RSS

Des périls autour des prochaines présidentielles par Mohamed Ghriss *

25 juillet 2013

Contributions

A l’approche de l’échéance des présidentielles de 2014, des voix s’élèvent un peu partout pour faire part des inquiétudes de membres de la classe politique et de la société civile algérienne, de plus en plus préoccupés des conjonctures dans lesquelles vont intervenir les prochaines élections à la magistrature suprême. 

D’ores et déjà des milieux politiques nationaux se prononcent pour des candidats au profil fort et convaincant, à même de pouvoir faire face aux nombreux défis et périls menaçant le pays. Et ces derniers n’étant pas des moindres, sont plus que jamais présents suspendus en véritable épée de Damoclès au-dessus des Algériens, citons entre autres :

- La persistance, même si résiduelle, de l’extrémisme islamiste et son pendant terroriste

- La pensée unique héritée de la doxa stalinienne tendant à embrigader l’économie, les medias lourds, les ressources humaines, etc.

- L’extension sauvage du tout commercial et ses dérivés des marchés de l’informel des barons parasites court-circuitant l’évolution saine de l’économie du pays.

- La propagation du phénomène de la corruption, les éléments corrupteurs et corrompus grossissant les rangs des prédateurs gangrenant dangereusement l’économie du pays, notamment les auteurs de manigances illicites imposant leurs marges d’intérêts contractés avec des sociétés étrangères sur le dos des deniers de l’Etat, du contribuable et des ressources du patrimoine national.

- Les effets néfastes de la mal –gouvernance, de l’incompétence managériale, du verrouillage systématique antidémocratique et des blocages et déperditions conséquentes des potentialités énergétiques, matérielles et autres humaines forcées à l’exil vers des milieux plus accueillants.

- La situation très préoccupante aux frontières du pays et dans le Sahel

- Les agents des forces occultes extérieures opposées au développement de l’Algérie et guettant toutes opportunités propices pour favoriser des troubles dans le pays.

- Les tendances idéologiques de type bellicistes encourageant l’embrasement général susceptible d’entrainer le pays dans un engrenage conflictuel fatal plutôt que d’appeler à une franche politique de dialogue national démocratique, sans hypocrisie aucune entre toutes les formations politiques et institutionnelles du pays en vue d’un changement pacifiste authentique qui ne soit pas biaisé par de machiavéliques calculateurs auxquels le peuple et l’Histoire leur feraient porter la responsabilité de toutes graves dérives découlant de toutes manœuvres politiciennes anti-démocratiques.

Et last but not least, une certaine subculture néo -féodale et du populisme ambiant parmi nos couches populaires et tendant à parasiter l’évolution du pays et l’émancipation des citoyennes et citoyens du fait de l’absence chez nous d’une authentique culture vivifiante et sensibilisatrice des masses.

Ce qui nécessiterait, en plus de l’entreprise de la politique suivie d’animation culturelle et folklorique et autre de la valorisation des vestiges antiques du patrimoine national, une dynamique culturelle et éducative davantage plus conséquente et à laquelle pourraient prendre part les intellectuels, artistes, représentants des divers médias , femmes et hommes de divers secteurs de la vie nationale et du peuple, etc.. En les conviant, entre autres, à de larges débats démocratiques (à la faveur notamment de l’ouverture de l’audiovisuel …déjà en retard), et ce en vue de rapprocher davantage gouvernants et gouvernés, administrateurs et administrés, élus et électeurs, etc. C’est bien connu qu’en démocratie et que dans les pays civilisés qui se respectent, les grandes questions et préoccupations concernant l’avenir du pays et celui des jeunes générations montantes, s’envisage sereinement dans le dialogue démocratique pacifiste et convivial et non dans le billonnage et verrouillage systématique des canaux d’expression de masse, notamment les médias lourds, et autres interdictions de réunions , de rencontres à dessein pourtant pacifiste ,etc.,etc.

Cela dit, et considérant ces paramètres négatifs ci-dessus énumérés et constituant des périls potentiellement objectifs menaçant l’avenir du pays, il y a lieu d’espérer de la part des hauts décideurs du pays, (cet espoir émanant d’un humble citoyen indépendant auquel se joignent, à n’en pas douter , les multitudes de voix algériennes éprises de paix, de liberté et du sens de la Justice), l’initiative dans un proche avenir d’une large concertation démocratique autour de l’avenir du pays : en envisageant, entre autres, des concertations conviant nécessairement la classe politique , les représentants du mouvement national citoyen , des intellectuels, universitaires, les représentants des divers médias, des travailleurs , des femmes, de la jeunesse et du peuple en général. Et ce afin d’envisager sereinement le destin du pays qui, s’il venait à se décider en vase clos, sans concertations aucunes avec qui de droit, risquerait d’engager le pays dans une voie tortueuse dont seuls assumeraient la responsabilité ceux qui l’auraient entreprise de façon unilatérale.

Depuis un bon bout de temps, des rumeurs font état que l’actuel président de la république ne pourra pas se présenter aux prochaines élections de 2014, et que même s’il sera en état de le faire- on lui souhaite au passage un franc et prompt rétablissement- il aura assurément d’énormes difficultés d’assumer un quatrième mandat, même partiellement. La sagesse recommandant dès lors d’envisager, dans la concertation démocratique large, l’alternative de candidatures probantes au prochain scrutin de 2014 comme l’émet le vœu des échos publics, il n’y a qu’à prêter l’oreille à ces souhaits empreints de perplexité. Et ce du fait, évidemment, que cette échéance va intervenir dans un contexte national et international particulièrement difficiles, d’où l’idée galvaudée d’il y a lieu de désigner un homme fort, comme se plaisent à le répéter certains hommes politiques et l’avancer certains observateurs – soucieux il est vrai du maintien de la stabilité et de la sérénité en Algérie, – mais il semble objectivement qu’il convient plutôt en ces circonstances qui rappellent ,à certains égards, les moments pénibles traversés par le pays, d’opter par exemple pour la désignation temporaire d’une direction collégiale. Soit un présidium comportant 5 membres représentatifs de différentes mouvances sociopolitiques et dont le chef suprême, serait démocratiquement élu.

D’autres suggestions de ce genre ou totalement divergentes pourraient être proposées dans un cadre démocratique adéquat, l’essentiel est que le pays puisse sortir bénéficiaire de telles alternatives entreprises dans la nécessité, le temps que le vaisseau Algérie atteigne des rivages sûrs, loin des climats envenimés des effets collatéraux des tentations incendiaires. A moins que ces dernières ne soient porteuses de l’espoir réel d’un renouveau, tel celui du « printemps arabe » si médiatisé par les sirènes d’un certain occident calculateur mais dont les parties honnêtes vous confesseront, – comme nous ont éclairés nombre d’analystes, – que cet idéal de changement, certes souhaité, a viré au cauchemar et instauré non pas la démocratie mais la « démoctature » !

* Auteur – journaliste indépendant

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...