RSS

Retour de Bouteflika : les premières conclusions par Kamel Daoud

17 juillet 2013

Kamel Daoud

Bouteflika est de retour. Sa longue hospitalisation en France a épuisé l’indignation, l’humour, la colère et les analyses. Tellement et si bien que son retour n’est plus un événement politique, mais seulement une nouveauté médiatique. Certains tenteront déjà la résurrection, d’autres vont se confiner dans la prudence des premiers jours ou la compassion pour un malade, mais cela ne change pas à ce que nous avons découvert : Bouteflika n’est pas nécessaire mais le changement est nécessaire. L’homme a dévoilé le vide politique et institutionnel algérien dont est le premier artisan et sa maladie nous a fait entrevoir sur quoi repose la «vie» de ce pays : presque rien sauf le consensus de la mastication ou de la prédation. L’absence de Bouteflika nous a été donc plus utile que sa présence physique. Nous y avons découvert que personne ne songe à notre avenir, que le pays est bâti sur une conception absurde de l’immortalité de son Président, que «après moi c’est le chaos» est l’une des injazate de la décennie, que la classe politique est si pauvre et appauvrie qu’elle peinera à trouver un maire et pas seulement un Président, que la mythologie des décolonisateurs a ses limites quand il s’agit de «leur» santé ou de leur argent, que la mascarade de la guerre des mémoires et des demandes d’excuses ne résiste pas à un AVC, que nous sommes à une telle limite du scepticisme qu’on a demandé à Zéroual de revenir, faute de pouvoir ressusciter Boumediene, Ferhat Abbas ou Boudiaf. Nous y avons aussi découvert le prix réel de la plus grande mosquée d’Afrique, la fiction de la vie du FLN, du RND et des appareils quand ils ne sont pas guidés par téléphone et que mis à part le frère de Bouteflika, personne ne savait rien et que tout le monde était traité comme un étranger à la famille. Nous y avons découvert que le Président dans ce pays est un Dey et que le pays peut mâcher, sans lui, et que cela arrange presque tout le monde qui a le monde à lui tout seul ou pour sa femme et ses enfants. Nous avons découvert aussi que Bouteflika avait un prénom (Saïd) et qu’il mangeait des gâteaux et travaillait (officiellement) comme nous tous : allongé depuis l’indépendance. Trêve d’humour, la question : que va changer le retour de Bouteflika ? Rien, sauf la manière de tuer le temps en attendant les prochaines présidentielles. L’homme va gagner du temps, le pays va perdre du temps et cela arrange la transition contrôlée.

La conclusion ? L’hospitalisation en France était une indignité, 80 jours sans Présidence pour un pays est une mascarade et le retour n’est qu’un changement de lit. Le pays sera longtemps sur chaise roulante. Du moins pour quelques mois encore.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...