine. Certains prient, d’autres attendent que le soleil tombe pour sourire.

L’actualité est morte, assassinée par le remake et l’impression légendaire du déjà-vu. Il n’ y a pas grande chose à écrire.

La moitié de la vie, les Algériens la passent à attendre un logement, l’autre moitié à attendre la mort.

Qu’es-ce que le but d’une nation quand la meilleure partie de sa vie était avant de naître libre et indépendante ? Grande et vaste question. Preuve que le ventre est vide.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...