RSS

Comment reconnaître un faux billet d’un vrai neveu ? par Kamel Daoud

23 juillet 2013

Kamel Daoud

Dans une mise au point au journal, Mohammed Bedjaoui a précisé qu’il n’est pas coupable de son neveu qui est encore présumé coupable dans l’affaire Sonatrach 2, version internationale. Le lien de parenté n’est pas un lien de complicité, a-t-il rappelé avec justesse. La précision ne pèse pas, cependant, face à l’actualité ni face à la machine médiatique et le régime des associations. On ne dit pas Farid, on dit le neveu de Bedjaoui. Ce n’est pas juste du point de vue de la justice mais cela s’explique par la culture nationale : on n’est pas ses proches, mais on en est responsable. On partage avec eux le nom et le poids du nom. La culture nationale veut aussi que lorsqu’on veut s’attaquer à une personne puissante, on s’attaque à ses proches, neveux, amis. Et si cela ne suffit pas, on cite sa femme. Puis la personne en question. Ou, enfin, son père et son grand-père.

Au bas de l’échelle, il y a déjà des centaines de faux fils du Général Mediene, des neveux imaginaires de Bouteflika, des fils autoproclamés de Zerhouni, des filles autoproclamées de Temmar… etc. C’est toute une famille de délinquance, d’escrocs et de brillants usurpateurs que l’Algérie croise, arrête, croit, se fait avoir par eux ou finit par les avoir, depuis des décennies. Plus le pouvoir réel est informel, plus cette famille s’agrandit et devient nombreuse et active pendant des années. Si on était en démocratie, on aurait eu, au plus, deux ou trois. Mais on n’y est pas : donc on a des centaines de faux fils de généraux ou de ministres. L’autre raison ? Il y a toujours clients pour le genre : puisqu’on sait que le pouvoir n’est pas celui que l’on voit, que celui qui décide n’est pas celui qui est responsable, on s’adresse et on cherche celui que l’on suppose. Sauf que là, la marge d’erreur est grande : on peut tomber sur le vrai neveu comme sur dix faux neveux. Le réseau étant plus puissant que la loi et le droit, des Algériens préfèrent connaître quelqu’un que connaître un texte ou une procédure. C’est l’héritage FLN de l’époque de guerre : la clandestinité. Rien ne distingue un «Frère» d’un faux. Pas même le regard. Comme pour les hadiths, tout fonctionne avec des chaînes de garants.

Du coup, parce qu’on est responsable des siens, dans le cadre de la matrice tribale, parce que les siens peuvent jouir et abuser d’un prénom puissant, on tombe dans la logique du neveu Bedjaoui. L’ancien ministre aura beau expliquer, il ne pourra pas faire contrepoids : il a un nom et ce nom a pu (ou pas) servir. Actuellement, tous les partenaires étrangers de l’Algérie sont convaincus par la nécessité de connaître un neveu avant de lire l’appel d’offres. Dans ce terrain clair-obscur, on peut tomber sur le décideur ou sur l’abuseur. Selon la chance et l’intuition. Rien ne différencie un Bedjaoui de son neveu, dans ce monde et rien ne différencie un vrai neveu d’un faux. On se souvient de ce mythe de cinéma collé aux dictateurs amusants : ils useraient de sosies pour tromper les commanditaires d’attentats contre leur personne. Chez nous, Bouteflika est un, mais il a quarante frères. Autant que chaque général, ou ministre, a quarante fils et filles qui font des affaires. On a plus de faux généraux et colonels de DRS que de vrais et ils gagnent plus parfois. Un vrai état-major ambulant : on en arrête beaucoup, mais ils réapparaissent car le système politique actuel en assure la matrice : il n’a pas de photo donc tout le monde peut prendre son visage. Comme pour les islamistes : ils savent que personne n’a vu Dieu, alors ils se font passer pour ses messagers.

Et dans ce conflit d’apparences et de vérité, on ne sait plus si le neveu est vrai ou faux ou si c’est son oncle qui est une illusion. D’ailleurs, qui prouve que la vérité est la réalité ? Si on a neuf faux colonels de DRS arrêtés et un seul vrai que l’on ne connaît pas, et si les neuf prennent le pouvoir, que deviendra le dixième qui lui est authentique ? On ne sait pas. On peut l’étrangler comme on a fait pour Abane Ramdane.

Le neveu de Bedjaoui est aussi le fils de l’histoire nationale.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...