RSS

Plisir par El-Guellil

25 juillet 2013

El-Guellil

Ça fait plaisir. C’est clair. Tout fonctionne comme il se doit. «Safiplisir.» Tu es dans une administration locale, beaucoup de gens attendent, en silence. «Attendre en bruit», ne les servirait point. Ils sont là. Des visages sans âge. Car faire la chaîne, c’est accepter les lois de la queue. Ceux qui font la chaîne, n’ont pas de «chène». Les autres, on ne les rencontre pas. Ils sont servis dans les couloirs et les salons. Safiplisir. 

Derrière les guichets de cette administration tout est clean. Pour un poste, il y a trois personnes. Vraiment safiplisir. Ils sont souriants. Sur-riant. Pourquoi pas ? Tant qu’il y a la chaîne, ils existent. Existeraient-ils autrement ? Il faut donc maintenir la chaîne. Et pour ce faire, ils demeurent souriants. Entre eux. Safiplisir. Ils se racontent la dernière blague. Celle qu’ils se sont racontée depuis des lustres: le service public. Il y a derrière le guichet, un permanent et deux recrutés dans le cadre de l’emploi des jeunes. Chacun d’eux encaisse le tiers des baskets qu’il porte. Safiplisir. Parce que voyez-vous ceux qui sont recrutés dans ce cadre, n’ont pas besoin de salaire. Tant qu’il y a papi. «C’est pas pour l’argent que je te demande de lui débrouiller un poste. C’est pour éviter les mauvaises fréquentations.» Safi quand même plisir.

Ceux qui ont besoin d’argent, eux, font la chaîne. Ils feront la chaîne pour constituer dossier sur dossier pour postuler à un poste. Fi la poste ouella fi la miri ouella fi la wilaya… Au fait, la wilaya safiplisir. Ils commencent à être à l’heure à leurre-travail. Depuis l’arrivée du nouveau wali. Safiplisir, des tonnes d’ordures ont été ramassées. La ville fait sa toilette. Mais comme on n’est pas habitués à une ville propre… on vous promet ya sidi ouali qu’on salira, comme ça au moins on servira à quelque chose. On servira à vous dire que les ordures ne sont pas seulement sur la chaussée… Vous nous avez compris ? Alors safiplisir !

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...