RSS

«De l’impuissance et de la malhonnêteté historique du civil algérien» par Kamel Daoud

23 juillet 2013

Kamel Daoud

On a un général d’armée à la tête de la police. Un autre militaire à la tête du centre culturel algérien à Paris. On en a eu pour des manifestations culturelles, des postes de conseillers, des commissions de dialogue…etc. Bon ou mauvais ? Mauvais. Cela prouve une chose, selon la fine remarque d’un ami : l’incapacité algérienne à fonder d’autres institutions légitimes, « crédibles », fortes et capables de gérer ou d’assurer la souveraineté de la loi ou de la légalité. En témoigne aujourd’hui ce recours épistolaire au général Mediene et aux interpellations directes faites au DRS pour assurer des enquêtes, des interpellations et des fouilles d’archives et la lutte contre la corruption. Il ne s’agit même plus de revenir sur ce vieux débat de la primauté du militaire sur le reste dans l’histoire de « l’Etat » algérien, mais sur une autre réalité : celle de l’impuissance de plus en plus confirmée à fonder un Etat, une légitimité et des garanties par « soi-même ». On ne fait plus confiance qu’au noyau dur de « l’Etat ». On n’arrive pas à concevoir une gestion que sous tutorat. Et c’est dans cette seule institution que les Présidents cycliques puisent leurs équipes de techniciens, de responsables ou de conseillers efficaces, faute d’autres institutions viables ou admises comme tel. Où finira ce recours, ce basculement ? Dans le mythe de la dictature : on le répète déjà sur Facebook pour sauver le pays : « recrutons dictateur… compétent, jeune, sans enfants adultes pour assurer gestion d’un pays avec vue sur mer, rente et grande surface habitable ».

Il ne s’agit même plus de débattre de la source de la légitimité politique et comment on en est arrivé là, mais d’un autre drame : le reste des pépinières des cadres se tarit avec le temps, n’offre plus les techniciens majeurs qui puissent assurer l’incarnation de l’autorité et l’illusion de la probité ou de la compétence. A Ouargla des chômeurs ont proclamé, par un geste d’intelligente provocation, appeler l’armée à nationaliser Sonatrach et à libérer le peuple otage du pays. Et cela va s’accentuant avec les affaires de corruption, les enquêtes : on demande aujourd’hui à l’armée de sauver le pays de son peuple et de ses administrations. De quoi faire sourire de plaisir certains : sans nous vous vous mangerez ou vendrez le pays. C’est la doctrine de l’incapacité du civil qui revient sur scène. En cinquante ans, on en est toujours à la même équation d’équilibre : une caserne qui protège le pays de l’invasion mais aussi de lui-même. On n’a pas réussi à aller plus loin que la conception primaire de l’autorité : celle qui n’est pas fondée sur l’autorité et le consensus de la loi mais sur la surveillance et la régence par tuteurs à vie. Ce n’est pas la faute de l’armée, du moins pas entièrement au sens strict du terme, mais la nôtre aussi, tous. A lire et à relire, selon l’ami, la fable de La Fontaine sur les grenouilles qui demandent un Roi. Le recours à l’armée comme tuteur et légataire est devenu un instinct chez nous, une évidence, un automatisme de notre courte histoire de peuple indépendant. On n’a rien fondé sur la morale propre et le sens de la responsabilité : c’est soit la religion, soit la caserne pour nous faire respecter le feu rouge ou la propriété d’autrui. Illusoirement. L’idée de « l’impuissance et de la malhonnêteté historique du civil algérien » est une loi fondamentale de la psychologie collective et va se confirmant avec le temps et les scandales.

Emmanuel Kant en Algérie est un colonel ou un imam.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...