RSS

Trois étages par El-Guellil

25 juillet 2013

El-Guellil

Trois étages par El-Guellil dans El-Guellil hotel-meridien-oran
Oran se bouche les trous. Oran creuse partout. Oran déloge, reloge. Oran chasse et pourchasse. Foules et cacophonie urbaine. Passages cloutés, service d’ordre et plaques de signalisations semblent accessoires. Toujours la même impression de mise en scène mal réglée qui pousse à fuguer au fond de l’être, tellement le paraître est  incohérent. Les carrefours ne savent plus à qui donner la priorité. A gauche, à droite, céder le passage à la loi du plus fort aux ronds-poings. Coups et blessures volontaires. Trois mois de taule. Grâce et ça recommence. Oran ressemble à toutes les villes. Oran rassemble toutes les villes. 

J’aime ma ville autant que je la fuis. Etranges sensations, cocktail de paradoxes et de mémoires. Je contemple la montagne au loin. Perché haut sur ce balcon, je regarde Santa Cruz. J’écoute les oiseaux qui chantent le béton, en se révoltant contre l’infernal vrombissement des autos. Ça klaxonne à tue-tête, à tue-temps. Quelque part, je respire la ville dans les arrière-cours bariolées de tags, tag aala mène tag, sur les escaliers qui ont perdu leurs rampes, et des enfants qui rampent pour grimper les étages.

Il y a trois étages dans ma ville. Les caves. Les immeubles. Les terrasses.

Les caves, autrefois parties communes, sont devenues propriétés privées. Elles sont habitées par des familles étrangères, au départ, à l’immeuble, mais qui, avec le temps, ont les mêmes droits que les copropriétaires mais pas les mêmes devoirs. Même si aucun occupant de caves n’a pas de papiers, aucune autorité ne peut le déloger.

Les immeubles, le deuxième étage de la ville, est occupé par des habitants, qui n’arrêtent pas de fixer serrure sur serrure. De renforcer les portes et portails. D’installer des barreaudages sur chaque fenêtre ou balcon. Ils s’amusent à se mettre en prison. Prison pour la vie.

Les  terrasses, le troisième étage de la ville, est au fait un ensemble de bidonvilles, qui défie toutes les lois de l’architecture. On construit, sans structure, le nombre de chambres selon le nombre d’enfants à naître et à marier…, à inscrire sur les listes électorales.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...