RSS

Ils meurent et nous laissent un mal-vacant par Kamel Daoud

19 juillet 2013

Kamel Daoud

Ils meurent et nous laissent un mal-vacant par Kamel Daoud dans Kamel Daoud images
Ali Kafi est mort. Lente procession de cette génération qui a libéré le pays mais qui n’a pas voulu le libérer d’elle-même. Comment se fera la transition ? Elle ne se fera pas. Chacun pour soi : la génération de la guerre a vécu pour elle-même en disant qu’elle a survécu pour nous. Puis la suivante l’a servie en lui volant un peu de pouvoir, d’argent et de légitimité. Puis la suivante est venue et a détruit le pays. Au nom de Dieu ou de l’anti-terrorisme. Légitimité par la religion ou par le sécuritaire. Puis, la suivante : elle regarde toutes celles qui ont précédé comme des veuves à détrousser. Pas de pitié, des couteaux dans les yeux, pas de liens sauf les chiffres et pas de confiance. Le drapeau ne se mange pas, l’hymne est un vieux disque et l’histoire de l’Algérie est une mastication ou une arnaque. Celui qui ne prend rien prend, au moins la mer. Le bien vacant est passé au statut mystérieux et brutal du Mal-vacant.

Donc, c’est lente procession, tête basse : les vétérans vont s’accompagner l’un l’autre au cimetière pendant que nous regardons. A la fin, le dernier jettera un dernier regard puis s’en ira. Et ensuite ? On ne sait pas. Cette génération a laissé une idée malsaine derrière elle : nous sommes tous égaux, sauf ceux qui ont libéré ce pays. Donc, après eux, personne ne peut gouverner personne puisque tout le monde peut gouverner tout le monde. On va se battre et le plus fort sera le plus légitime, et ainsi de suite jusqu’au dernier. Encore une fois. La sortie n’est donc pas très honorable pour cette génération : elle n’a pas réussi à construire un pays qui survivra aux armes de guerres et aux cadavres de la paix. Elle a donné un mauvais exemplaire, s’est mal comportée à table et face à l’histoire. Elle n’a pas enfanté du mieux, mais du pire. Elle a été cupide, dure, méfiante, égoïste et terne vers ses fins. La gloire a été au début, pas à la fin et aujourd’hui elle s’en va en nous laissant un pays faible, corrompu, mal géré, sans ressources humaines, ni but dans la vie ni savoir-faire à vendre au reste de l’humanité.

Le mot persiste dans la tête : Mal-vacant. Espace clos, avec des routes, des écoles, des enseignants, pas de cireurs de chaussures, avec des hôpitaux et de l’argent gratuit, mais gâté, sans destin, fourbe, cupide et crétinisé par des au-delà et les mauvaises manières et cernés par les prédations nationales et internationales.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...