RSS

Avec ou sans par El-Guellil

19 juillet 2013

El-Guellil

Une journée, cent problèmes. Mais une journée sans problème c’est pour quand ? Une journée sans pain, on y est depuis que le pétrin a perdu son boulon(ger). Depuis que les prix nous roulent dans la farine. Depuis que la levure n’est plus de bière. Depuis que la baguette se transforme en couronne royale et les fours, contrairement au pouvoir, font dans la rotation. 

Une journée sans médecins, on y est habitués. La mort sur ordonnance s’est banalisée depuis l’ouverture des cliniques superettes et hyper-marchés de chirurgie où se pratiquent surtout des opérations arithmétiques. A l’hôpital, il te faut une intervention. En arabe médecine a trouvé le bon mot, ça s’appelle Tob ». Donc tu peux tob-tob, la morgue y est gratuite et les médecins maltraités. Tenez, pour résorber le chômage, il serait bien de créer une spécialité de « ghessal », une pour homme, l’autre pour femme, bien-sûr. Surtout ne pas faire appel à l’emploi des jeunes… avec toutes les frustrations… Soyons honnêtes, heureusement qu’il existe encore des îlots de toubibs dignes pour souligner l’exception et la règle.

Une journée sans école, bof… c’est réellement pas grave. Des gosses calés en l’absence de débouchés ou des enfants bouchés pour zéro débouché…

Une journée sans lait, ça c’est beau. Prendre un petit déj dans un café sans laid à te farcir pile en face. Que des gens beaux qui ne crachent pas n’importe où. Car ne pas être laid, ce n’est pas être beau. C’est surtout être propre. Mais à condition qu’il ne soit pas décidé une journée sans eau. Car sans « o » journée deviendra « jurnée. ». Promis juré, ça risque de chlinguer. Colère. Une journée sans électricité, c’est pas clair surtout si un classico est programmé. Sombre journée et… sans problème, tous sortiront pour imposer une journée sans rien. Une journée, cent journées… sans boulot, sans laids, sans essence, sans pain, sans corruption, sans kif, sans ordre, sang de gamins.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...