RSS

Le Tramway d’Oran et l’armée des chômeurs: la légitimité par la proximité par Kamel Daoud

13 juillet 2013

Kamel Daoud

Le pays en quartiers. En petits morceaux, en bouchées. Explication : petite heure passée hier matin dans le bureau du chargé de communication de la société de gestion du Tramway d’Oran. La SETRAM. Le jeune homme un peu brouillant et dispersé, dans le siège luxueux, sous un ciel très beau. Petite atmosphère de dispersion et mauvais réglage, entre accueil mal rodé, sécurité pointilleuse. Passons. Soudain arrive, pendant que l’on discute de la possibilité d’un reportage style «les Oranais vus par le tramway», le délégué du secteur urbain de Haï Yasmine. Haï Yasmine, C’est Oran-est, (cité-pétrole et architecture socialiste) du côté des vastes hangars et du siège du nouveau réseau du tramway d’Oran. 

Avec lui, le chargé des ressources humaines de la boîte. Petite discussion qui peine et s’incruste, puis on comprend l’essentiel : le bonhomme a dans son cartable une quinzaine de CV de jeunes du quartier qui veulent être recrutés dans la société. Le rêve algérien : être agent de sécurité. Les CV oscillent entre la moyenne de six à huit ans de scolarité, sans aucune qualification, pas de savoir-faire ni de prétention à apprendre. Juste un argument : ils sont du quartier de Haï Yasmine et le Tramway a son siège dans le quartier de Yasmine. Logique algérienne : ils disent être prioritaires. C’est la nouvelle légitimité, déjà déclamée par les chômeurs du sud : la légitimité par la proximité.

Le délégué du secteur urbain parlera de «ton qui monte» et de tension presque. On lui répond qu’on va faire le geste mais cela n’est pas garanti et se fait en fonction des tests. Le tout se résumant à ce qu’est devenue la logique du gain et de l’emploi en Algérie : les entreprises sont obligées de faire dans le social, les chômeurs font dans la menace. Traduction : rançon (emploi) contre racket (menace par la violence de l’émeute). Après s’être battue comme un seul homme (un seul héros, le peuple), l’Algérie se divise aujourd’hui en quartiers, après avoir été divisée en régions et wilayas historiques. Une société qui s’installe doit donc prendre en considération le quota «de proximité» pour ses recrutements. Cela se comprend un peu dans le sud algérien, mais cela est déjà un effet pervers au Nord. Au plus bas de l’échelle, cela est compris comme «un droit» par la force et une logique de «parts», de butin. L’argument du demandeur d’emploi n’est plus le savoir-faire, «l’intervention», la compétence ou le CV, mais l’adresse de résidence : plus on est proche du siège d’une société, plus on a droit d’y être recruté.

Le pays se morcelle donc en quartiers. On est dans la phase qui précède la logique du «c’est à moi, parce que je l’ai vu ou touché le premier». Ailleurs, des gens peuvent être en colère contre une délocalisation d’entreprise, ici on a inventé le contraire : les sociétés doivent payer leur «localisation». La solution ? Retrouver Benbouzid et lui demander de se débrouiller pour trouver la solution à la génération qu’il nous a laissé. C’est sa faute, la faute de ses chiffres et la faute de ceux qui l’ont employé.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...