RSS

Agents de sécurité contre agents d’insécurité par Kamel Daoud

13 juillet 2013

Kamel Daoud

L’information est fascinante comme objet de méditation: la police algérienne va recruter 1000 ou 6000 (selon les sources) chômeurs du sud algériens. Dans le cadre des efforts de l’état jacobin pour se souvenir du Sud et désamorcer la crise qui s’y aggrave. On peut en rester là et saluer le geste. On peut aussi méditer et rire. L’intention de la police illustre on ne peut mieux le piège dans lequel est enfermé le pays: les chômeurs qui sont frappés par les policiers seront recrutés comme policiers pour frapper les chômeurs. On restera à rêvasser sur les futurs émeutes ou rassemblements interdits de facto et durant lesquels les anciens chômeurs vont devoir frapper leurs anciens confrères et collègues. On s’imagine les regards qui se croisent, les yeux qui se baissent ou les matraques qui vont casser des bras ou des amitiés. C’est tout le drame du pays: il tourne en rond contre lui même. Il est l’ennemi de lui même. Une terre traversée par une grande ligne de séparation: à droite l’Etat, le régime, ses employés, ses enfants, ses sous fifres, ses alliés, ses soutiens. À gauche les autres, les opposants, les chômeurs, les envieux, les assis, les refusés, les autonomistes, les exilés et les disgraciés ou les licenciés. Sur la ligne de démarcation, les forces d’interposition: les policiers, les agents de sécurité, les vigiles, l’armée, la matraque mais aussi l’ENTV, l’idéologie des martyrs, la loi. Les futurs policiers du Sud seront bien sur plus méchants et plus royalistes. C’est un mécanisme connu: le zèle est le propre du converti récent. Mais c’est ainsi aussi pour le pays: il ne trouve pas d’autres solutions: faire traverser de temps en temps à un groupe la Ligne. Sauf que de chaque côté d’la ligne les coléreux se reproduisent plus vite que le recrutement. À la fin, il n’y a que deux emplois dans ce pays: travailler chez l’Etat ou ne pas avoir de travail. Agent de sécurité ou agent d’insécurité. Manger le pétrole ou se faire manger sa part et sa peau. Entre ces deux mondes, on n’arrive pas à créer un capitalisme fort, des patronats puissants et créateurs de plus-values. Des usines, des métiers, des arts et du savoir-faire. Rien. Et le régime ne sait pas créer d’autres métiers que celui de gardiens du régime. La recette des 6000 policiers est l’aveu lourd et tragique de l’impasse de l’économie et des visions qui piègent ce pays. Le régime ne sait pas quoi offrir et comment employer ce peuple sauf contre ce peuple. Il n a pas d’autres moyens d’absorber le chômage que de frapper les chômeurs.

À propos de Artisan de l'ombre

Natif de Sougueur ex Trézel ,du département de Tiaret Algérie Il a suivi ses études dans la même ville et devint instit par contrainte .C’est en voyant des candides dans des classes trop exiguës que sa vocation est née en se vouant pleinement à cette noble fonction corps et âme . Très reconnaissant à ceux qui ont contribué à son épanouissement et qui ne cessera jamais de remémorer :ses parents ,Chikhaoui Fatima Zohra Belasgaa Lakhdar,Benmokhtar Aomar ,Ait Said Yahia ,Ait Mouloud Mouloud ,Ait Rached Larbi ,Mokhtari Aoued Bouasba Djilali … Créa blog sur blog afin de s’échapper à un monde qui désormais ne lui appartient pas où il ne se retrouve guère . Il retrouva vite sa passion dans son monde en miniature apportant tout son savoir pour en faire profiter ses prochains. Tenace ,il continuera à honorer ses amis ,sa ville et toutes les personnes qui ont agi positivement sur lui

Voir tous les articles de Artisan de l'ombre

S'abonner

Abonnez-vous à notre newsletter pour recevoir les mises à jour par e-mail.

Les commentaires sont fermés.

Académie Renée Vivien |
faffoo |
little voice |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | alacroiseedesarts
| Sud
| éditer livre, agent littéra...