RSS

El mizène par El-Guellil

23 juillet 2013

El-Guellil

El-ghaïta et le gallal à droite, zorna et bendir à gauche, des foules versées par des tracteurs et des camions sur les trottoirs badigeonnés par des maires qui n’ont jamais enfanté une bonne initiative. Le tout est encadré par des porteurs de brassards. C’est la fête, on se déhanche, on tape des mains jusqu’à l’usure, jusqu’à l’os, qu’on nous jetait, le temps d’une date à célébrer par un chant national. Mon Dieu, que de fois n’a-t-il pas été rabâché pour annoncer leurs discours à mourir debout ! 

Les temps ont changé, n’en déplaise à ceux qui pensent que le calendrier est une création du diable. Longtemps fredonnée sur différents registres, la symphonie en «dodo» ne draine plus les masses. Elle assomme. Les musiciens boudent la partition. Les instruments se règlent sur un même diapason: la. Non ! Ils refusent d’être dirigés à la baguette. Les maestros, contraints, leur permettent de créer leur propre groupe. Ainsi, alto, soprano et moderato, chacun selon sa corde, l’air pincé, se libèrent, proposant chacun son concerto. Le public souffle.

Dorénavant, il y aura le choix. Quelques-uns choisiront les berceuses et continueront à vivre leur «Atlal»? D’autres navigueront au gré du vent… A vouloir trop braver les courants d’air, ils s’essouffleront. «Quelle galère, diront-ils, c’était plus simple quand on était gérés par le maestro». Piètre et éphémère sera la prestation de ceux qui changeront leur tempo à chaque changement de drabki. Ils interprèteront des morceaux pour «des miettes» et essayeront de trouver l’accord juste entre la pensée et l’arrière-pensée.

Le public, messieurs les mécènes de toutes les scènes, n’est pas dupe. Il sait apprécier la mélodie harmonieuse de ceux qui ont opté pour l’instrument moderne, porteur d’espoirs présents et futurs. Il ne croira ni les publicistes qui colportent les messages de Fès, ni les «plébiscistes» qui caressent les écoutes apprivoisées.

Oh grand peuple, les solos aigus du petit peuple se font graves… Tendez vos oreilles, avant que l’histoire ne vous les tire, comme aux cancres de la classe. Ya nass bekri, vous n’avez plus à faire à nass begri !

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...