RSS

Fin de spectacle par El-Guellil

21 juillet 2013

El-Guellil

Fin de spectacle par El-Guellil dans El-Guellil tente-de-cirque-300x269
Le cirque! Il est partout. Il est dans toutes les administrations. Dans tous les secteurs. Le monde de l’illusion y est représenté. 
Le monde de l’éphémère. Le chapiteau circulaire, forme de terre. Ronde. C’est leur ronde. Cirque Ammar disions-nous enfants qu’on étaient. Cirque yanamare disent ceux d’aujourd’hui, ces enfants qui ont grandi avant terme.

Au centre, les artistes apparaissent, lumière axée sur leur visage de craie et leurs yeux en forme de papillon ou de mouche communiquent des émotions yoyo. Un coup au top…un autre down…La magie des sens est sans arrêt provoquée par des numéros chargés de trouvailles. Le langage des étoiles (sur les épaulettes) est pratique. L’illusion des tours d’artistes entrainés par des milliers d’heures d’exercice. La patience des grands, disent quelques-uns. De ceux qui recherchent la perfection, pour notre bonheur. Devant les différents numéros exécutés avec minutie, avec ruse. Nous sommes de grands enfants dont les repères s’envolent pour laisser place à un moment d’abandon. Délectation. Doux, durs ! En apesanteur. Ivre d’une joie envahissante. On plane de voir de si jolies choses. Si belles. Si fantasques. Si démesurées. Si inatteignables. Dépollués de marque sociale. De ses responsabilités pesantes. On reconnait l’odeur et les formes de « madame hélas ». Le cirque est un temple où on renferme la clé de l’enfance et ses secrets. Tous ces saltimbanques, une fois la lumière éteinte et le feu de la créativité rangé deviennent de misérables âmes. Une fois sorti de leur forteresse amicale. Confortable. Rassurante. Les voilà confrontés à la haine et le mépris de la société sédentaire et utile. Plate. Les décors démontés, la musique arrêtée. Un tableau noir du malheur reprend le champ visuel mais aussi tous les champs de la vie. Là on doit savoir quitter le chapiteau. Car les saltimbanques ont pris de l’âge mais espèrent toujours être les jeunes premiers du spectacle. Et voilà pourquoi, de même qu’il y a un âge minimum pour voter, il nous faut revendiquer âge maximum pour un électeur. Le troisième âge n’incarne pas le futur, il ne peut être que le revival du passé.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...