RSS

Contrôle par El-Guellil

19 juillet 2013

El-Guellil

Les inspecteurs du Travail sont arrivés, pour contrôler une entreprise de tissage. Registres et autres documents, déclarations, congés payés… Tout était en règle. Il fallait donc aller rendre visite aux ouvriers, s’enquérir des conditions de travail et confronter les données comptables avec la réalité sur le terrain. Koulchi yemchi. Les messieurs cartablés en noir, moufettichine, exemple icharraf de nos fonctionnaires, à cheval sur les principes, furent d’une correction qui n’avait d’égale que la comptabilité précédemment lue. Ils visitent les lieux. Douches, vestiaires, sorties de secours, zine, zine, koulchi zine. Rien à dire. Il fallait donc approcher les salariés et leur poser les questions d’usage.
-Combien encaissez-vous? …les réponses reflétaient les écritures. Mais l’ouvrière avait les larmes aux yeux. Impossible d’arrêter les larmes. Elle doit sûrement avoir des problèmes perso, se disent les inspecteurs du Travail. Ils décident alors, nos inspecteurs, de s’adresser à un autre ouvrier auquel ils posent les mêmes questions. «Et vos congés…» el hamdoulillah, le patron oueld familia et il ne mange pas arg el kheddam… mais de ses yeux les larmes coulaient sillonnant son visage. Impossible de les arrêter. Troisième kheddam, autre question. Même réponse, autant de larmes rougissaient ses yeux. Mystère et boule de gomme. Les ouvriers, tous étaient satisfaits, mais de leurs yeux perlaient de larmes incessantes. Mossiba. Les moufettichine n’arrivaient pas à s’expliquer ce phénomène qui n’avait rien à voir avec l’exercice de leur métier, ni les conditions de travail. Alors ils décident d’aller revoir le patron. Lui aussi était en larmes, mais avec un sourire digne de jour de fête. -Ya khouya, el kholsa khalsine. Le congé, ils ne s’en plaignent pas. Tout semble leur plaire. Mais en même temps tous pleurent et vous avec… Alors le patron se met à rire, se dilatant la rate. Ya oueddi mon voisin, mitoyen, stocke toute sa production d’oignons à proximité. C’est ce qui explique les larmes… Je ne peux pas le lui interdire, c’est sa propriété en plus c’est un gros ponte du bsal, je ne peux pas me mêler de ses oignons.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...