RSS

Cinq présidents, cinq modèles de vie après la mort par Kamel Daoud

19 juillet 2013

Kamel Daoud

Etrangement, en Algérie, un président n’est pas le Pouvoir. Il en est l’apparence, l’interface ou l’homme de consensus. Il peut décider mais pas de tout: c’est ce que les Algériens ont comme image sur l’institution présidentielle: un lieu coincé entre le maquis et la plaine. Il y a le pouvoir de décision et le pouvoir d’apparition. Vraie ou fausse, cette grille filtre tout: la rumeur, le commentaire, l’analyse ou l’explication. La Présidence a toujours deux têtes, une main avec quinze doigts, pas de jambes mais un avion, une oreille, un rideau, plusieurs yeux et un seul cou à couper. Et les Algériens perçoivent toujours leurs présidents comme des «victimes» presque, d’où la compassion, de la pitié presque, de l’ovation pour quelqu’un qui va immanquablement mourir avant tous les autres. Le mythe veut que les présidents échouent, meurent, se retirent, plongent dans la mer ou la terre ou se soumettent et ne disent rien et mangent comme le peuple. On peut parler de l’exception Boumediène, mais cela ne change rien: après Boumediène, il n’y a eu que des acteurs. Le contraire de ce qui se passe en Amérique: là, un acteur peut devenir président, chez nous le président devient acteur après son élection.

Les Algériens croient aussi que le destin de leurs présidents est l’argument principal de leur fatalisme: ils ont le peuple en face d’eux et le rideau derrière eux. Où est la fuite ? Donc, des solutions: se taire comme Chadli, se ranger comme Ben Bella, se retirer comme Zeroual, s’immobiliser comme Ali Kafi ou se faire tuer comme Boudiaf ou démissionner mais rester pour le salaire comme Bouteflika. Chacun des cas illustre une solution, un comportement ou un choix fait par des millions d’Algériens. Ceux qui choisissent de ne rien dire et de s’occuper de leur santé comme Chadli. Ceux qui boudent et se retirent comme Zeroual et qui refusent la responsabilité car c’est une saleté. Ou les millions qui font comme Ben Bella: soutiennent le régime, en vivent, l’applaudissent et le chérissent comme un vieux souvenir personnel. Ou ceux qui se font avoir, se font ramener, puis tuer dans le dos. Ou les millions qui critiquent tout, ont des avis sur tout, ont un sale caractère mais préfèrent le pouvoir à la démocratie comme Ali Kafi. Et il y a, en dernier, ceux comme Bouteflika: rusés, séducteurs, mêlant nationalisme et narcissisme et qui ont de l’ambition et de l’amertume, du mépris et de la fascination, beaux parleurs mais malléables devant l’adversité, gâtés mais toujours mécontents.

Au choix donc: les Algériens ne choisissent pas leurs présidents mais peuvent choisir les solutions choisies par ces présidents face à l’unique problème de l’Algérien: comment survivre en Algérie sans en mourir, sans être l’idiot de la farce, la victime de la balle ou la tête du mouton et surtout après avoir été tué par son propre pays ? Les présidents algériens ne sont des modèles de comportement qu’après leurs mandats, pas pendant et surtout pas avant.

Dernière question: et ceux qui veulent ressembler à Boumediène ? Ils feront mieux que Boumediène: ils donneront le burnous à l’élu du peuple et garderont la moustache pour mieux en décider.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...