RSS

Un peuple debout est un peuple qui n’avance pas ! par Moncef Wafi

24 juillet 2013

Moncef Wafi

Un peuple debout est un peuple qui n’avance pas, dit le titre de la chronique. Donc, logiquement, s’il n’avance pas, c’est qu’il est statique, dans le meilleur des cas, sinon il recule, clame le proverbe bédouin. Admettons. Le peuple algérien, peuple debout par excellence, selon les historiens locaux, avance-t-il ? Ne bouge pas ? Ou alors recule en faisant attention à la marche arrière ? Trois points d’interrogation qui viennent mourir dans le cimetière des éternelles questions posées à l’histoire de l’Algérie et restées, depuis, sans réponse. Qui a tué Abane Ramdane ? Qui a trahi Amirouche ? Qui est réellement l’Emir Abdelkader ? Où est passé le butin de guerre du FLN ? Qui a tiré de derrière le rideau ? Nos ministres ont-ils leur bac ? Qui manipule qui et pourquoi n’a-t-on pas encore inquiété les buveurs de pots-de-vin au lieu de s’en prendre aux buveurs de vin ? Voilà un peu le résumé non exhaustif des interrogations qui nous narguent depuis les balcons de la République. Le peuple algérien ignore tout des réponses, même s’il subodore la trahison des uns, toujours les mêmes, eux et leur descendance sur livret de famille et leurs maîtresses et la famille de leurs lits illégitimes. Le peuple algérien devant ce constat s’est arrêté de marcher, lui qu’on a toujours fait marcher, mettant le frein à main devant l’immeuble de la République. Il est toujours debout, faute de places assises et attend que le propriétaire des lieux daigne bien descendre les recevoir. Faut-il alors accabler le peuple algérien de ne pas bouger, de ne même pas pouvoir faire marche arrière et changer le cours de l’histoire en cachant l’éventail au dey d’Alger ? Le peuple algérien est statique, sa partie la plus jeune court en brûlant les pneus et en nageant à contresens de la Méditerranée. Sa partie la plus féminine se bat contre les interdits sociaux et son incapacité à s’assumer. Sa partie la plus âgée continue à croire que Boumediène est encore en vie. Qu’attendre alors d’un peuple brimé, assisté, qui passe son temps à regarder son ventre et à penser à plus bas que son ventre ? Rien sinon d’être fataliste, de ruminer en regardant toujours sous les balcons espérant, un jour, qu’ils s’affaissent sous le poids des pots de… vin.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...