RSS

Travailler à crédit, et paresser au comptant ! par El Houari Dilmi

19 juillet 2013

El-Houari Dilmi

En espérant que le travail paie dans le futur, dans quelques jours, le pays va (dé)célébrer concomitamment la fête et la (dé)faite des travailleurs, dans un pays grandeur nature, où ceux qui arrivent au travail en retard croisent ceux qui partent en avance. 

Sinon, parbleu, où, quand, comment «nicher» un Algérien en chair et en os qui bosse au sens stakhanoviste du terme ? Comment s’appelle-t-il, a-t-il fait la révolution, sous quelle étoile est-il né, à quelle école a-t-il été, a-t-il voté un jour, mange-t-il de son pain blanc, quel vaccin lui a-t-on inoculé ?!

Dans un pays qui réussit journellement l’exploit, unique du genre, de se remplir les caisses à ras bord, sans que le travail, en tant que valeur salvatrice, ne soit ni compris ni compréhensible sous nos latitudes si particulières, cela relève, paraît-il, du miracle para économique, digne d’un prix Nobel de la baraka, mais à l’envers…

Sinon comment expliquer que l’Algérie soit, plus de dix lustres après le départ du dernier roumi exploiteur, un pays où tout le monde se gave l’estomac, achète une bagnole, travaille moins de quatorze minutes par jour, selon des statistiques para officielles, abhorre lire, y compris les bouquins parlant de ses dix incivilités chroniques, roupille plus du tiers du temps… universel de sa vie, sans que le pays ne coule sous le poids écrasant de ses trente-huit millions de bouches ouvertes… aux quatre chances ?

Selon le vade-mecum de tous nos paradoxes grandeur nature, l’Algérie est le pays où l’on paye l’eau la moins chère du monde, le pain le plus facile d’accès de tous les pays à destin équivalent, l’essence la plus gaspillée des pays pétro-dépendants, le loyer le plus modéré des modérés, l’énergie électrique la moins coûteuse de tous les pays… éclairés; tout cela avec la monnaie la plus dépréciée de tous le(s) argent(s) sans prix approximatif ni valeur imprécise. Dépersonnalisé jusqu’à… la moelle, le travailleur algérien n’est pas comme ses camarades d’infortune d’ailleurs : il reçoit sa solde un mois avant d’avoir goûté au fruit gratuit de son labeur inaccompli, et claque sa prime de rendement une année avant de voir sa boîte «banqueroutée». Selon une théorie algéro-algérienne, le travailleur de chez nous fait semblant de retrousser les manches lorsqu’on fait semblant de le payer. Il veut donner l’impression trop fausse de trimer à la tâche, pas pour améliorer le BNC (Bonheur national collectif), mais pour lutter contre l’ennui sidérant, le vice dévorant et le besoin irrépressible de marcher sur la lune sans jamais laisser de trace… humaine.

Religion sacro-sainte pour nos golden boys pas comme les autres, – ce bidule -, de la productivité, sous nos latitudes ombragées, est inversement proportionnelle à la «douloureuse» de nos faillites «vracquées». Avec un syndicat public le plus proche de la poche de son employeur, le travailleur algérien est devenu un salarié miséreux, avec des mains faussement calleuses et des bras brisés. Comble de l’art jamais enseigné dans aucun bahut au monde, l’Etat, seul employeur aux yeux de tous les sans-emploi, a décidé d’augmenter la solde du commun des crypto-travailleurs algériens pour mieux les aider à vider leurs poches, avec en prime le sourire en bandoulière, et les mains derrière le dos.

Et parce que le travail était, à l’origine des temps, un accident de la vie, avant de changer de statut particulier, pour devenir une maladie chronique, il est peut-être plus glorieux de mourir d’épuisement que d’ennui dans un pays où tout le monde a le sentiment tenace de jouer le beau rôle de combattant en carton-pâte, à courir, les jambes cisaillées, après un destin détourné… Aussi vrai qu’il vous suffit de choisir un boulot que vous aimez, et vous n’aurez pas à travailler un seul jour de votre vie ! Quel pied !

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...