RSS

Ahmed le soldat, Abdelaziz zéro, M’guedem moins un…etc. par Kamel Daoud

13 juillet 2013

Kamel Daoud

On se lève le matin et le monde est encore assis sur ses chaussures : selon lui, d’après eux, Saïd Bouteflika a limogé Bouteflika qui a rendu malade Ouyahia qui a déjoué un plan taliban de Abdelaziz O (zéro, car le Un est Bouteflika). Je suis un soldat a dit Ouyahia. Ahmed n’a rien dit dans ses bus. Cela veut dire que j’aime les militaires. Et Ali ? Il consulte Benflis, pendant que Meguedem s’enfuit en France mais tout en apparaissant en Algérie. C’est un décret non publiable et un homme non public. On connait son nom et ses prénoms favoris, ses walis, ses proches. Selon le monde, il est à la fois puissant et pourchassé, il a pour lui un gyrophare et un téléphone noir et contre lui le DGSN et des rumeurs. Match nul, on sirote le café et le ciel enjambe le reste. Donc qu’a fait El Hamel ? Il a mis en prison Fayçal un chanteur raï, pas le maître chanteur. Mais Bouteflika ? Il est à la fois en Suisse, en France et en Algérie. Comme nous : à la fois en Arabie, en Algérie, à Oujda et dans un cabas. Et Belkhadem ? Malade lui aussi, selon les oreilles du monde et selon les hirondelles. Il veut être président mais après la mort du Président. Il est et il n’est pas. Il s’en va mais reste. C’est un huis-clos. Chakib rit. Solar pleure. A quoi cela sert ? A l’usure des sens.

Depuis des mois, les Algériens sont intoxiqués par les noms, prénoms, sommes, additions et chiffres et révélations sur des révélations. Ils en retiennent un nuage dans la tête et l’envie de ne plus penser ou d’aller chez le coiffeur. Est-ce le but ? On ne sait pas. C’est, pour le moins, une débilisation massive. Un affreux sitcom qu’on ne peut pas zapper et qu’on subit parce qu’on y joue les meubles ou les poissons asséchés par les bavardages : la presse s’en fait le support et le pays en grignote l’ossature. Cela en devient une obsession médiatique et une folie. Spectacle d’une cohabitation dans le froid : les hommes du régime doivent rire comme des Khellil souvent à lire ce que publient les journaux. Et le peuple doit rire lui aussi quand il entend ce que lui dit le régime sur l’amitié commune, la nécessité du sacrifice, la grandeur de l’Algérie et l’urgence de l’union sacrée. Au début, on savait pourquoi il fallait chasser la France. Puis on savait pourquoi il faut être indépendant. Puis, on savait un peu moins pourquoi il fallait être socialiste. On ne savait pas comment Chadli a été choisi, mais on devinait, avec effort, ce qu’il voulait faire. Puis on a compris, dans la violence et la guerre, que le régime voulait survivre, même en tuant et que le FIS voulait le pouvoir, même en priant. Puis est venu Bouteflika. Et là, on a su, après convalescence qu’il est venu pour lui, ses idées, sa biographie et un peu pour le prestige. Puis on a continué à penser, lire, acheter les journaux ou colporter des rumeurs, mais on savait qu’il voulait un autre mandat et que le régime ne voulait pas autre chose. Et puis, avec le 3ème mandat on a su, après des rumeurs et des folies et des arnaques, qu’il voulait sauver les siens qui voulaient sauver les leurs et ainsi de suite. Et on a compris. Mais cette fois, on est usé : on ne sait pas. On ne sait pas où est Bouteflika et où nous sommes dans sa tête ou dans le pays. On est fatigué. On se demande même si on se souvient pourquoi on a chassé la France. Où même si on l’a fait, puisqu’on s’y soigne.

Et d’ailleurs, qui est Meguedem ?

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...