RSS

Azerty et le pneu crevé par Kamel Daoud

13 juillet 2013

Kamel Daoud

Une panne d’idée, c’est quand vous n’avez pas envie de réfléchir à la place du monde. Vous êtes sur un trottoir, et le pays est sur sa route. Ou l’inverse. C’est une sorte de cessez-le-feu : vous n’interrogez personne, ne demandez après personne et n’attendez personne. C’est une sorte d’égalité insonore avec la création : elle tourne autour d’elle-même et vous lui tournez le dos, à moitié ou au trois quart. Votre première préoccupation n’en est même pas une : vous respirez et vous rangez vos convictions qui vous servent de carburant en général : vous ne voulez pas vous sentir lié, ni responsable, ni ligoté par la cause et l’effet. Rien. C’est votre univers sous l’aisselle, face à l’univers qui vous enjambe. Vous ne ressentez rien, pas même votre prénom dans vos chaussures, vous respirez et vous continuez à respirer sans idée préconçue. La panne d’idée est un moment rare d’équilibre et d’insensibilité : une sorte de nationalité de poteaux, sans fil. Le reste du pays offre pourtant de l’humour : pendant que l’on soigne les féodaux en Europe, il y a grève de la santé en Algérie. C’est une piste. Pendant que l’on enquête doucement et lentement gracieusement sur Sonatrach, on met rapidement en prison un chanteur de Raï à Oran pour mauvaise rime contre le DGSN. On peut aussi creuser l’idée et la cervelle de Louiza Hannoun : cette étrange dame qui va finir prophétesse à force de voir des complots partout. Ou parler de Soltani et des 40 Islamistes et leurs fourberies dans les jarres où on les a enfermés. Il y a des sujets quand on regarde et écoute. Sauf que cela ne sert à rien quand le cœur est déchaussé. Donc Rien ce matin algérien. Rien d’intéressant : on dirait que l’on doit écrire la même chronique sur le même pays pendant la même heure. Rien d’innovant : des émeutes, des augmentations, des rumeurs, des maladies, des indignations et des scandales et des dénonciations.

Ecrit il y a des mois : un peuple au-delà. Est-ce qu’il y a une vie après la mort ? Oui et il y a des millions d’Algériens qui y vivent. L’histoire du fameux film «sixième sens» : un homme tourne en rond et interroge des gens qui ne lui répondent pas. A la fin du film, il découvre qu’il est mort mais ne le savait pas. Imaginons plus grand : des millions qui ne savent pas qu’ils sont morts et tournent en rond puis s’endorment et se réveillent le lendemain, mais toujours dans l’au-delà. Peut-être que la France a tué tout le monde entre 54 et 62 et que nous ne le savons pas. Plus probable encore : il n’y pas eu de survivants après la décennie 90 et nous ne le savons pas. La preuve ? On n’enterre jamais un pneu crevé. On le laisse se parler tout seul dans les champs pendant des siècles.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...